Mabrouk Belhocine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mabrouk Belhocine
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Mabrouk Belhocine, né le à Chemini (Kabylie) en Algérie, et mort le [1], est un avocat et écrivain algérien, militant de la cause nationale. Il fut haut fonctionnaire du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).

Biographie[modifier | modifier le code]

Mabrouk Belhocine, né à Chemini dans la wilaya de Béjaïa en 1921, est originaire de la tribu des Aït Waghlis. Il est licencié en droit de l'université d'Alger. Il milite au PPA de à et en tant qu'avocat, il assure la défense de toutes les victimes de la répression. En , il est élu conseiller municipal du second collège de Bougie (Bejaïa) sur une liste UDMA (fondée par Ferhat Abbas ; parti communiste algérien) en tant que progressiste. Il ne va pas cesser avec des militants comme Gaston Revel de dénoncer le système colonial, en particulier les conditions difficiles de la population musulmane[2],[3]. Il adhère au FLN fin . D' à , il milite au sein de la Fédération de France, puis rejoint Tunis en .

De à , Mabrouk Belhocine assume les fonctions de directeur du département devenu ministère de l'Armement. De à , il exerce les fonctions de secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères. De novembre 1961 à , il est chef de la mission du GPRA en Amérique latine. Député à l'Assemblée nationale constituante de 1962, il est réélu en 1964.

Après le , Mabrouk Belhocine se consacre à sa profession. En , il est désigné membre de la Commission d'enquête sur l'assassinat du Président Mohamed Boudiaf[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le courrier Alger-Le Caire (1954-1956) (Archives), Casbah Éditions, Alger, 2000
  • Les correspondances entre l’intérieur et l’extérieur : Alger - Le Caire 1954-1956 (Histoire), Casbah Éditions, Alger, 2004
  • Co-rédacteur de la plaquette du PPA (Parti du peuple Algérien) en 1948, L'Algérie libre vivra, comme contribution au débat sur la définition de la nation algérienne. Cette plaquette a été dénoncée et combattue par le clan messaliste et avait été à l'origine de la crise anti-berbère, dite « crise berbériste » en 1948-1949.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mabrouk Belhocine, grande figure du bâtonnat, s'est éteint à Alger sur lematindz.net, consulté le 4 décembre 2016
  2. Sempé Alexis, Gaston Revel : parcours d'un militant communiste en Algérie, mémoire de maîtrise, UTM, 2002.
  3. Sempé Alexis, Un instituteur communiste en Algérie, La Louve Éditions, 2013, 464 p.
  4. « http://www.algerie-livres.com/default.asp?page=fiche_auteur&num=228 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur algerie-livres.com (consulté le 9 avril 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]