Maajid Nawaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maajid Nawaz speaking at LibDem campaign event.jpg

Maajid Usman Nawaz (ourdou : ماجد نواز, [ˈmaːdʒɪd̪ naːwaːz] ; né le 2 novembre 1978) est un activiste, auteur, journaliste et politique britannique. Il a été le candidat des Libéraux-démocrates (Royaume-Uni) pour le siège de Hampstead and Kilburn à Londres lors des élections générales de 2015. Il est aussi co-fondateur et président du think-tank anti-extrémiste Quilliam, qui cherche à contrer les narratifs des extrémistes islamistes[1].

Nawaz est un ancien membre du groupe islamiste Hizb ut-Tahrir. Cette association a conduit à son arrestation en Égypte en décembre 2001, où il est resté emprisonné jusqu'en 2006. Pendant son incarcération, la lecture de livre sur les droits de l'homme et l'interaction avec Amnesty International, qui l'avait adopté comme prisonnier de conscience, ont résulté en une remise en question de ses convictions. En 2007 Nawas a quitté Hizb-ut-Tahrir, et a renoncé à son passé islamiste. Il appelle désormais à un Islam laïque[2].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Opinions[modifier | modifier le code]

Islamisme, radicalisation et déradicalisation[modifier | modifier le code]

Selon Nawaz, nous sommes passés de l'ère de l'État-nation et de la mondialisation, où l'identité est définie par la loyauté à un pays et sa nationalité, à celle de l'« Âge du comportement » où le comportement est façonné par des idées, des narratifs et des loyautés transnationales[3].

Nawaz pendant une conférence: Une culture globale pour combattre l'extrémisme

Nawaz souligne la nature extrémiste des mouvements sociaux transnationaux contemporains. Qu'ils soient le néo-fascisme européen ou l'islamisme mondialisé, ils marginalisent, par leur discours violent, les défenseurs de la démocratie dans le monde[3].  Nawaz critique le politiquement correct, et la timidité des démocrates à faire valoir l'universalité des aspirations et normes démocratiques[3]. Il met aussi en évidence l'échec de nombreux États du Monde musulman comme facteur aggravant. Selon lui, il y a une absence de choix démocratique dans de nombreux pays à majorité musulmane. Ce qui signifie que les partis démocratiques se retrouvent souvent en concurrence avec des partis non-démocratiques qui ne souhaitent pas de démocratie (partis théocratiques, partis soutenus par l'armée, etc.). L'échec d'un parti démocratique est donc perçu comme l'échec de la démocratie[3].

Selon Nawaz, tout mouvement social est construit autour d'éléments de base. Pour le critiquer et le contrer, ses éléments doivent être remplacés par des alternatives crédibles[3]. Les quatre éléments sont:

  • Idées : Les idées constituent la cause en laquelle les sympathisants croient, par exemple la création d'un califat mondial.
  • Narratifs :  Les narratifs constituent les techniques de propagande utilisées pour vendre les idées, par exemple le narratif de l'Occident en guerre contre l'Islam. 
  • Symboles : Les symboles sont constitués de l'iconographie, des drapeaux, logos, codes vestimentaires, manifestations, etc.
  • Chefs :  Les chefs sont les personnalités utilisées comme symboles de la cause et sens du mouvement.

Définition de l'Islamisme

Liberté d'expression et blasphème[modifier | modifier le code]

Relativisme culturel[modifier | modifier le code]

Nationalisme et mouvements d'extrême droite[modifier | modifier le code]

Activisme islamiste[modifier | modifier le code]

Association avec Hizb ut-Tahrir[modifier | modifier le code]

Emprisonnement en Égypte[modifier | modifier le code]

Désaffection et rupture avec Hizb ut-Tahrir[modifier | modifier le code]

Activisme anti-terroriste[modifier | modifier le code]

Quilliam Foundation[modifier | modifier le code]

Contribution à la démission des chefs de l'English Defence League[modifier | modifier le code]

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Candidat Libéral-Démocrate[modifier | modifier le code]

Polémiques[modifier | modifier le code]

Le 25 octobre 2016 le Southern Poverty Law Center insère son nom dans une liste de personnes qu'il désigne comme des extrémistes anti-musulmans qui comprend aussi des personnages comme Daniel Pipes ou David Horowitz mais aussi Ayaan Hirsi Ali[4]. Dans un article publié dans The Daily Beast il s'insurge contre cette qualification qu'il estime injustifiée. Il y explique qu'il est partisan d'un islam libéral et qu'il s'oppose à toute forme de théocratie islamique tout en s'opposant en parallèle aux discours des islamophobes qui s'en prennent à la communauté musulmane dans son ensemble. Il ajoute que la création de ce genre de listes lui rappelle le maccarthysme[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais [modifier | modifier le code]

  • (en) Zeyno Baran, The Pakistan Cauldron: Conspiracy, Assassination & Instability, A&C Black, (ISBN 978-1-4411-1248-4)
  • (en) James P. Farewell, Citizen Islam: The Future of Muslim Integration in the West, Potomac Books, Inc, (ISBN 978-1-59797-982-5)
  • (en) Abdolmohammad Kazemipur, The Muslim Question in Canada: A Story of Segmented Integration, UBC Press, (ISBN 978-0-7748-2731-7)
  • (en) Romain Garbaye et Pauline Schnapper, The Politics of Ethnic Diversity in the British Isles, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1-137-35154-8)

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Livres

Essais et contributions

  • (en) John Gallagher et Eric D. Patterson, Debating the War of Ideas, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-0-230-10198-2) (contribution à un livre)
  • Maajid Nawaz, On Blasphemy, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]