Macha Mong Ruad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Macha Mong Ruad
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activité
Père
Conjoint
Cimbaeth mac Finntan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Macha Mong Ruad (i.e: Macha au nom rouge), fille d'Áed Rúad, est, selon la légende médiévale et la tradition pseudo historique irlandaise la seule reine figurant dans la Liste des Ard ri Érenn.

Règne[modifier | modifier le code]

Áed Rúad, son père régnait en alternance sur le royaume avec ses cousins Díthorba et Cimbáeth, sept années chacun. Áed meurt après avoir effectué son troisième règne et lorsque son tour revient de nouveau, Macha réclame la royauté. Díthorba and Cimbáeth refusent qu'une femme occupe le trône, et un combat s'ensuit. Macha remporte la victoire, et Díthorba est tué. Elle gagne un second combat contre les fils de Díthorba qui s'enfuient dans une contrée sauvage du Connacht. Elle épouse alors Cimbáeth, avec qui elle partage la royauté.

Macha poursuit seule les fils de Díthorba déguisée en lépreuse, et les maitrise les uns après les autres lorsqu'il tentent d'avoir des relations sexuelles avec elle, ils sont ligotés et transportés en Ulster. Les hommes d'Ulster cherchent à la tuer mais elle les devance et les réduit en esclavage et les oblige à construire la forteresse de Emain Macha (Navan Fort près d'Armagh), qui devient la capitale de Ulaid, délimitant ses frontières avec sa broche (d'où serait issu de le nom de Emain Macha ou Eo-muin Macha i.e Broche du cou de Macha) selon une étymologie discutable[1].

Macha règne conjointement avec Cimbáeth pendant sept ans, jusqu'à la mort de la peste à Emain Macha de son époux, puis elle règne seule quatorze autres années, jusqu'à ce qu'elle soit tuée par Rechtaid Rígderg[2],[3].

Le Lebor Gabála Érenn synchronise son règne avec celui de Ptolémée Ier (323-283 BC)[4]. La chronologie de Geoffrey Keating Foras Feasa ar Éirinn dates son règne de 468-461 av. J.-C., les Annales des quatre maîtres de 661-654 av. J-C.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugene O'Curry, Lectures on the Manuscript Materials of Ancient Irish History, 1861, Appendix No. XXXVIII
  2. Geoffrey Keating, Foras Feasa ar Éirinn 1.27-1.28
  3. Annals of the Four Geoffrey Masters M4532-4546
  4. R. A. Stewart Macalister (ed. & trans.), Lebor Gabála Érenn: The Book of the Taking of Ireland Part V, Irish Texts Society, 1956, p. 263-267

Source[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]