Maître du Froissart du Getty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maître du Froissart du Getty
Période d'activité
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail

Le Maître du Froissart du Getty désigne par convention un enlumineur actif entre 1475 et 1485 à Bruges. Il doit son nom à ses miniatures dans une Chroniques de Jean Froissart aujourd'hui conservée au J. Paul Getty Museum de Los Angeles.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Louis II d'Anjou entrant à Paris, miniature des Chroniques de Froissart, Getty Museum, f.309v.

Son nom de convention a été forgé par l'historien de l'art américain Scott McKendrick en 2003 à partir de 20 grandes miniatures peintes dans un manuscrit des Chroniques de Jean Froissart peint peut-être à destination d'Édouard IV d'Angleterre. Son style a été distingué de celui du Maître aux inscriptions blanches avec qui il était confondu jusqu'à cette date. Installé à Bruges, il collabore avec les nombreux enlumineurs de cette ville dans les années 1470-1480, notamment à la réalisation de manuscrits pour le roi d'Angleterre ou pour Louis de Gruuthuse : outre le maître déjà cité, le Maître du Wavrin de Londres, le Maître d'Édouard IV, le Maître aux mains volubiles, Philippe de Mazerolles. Il montre aussi une nette influence du Maître d'Antoine de Bourgogne et des premières œuvres du Maître du Livre de prières de Dresde[1].

Style[modifier | modifier le code]

Son style se caractérise par un grand sens de l'espace dans ses compositions et dans la disposition des personnages. Ces personnages possèdent justemennt des attitudes très variées, aussi bien chez les femmes que chez les hommes, même si leur visage est souvent identique. Il fait preuve aussi de l'usage d'une palette de couleurs plus large que ses contemporains et s'attache à restituer dans le détail le rendu des textures et des détails des costumes[1].

Œuvres attribuées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Scot McKendrick et Thomas Kren, Illuminating the Renaissance : The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles, Getty Publications, , 591 p. (ISBN 978-0-89236-704-7, lire en ligne), p. 295-305
  • Ilona Hans-Collas et Pascal Schandel, Manuscrits enluminés des anciens Pays-Bas méridionaux. I. Manuscrits de Louis de Bruges, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2009, p. 222-224

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b McKendrick et Kren 2003, p. 282
  2. Notice sur le site du Getty
  3. Notice de la BL
  4. Notice et manuscrit sur le site de la British Library
  5. (en) Hanno Wijsman, « Two Petal of Fleur : The "Copenhaguen Fleur des histoires" and the production of illuminated manuscripts in Bruges around 1480 », Fund og Forskning I Det Kongelige Biblioteks Samlinger, vol. 47,‎ , p. 17-72 (lire en ligne)
  6. Notice de la BL
  7. Notice de la BL
  8. Notice de la BL
  9. Notice de la BNF
  10. Hanno Wijsman, Les Heures Gros-Carondelet vendues à Hambourg : informations supplémentaires sur le manuscrit sur le site Libraria