Machault (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Machault.
Machault
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Blason de Machault
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Attigny
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Chantal Pierot
2014-2020
Code postal 08310
Code commune 08264
Démographie
Population
municipale
511 hab. (2014)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 20″ nord, 4° 30′ 00″ est
Altitude Min. 114 m
Max. 171 m
Superficie 16,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Machault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Machault

Machault est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Machault
Mont-Saint-Remy Dricourt et Leffincourt
Cauroy Machault
Saint-Étienne-à-Arnes Semide

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Machault et la Première Guerre mondiale


Le 1er septembre 1914, le village fut traversé par une partie de la 22e Division d’Infanterie qui battait en retraite comme le reste de l’Armée française. Cette division avait déjà combattu à Maissin (Belgique) (à 25 km au nord-est de Bouillon) le 22 août 1914 puis à Chaumont-Saint-Quentin, village voisin de Thelonne dans le massif de La Marfée, le 27 août. Après avoir transité par Attigny et Pauvres, la moitié de la division (c'est-à-dire la 44e Brigade composée du 19e Régiment d’Infanterie de Brest et du 118e Régiment d’Infanterie de Quimper) va stationner à Leffincourt les 31 août et 1er septembre où le 118e RI reçoit un renfort de 800 hommes, ce qui en dit long sur les pertes subies les jours précédents (en 1914, un régiment compte 3400 hommes). Ils quittent Leffincourt le 1er septembre à 16 heures pour atteindre, à 22 heures, Saint-Hilaire-le-Petit après avoir traversé Machault, Saint-Etienne et Saint-Pierre à Arnes[1]. Machault subit à cette occasion un bombardement qui causa des incendies et destructions dans le nord du village, village où les Allemands vont faire leur entrée le 2 septembre 1914. L’occupation va durer jusqu’au 11 octobre 1918.

En avril 1917, l’armée française entreprend l’offensive du Chemin des Dames entre Soissons et Berry au Bac (16 avril 1917, jour où tomberont deux Machaulais, Henri Danneaux et Albert Soudan). Le lendemain, les Monts de Champagne (Nauroy, Moronvilliers) seront attaqués à leur tour.

L’aviation s’est beaucoup développée et, d’instrument d’observation, est devenue également arme de bombardement. Machault est ainsi atteint et les Allemands décident d’en évacuer la centaine de civils restants. Le 6 juin 1917, ils partent par étapes pour le nord des Ardennes puis, pour la famille Simon, en Belgique.

Avant l’évacuation forcée de Machault (6 juin 1917), décidée par les Allemands, la population du village - qui comptait 550 habitants au recensement de 1911- n’était plus que de 125 personnes. Plus des trois quarts des habitants avaient déjà abandonné leur maison pour entreprendre un exode devant l’avancée des troupes allemandes. Une bonne soixantaine d’hommes étaient mobilisés et avaient rejoint leurs régiments, treize allaient perdre la vie au combat et plusieurs reviendront mutilés (Léon Piérot qui habitait la ferme Vaudé sur la place de la Mairie est devenu aveugle) ou portant des séquelles de leurs blessures.

De mars à juillet 1918, une série d’offensives allemandes, destinées à mettre fin à la guerre avant l’arrivée massive des Américains, échoue. Les contre-offensives alliées vont permettre la libération d’une très grande partie des territoires occupés. Sommepy sera libéré le 27 septembre mais le Blanc Mont ne sera conquis par les Américains, appuyés par la 21° division française, que les 4 et 5 octobre. Saint Etienne, 4 kilomètres plus bas, ne sera totalement délivré que le 10 octobre après de sévères combats. Machault sera libéré le 11 par les Américains de la 36° division US et les Français de la 7° division qui était composée de régiments recrutant sur Paris et les régions de Chartres, Alençon et Argentan. Les Français se trouvaient à 100 mètres environ de l’entrée du village, côté Cauroy, mais ce sont les troupes américaines (provenant du Texas et de l’Oklahoma) qui sont entrées dans nos rues pour en chasser les Allemands. Les premiers Machaulais à revenir au village le firent dès le 18 octobre, d’autres ne les rejoignant qu’en février 1919.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1876 Hureaux[2]    
 ? mars 2001 Françoise Létinois DVD  
mars 2001 mars 2014 Gilles Didier[3]    
mars 2014 en cours Chantal Piérot   Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 511 habitants, en augmentation de 0,99 % par rapport à 2009 (Ardennes : -1,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
530 524 557 653 682 732 744 784 759
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
724 686 641 615 656 665 637 576 592
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
550 553 524 523 530 450 512 523 551
1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 - -
511 440 459 437 495 503 511 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Croix de guerre 1914-1918 française.jpg
Croix de guerre 1914-1918 : 1er mars 1921.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Machault

Les armes de Machault se blasonnent ainsi :

gironné d’argent et de sable de dix pièces, chaque giron de sable chargé de trois croisettes recroisetées aussi d’argent ordonnées 1.2 dans le sens du giron ; au franc-quartier d’or chargé d’un lion aussi de sable, au bâton de gueules brochant en bande sur le tout [9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal de Marches et des Opérations du 118° RI. Archives du Service Historique de la Défense 26 N 682
  2. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1875, p215.
  3. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul », notice no PA00078459, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=875

Liens externes[modifier | modifier le code]