Machaon (papillon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Papilio machaon • Grand porte-queue

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Machaon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'autre espèce appelée « Grand porte-queue », voir Papilio cresphontes.

Le Machaon ou Grand porte-queue (Papilio machaon) est une espèce de lépidoptères de la famille des Papilionidae. Présent dans la plupart des régions tempérées de l'hémisphère nord, ce grand papillon est particulièrement connu du grand public en Europe, où il est le Papilionidae le plus commun.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Papillon[modifier | modifier le code]

L'imago du Machaon est un grand papillon de forme vaguement triangulaire possédant une queue, d'une envergure de 55 à 90 mm et reconnaissable à ses grands vols planés.

Les ailes ont un fond jaune clair. Elles présentent des dessins noirs et une bordure noire ornée de macules bleues et une macule rouge à l'aile postérieure.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Premiers stades[modifier | modifier le code]

Les œufs sont pondus isolément sur les feuilles d'une plante nourricière (ombellifère). Au cours du temps, les œufs, de couleur jaune, grossissent, brunissent puis noircissent, à l’image des futures chenilles[1]. L'éclosion s'effectue environ une semaine après la ponte. Le développement larvaire dure à peu près un mois.

La chenille du Machaon a une activité diurne ; elle est visible de mai à juillet puis d'août à octobre[2]. Quand on l'inquiète, elle fait saillir son osmeterium orangé (glande odorante qui éloigne les prédateurs). Pour éclore, la chenille commence à manger l’enveloppe de l’œuf depuis l’intérieur. Après éclosion, la chenille, mesurant quelques millimètres, finit de manger le reste de l’œuf, riche en éléments nutritifs. En grandissant, une tache blanche apparaît au centre du corps de la larve. De plus, des appendices, formant de nombreux piquants se développent. Autour de ceux-ci, des taches orange apparaissent. Puis les piques et la tache blanche rétrécissent. Elle grandit jusqu’à mesurer plus de 4 cm et verdit plus ou moins en fonction des individus.

Tout au long de ce stade larvaire, le Machaon grossit en se nourrissant de sa plante hôte et effectue plusieurs mues[1].

La chrysalide est entourée d'une ceinture de soie et fixée à la base par le cremaster. Selon les saisons, le stade nymphal dure trois semaines ou tout l'hiver. Les imagos peuvent s'observer de mars à septembre.

Biologie[modifier | modifier le code]

Phénologie[modifier | modifier le code]

Le Machaon est généralement multivoltin : il vole et se reproduit de fin mars à septembre et deux ou trois générations se succèdent pendant cette période (mais une seule en montagne et dans le Nord de son aire de répartition). Il hiverne au stade de chrysalide (certains imagos hiverneraient aussi[réf. nécessaire]).

Plantes-hôtes[modifier | modifier le code]

Une chenille se nourrissant de fenouil.
Une chenille de Machaon sur des fleurs de Seseli tortuosum.

On recense plusieurs dizaines de plantes-hôtes pour la chenille du Machaon. En Europe, elle consomme principalement diverses Apiacées (ombellifères), comme le fenouil commun, la carotte, l'aneth, le persil, certains peucédans, lasers, angéliques et sésélis[3],[4], mais aussi localement certaines Rutacées, comme la rue fétide et la fraxinelle en Europe[3],[4], et les agrumes en Orient[réf. souhaitée]. En Amérique du Nord, les plantes-hôtes sont principalement des armoises, notamment l'estragon[5].

Répartition et habitats[modifier | modifier le code]

Répartition

Cette espèce possède une vaste aire de répartition couvrant pratiquement tout l'hémisphère nord tempéré : elle se rencontre en Europe, en Afrique du Nord, dans les régions tempérées de l'Asie jusqu'au Japon, ainsi que dans une partie de l'Amérique du Nord. Elle est présente dans presque toute l'Europe, mais semble se raréfier en Europe centrale et est absente d'Irlande.

En France métropolitaine, le Machaon est présent dans tous les départements[6], y compris en Corse où il cohabite avec l'espèce endémique cyrno-sarde Papilio hospiton avec laquelle il s'hybride parfois.

Il est très rare en Grande-Bretagne, où la sous-espèce locale ne se trouve que dans The Broads dans le Norfolk, les autres régions étant parfois visitées par la sous-espèce du continent[7].

Habitats

Le Machaon fréquente des habitats ouverts variés, en faible densité, et a une tendance dispersive, à la limite de la migration[3]. On le trouve surtout dans des sites humides en Europe du Nord, dans des lieux herbus secs ou humides en Europe médiane, et en Europe méditerranéenne dans tout habitat où poussent ses plantes-hôtes[3]. À basse altitude, il se reproduit dans les friches, prairies fleuries et aux abords des cultures, mais on le rencontre souvent entre 1 000 et 2 000 m du fait de sa tendance dispersive, et parfois jusqu'à 3 000 m[3].

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Papilio machaon a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758 dans la dixième édition de Systema naturae[8]. La localité type est la Suède[9]. L'épithète spécifique fait référence à Machaon, un héros de la mythologie grecque.

