Macadam (route)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macadam.
Empierrement d'une route selon la technique Macadam en 1823. Au premier plan concassage de pierres pour obtenir la granulométrie requise.

Le macadam est une technique de revêtement des chaussées, développée par l'Écossais John Loudon McAdam. Le processus de réfection des routes avec le macadam se nomme la macadamisation.

Description[modifier | modifier le code]

La technique classique de l'empierrement a été mise au point vers 1760 par l'inspecteur des Ponts et Chaussées Pierre Marie Jérôme Trésaguet. Elle s'était généralisée en Europe et impliquait la pose de gros blocs posés pointe en haut, les interstices étant ensuite bloqués par insertion d'éclats de pierres.

Au contraire, McAdam propose une technique bien plus simple et qu'il présente comme nouvelle mais déjà utilisée par les Romains en -450, à partir d'un procédé connu mille ans auparavant des Babyloniens5 . Sur un sol bien drainé, il se contente de faire poser une épaisse couche de cailloutis dont les fragments ont été soigneusement calibrés en vertu d'une granulométrie précise. Cette couche est ensuite tassée directement par le trafic, ou préférablement, par des rouleaux compresseurs, jusqu'à former un revêtement résistant et relativement étanche[1]. Beaucoup moins coûteux, ce système exige cependant un entretien plus constant.

Les thèses de McAdam, qui ne semblent pas avoir été publiées sous son propre nom en traduction française, ont été diffusées très rapidement, en France par le baron Charles Dupin[2], par les ingénieurs Henri Navier[3] ou Antoine Rémy Polonceau[4], ou encore en Allemagne par Vogel et Dingler[5].

Revêtement bitumineux[modifier | modifier le code]

Par la suite, l'étanchéité de surface a été améliorée par imprégnation de bitume ou de goudron.

Plus tard encore, les chaussées macadamisées ont été revêtues de béton de goudron nommé tarmacadam ou tarmac en anglais (tar signifie « goudron »). Le goudron de houille, dérivé du charbon est maintenant remplacé par du bitume, dérivé du pétrole, mais dans le langage courant on continue à parler de revêtement en goudron.

Par extension, le terme macadam est aujourd'hui employé, à tort, dans ce dernier sens.

Références[modifier | modifier le code]

  1. John-Loudon McAdam, A practical Essay on the scientific Repair and Preservation of public Roads, Londres 1819.
  2. Charles Dupin, Voyage dans la Grande-Bretagne entrepris relativement aux services publics de la guerre, de la marine, et des ponts et chaussées, au commerce et à l'industrie depuis 1816, 3 vol. et atlas, Paris 1825-1826
  3. Claude-Louis-Marie-Henri Navier, «Considérations sur les travaux d'entretien des routes en Angleterre. Procédés de M. McAdam», dans: Annales des ponts et chaussées 1831/2, pp. 132-156
  4. Antoine Polonceau, Mémoire sur l'amélioration des routes et chaussées en cailloutis à la McAdam, Paris 1834
  5. Friedrich Vogel, Bemerkungen über das gegenwärtige System des Chausséebaues, Darmstadt 1825 (traduction de l'ouvrage de McAdam).

6. Jean de Kerdeland, L'antique histoire de quelques inventions modernes, Éditions France-Empire, Paris, 1980

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Loudon McAdam, A practical Essay on the scientific Repair and Preservation of public Roads,Londres 1819
  • Henri Navier, Considérations sur les travaux d'entretien des routes en Angleterre, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1831, 2e semestre, p. 132-156 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]