Maïté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maïté
Description de cette image, également commentée ci-après
Maïté à la Plaine Saint-Denis en 2003.
Nom de naissance Marie-Thérèse Badet
Naissance (83 ans)
Rion-des-Landes (Landes)
Nationalité Drapeau de la France Française
Pays de résidence France
Profession

Marie-Thérèse Ordonez[1] (née Badet), dite Maïté, née le à Rion-des-Landes[2] (Landes), est une restauratrice et auteure française qui a animé des émissions culinaires sur France 3, dont La Cuisine des Mousquetaires avec Micheline Banzet-Lawton, de 1983 à 1997, et À table, de 1995 à 1999.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maïté exerce au début de sa carrière le métier d'annonceuse à la SNCF : elle est chargée d'alerter, au moyen d'une trompette, les ouvriers des voies ferrées avant qu'un train n'arrive afin qu'ils lui laissent le passage[3].

En 1983, Maïté est repérée par le réalisateur Patrice Bellot à l'occasion d'un reportage sur l'équipe de rugby de Rion-des-Landes, alors qu'elle a l'habitude de cuisiner pour les joueurs[1]. Peu après, elle commence à animer l'émission culinaire La Cuisine des Mousquetaires en compagnie de Micheline Banzet-Lawton (1923-2020)[4].

En 1988, Maïté ouvre à Rion son premier restaurant, dans lequel ont également lieu les enregistrements de ses émissions. Elle finira par fermer ce premier établissement avant d'en ouvrir un autre dans la même ville, Chez Maïté, qui sera liquidé en [5],[6].

Les différentes interventions télévisuelles de Maïté donneront naissance à des moments cultes, en particulier sa très sensuelle dégustation d'ortolan en 1984[7] ou encore une recette au cours de laquelle devait être assommée, à l'aide d'un pilon de mortier, une anguille quelque peu récalcitrante en 1992[8].

Durant sa carrière dans les médias, Maïté est également animatrice à Sud Radio et apparaît régulièrement dans d'autres émissions, documentaires et fictions. On peut notamment la voir dans deux épisodes de l'émission C'est pas sorcier, intitulés tous deux Le cèpe à sorcier et diffusés en 1997[9] et en 2005[10]. En 1995, elle tient le premier rôle de la comédie Le Fabuleux destin de Madame Petlet, réalisé par Camille de Casabianca, qui est salué par la critique[11].

Elle sort un certain nombre de livres, VHS et DVD tournant autour de la cuisine.

Elle est mariée à Jean-Pierre Ordonez dit "Pierrot" depuis 1958, mort le 9 septembre 2020 à l'âge de 84 ans[12]. Son fils unique, Serge, est décédé en 2013 des suites d'un cancer. Elle a deux petites-filles, Perrine (née en 2000) et Camille (née en 2001)[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Maïté : de la cuisine à la télévision », sur web-libre.org, .
  2. (en) Maïté sur l’Internet Movie Database
  3. Télé 7 jours no 2679, semaine du 9 au 15 août 1986, p. 75.
  4. « Mort de Micheline Banzet-Lawton, ex-compère de Maïté », sur www.journaldesfemmes.fr (consulté le )
  5. « Landes : le restaurant de la célèbre cuisinière Maïté liquidé ! », sur sudouest.fr,
  6. « Le restaurant « Chez Maité » est définitivement fermé » [archive]
  7. « Quand Maïté déguste un ortolan en 1984, c’est une scène d'un érotisme torride ! », tf1,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « VIDÉO - Les moments cultes de Maïté aux fourneaux », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Le cèpe à sorcier : les champignons sur le site pointculture.be
  10. Présentation de Le cèpe à sorcier de C'est pas sorcier sur tvmag.lefigaro.fr
  11. Jérôme Lachasse, « "Le Fabuleux destin de Madame Petlet", ou comment Maïté a tenté de devenir une star de cinéma », sur BFMTV, (consulté le )
  12. « Maïté en deuil : son mari est mort à l'âge de 84 ans - Voici », sur Voici.fr,
  13. « Maïté : Bouleversée par la mort de son fils, elle a perdu le goût de vivre... », sur purepeople.com,
  14. « A table avec les politiques », sur lemonde.fr,
  15. « Maïté et Massimo jouent les nounous », sur leparisien.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]