Papilio machaon est l'espèce type du genre Papilio Linné, 1758. Au sein de l'ordre des lépidoptères, elle est classée dans la super-famille des Papilionoidea, la famille des Papilionidae et la sous-famille des Papilioninae, pour lesquelles Papilio est lui-même le genre type.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Plus de cent sous-espèces ont été décrites, mais toutes ne sont pas reconnues par tous les auteurs. On peut notamment citer[10] :

  • Papilio machaon machaon Linné, 1758 — Europe
  • Papilio machaon aliaska Scudder, 1869 — Tchoukotka, Alaska, Canada
  • Papilio machaon annae Gistel, 1857
  • Papilio machaon archias Fruhstorfer, 1907
  • Papilio machaon asiaticus Ménétriés, 1855
  • Papilio machaon baijangenis Huang & Murayama, 1992
  • Papilio machaon bairdii Edwards, 1866 — États-Unis
  • Papilio machaon birmanicus Rothschild, 1908
  • Papilio machaon britannicus Seitz, 1907 — Grande-Bretagne
  • Papilio machaon brucei Edwards, 1893 — Canada, États-Unis
  • Papilio machaon centralis Staudinger, 1886 — Asie centrale
  • Papilio machaon chinensis Verity, 1905
  • Papilio machaon gorganus Fruhstorfer, 1922
  • Papilio machaon hippocrates C. & R. Felder, 1864 — Japon
  • Papilio machaon hudsonianus Clark, 1932
  • Papilio machaon kamtschadalus Alphéraky, 1897 — Kamchatka
  • Papilio machaon kunkalaschani Eller, 1939
  • Papilio machaon ladakensis Moore, 1884 — Asie centrale
  • Papilio machaon mauretanica Verity, 1905 — Afrique du Nord
  • Papilio machaon montanus Alphéraky, 1897 — Chine
  • Papilio machaon muetingi Seyer, 1976 — Oman, Émirats arabes unis[11]
  • Papilio machaon neochinensis Sheljuzhko, 1913
  • Papilio machaon oregonius Edwards, 1876 — États-Unis
  • Papilio machaon sikkimensis Moore, 1884 — Tibet
  • Papilio machaon suroia Tytler, 1939
  • Papilio machaon sylvina Hemming, 1933
  • Papilio machaon taliensis Eller, 1939
  • Papilio machaon verityi Fruhstorfer, 1907

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • En français : le Machaon ou le Grand porte-queue (ce dernier nom désigne aussi l'espèce américaine Papilio cresphontes).
  • En anglais : swallowtail ou common yellow swallowtail (en Europe), Old World swallowtail (en Amérique).
  • En allemand : der Schwalbenschwanz.
  • En espagnol : macaón.
  • En italien : macaone.
  • En néerlandais : koninginnenpage.

Le Machaon et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le Machaon est protégé en Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Moldavie et dans certaines régions d'Autriche (Carinthie, Haute-Autriche, Vorarlberg) et d'Allemagne (Bade-Wurtemberg, Bavière,Saxe-Anhalt). Il est protégé en Suisse dans les cantons d'Argovie, Berne, Genève, Obwald, Soleure et Vaud. Il est déclaré vulnérable en Corée du Sud et noté sur le Red Data Book en Russie. En Inde, Papilio machaon verityi est protégé.

Symbole[modifier | modifier le code]

Le Machaon est déclaré « Animal de l’année 2003 » par Pro Natura, une organisation suisse de protection de la nature.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Machaon figure sur une émission de la République démocratique allemande de 1964 (valeur faciale : 20 p.), de l'Allemagne de 1991, de Moldavie, de l'Union soviétique et du Luxembourg, sorti le (valeur faciale : 0,35 €).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les Pages Entomologiques d'André Lequet.
  2. papillons du Poitou-Charentes
  3. a b c d et e Tolman et Lewington 2014.
  4. a et b Lafranchis 2007.
  5. Brock et Kaufman 2006.
  6. Lépi'Net
  7. (en) UK Butterflies.
  8. Linnaeus, 1758. Syst. Nat. (Edn 10) 1 : 462.
  9. FUNET Tree of Life, consulté le 18 avril 2019
  10. FUNET Tree of Life, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  11. (en) C. Clarke et T. B. Larsen, « Speciation problems in the Papilio machaon group of butterflies (Lepidoptera: Papilionidae) », Systematic Entomology, vol. 11, no 2,‎ , p. 175–181 (DOI 10.1111/j.1365-3113.1986.tb00175.x, lire en ligne, consulté le 11 août 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le Machaon en Europe[modifier | modifier le code]

Le Machaon en Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tristan Lafranchis, Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Biotope, coll. « Parthénope », (ISBN 9782951037922).
  • Pro Natura — Ligue Suisse pour la Protection de la Nature, Les papillons de jour et leurs biotopes : Espèces • Dangers qui les menacent • Protection. Volume 1, , 516 p. (ISBN 9783855874033).
  • Tom Tolman et Richard Lewington, Papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-02045-6).
  • Tristan Lafranchis, Papillons d'Europe, Diatheo, (ISBN 9782952162012).
  • (en) Jim P. Brock et Kenn Kaufman, Kaufman Field Guide to Butterflies of North America, Houghton Mifflin Harcourt, (ISBN 978-0-618-76826-4).
  • D.J. Carter & B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Delachaux & Niestlé, Paris 2005, 311 p. (ISBN 978-2-603-01444-8) (DL février 2005).