Maître des Triomphes de Pétrarque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maître des Triomphes de Pétrarque
Période d'activité
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Lieu de travail
Mécène
Œuvres principales

Le Maître des Triomphes de Pétrarque désigne par convention un enlumineur actif à Paris et peut-être à Rouen entre 1499 et 1514. Il doit son nom à un manuscrit des Triomphes du poète italien Pétrarque aujourd'hui conservé à la Bibliothèque nationale de France.

Éléments biographiques et stylistiques[modifier | modifier le code]

Triomphe de la divinité, miniature des Triomphes de Pétrarque, Fr.594.

Cet artiste a été identifié pour la première fois par l'historien de l'art américain John Plummer à travers une série de livres d'heures et surtout un manuscrit contenant Les Triomphes de Pétrarque (BNF, Fr.594) dans une traduction anonyme achevée à Rouen le . Cette origine normande fait attribuer la commande de cet ouvrage et d'un autre comportant le texte des Remèdes de l'une et l'autre fortune du même auteur et du même traducteur (Fr.225) au cardinal Georges d'Amboise, archevêque de Rouen, qui aurait pu les offrir au roi Louis XII. Cette commande a fait dire que l'artiste était installé à Rouen et a même été désigné un temps comme « chef de l'école rouennaise », un ensemble d'artistes actifs dans l'entourage du cardinal[1]. Cependant, le grand nombre de manuscrits parisiens qu'il a peint fait plutôt penser à un artiste parisien, appartenant à l'atelier de Jean Pichore[2],[3].

Son style est marqué par un rythme lent de ses compositions, contrairement au rythme plus agité de Jean Pichore. Il utilise fréquemment la grisaille. Il est aussi influencé par Jean Poyet, dont il a peut-être fréquenté l'atelier, notamment dans son usage du bleu et du jaune. Il montre par ailleurs une influence de Jean Bourdichon, autre artiste tourangeau[2],[3].

Manuscrits attribués[modifier | modifier le code]

Gédéon dans les Petites Heures dites d'Anne de Bretagne.
  • Heures de Claude Molé, 10 grandes miniatures et 14 petites, vers 1500, Morgan Library and Museum, New York, M.356[4]
  • Heures à l'usage de Rome, 9 grandes (dont 2 à pleine page) et 18 petites miniatures, en collaboration avec divers artistes dont Maître de Jacques de Besançon, Morgan Library, M.160[5]
  • Les Triomphes de Pétrarque, commandé par Georges d'Amboise (?), vers 1503, pour Louis XII, BNF, Fr.594[6]
  • Livre d'heures, en collaboration avec Jean Pichore, musée national de la Renaissance, Écouen, MS. E. Cl. 1251[7]
  • Petites Heures d'Anne de Bretagne, commandées par Georges d'Amboise pour Anne de Bretagne (?), vers 1503, BNF, NAL. 3027
  • Heures dites d'Henri IV, commandé par Georges d'Amboise (?), 60 miniatures en grisaille et des dessins à la plume, BNF, Lat.1171[8]
  • Livre d'heures à l'usage de Rome, vers 1505, Palais des beaux-arts de Lille, inv. A 200
  • Heures à l'usage de Rome, 8 grandes miniatures, vers 1505-1510, Morgan Library, M.618[9]
  • Livre d’heures à l'usage de Paris, en collaboration avec le Maître d'Étienne Poncher, Société archéologique de Montpellier, ms.137
  • Livre d'heures à l'usage de Tours, 4 grandes et 38 petites miniatures, ancienne collection Spitz ms.504, passé en vente chez le libraire Dr. Jörn Gunther Rare Books AG en 2016[10],[11]
  • Lettrines découpées dans un ancien manuscrit, représentant sainte Anne et saint Grégoire, attribuées à un suiveur, Free Library of Philadelphia, Lewis E M 43:13-14[12]
  • Heures à l'usage de Rome, 16 grandes et 3 petites miniatures attribuées à un suiveur du maître, vers 1520, Morgan Library, M.632[13]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, BNF/Flammarion, , 439 p. (ISBN 978-2080121769), p. 417-418 (notices 237-238)
  • (en) John Plummer et Gregory Clark, The last flowering: French Painting in Manuscripts 1420-1530 from American collections, New York, Pierpont Morgan Library / Oxford University Press, , 123 p. (ISBN 0195032624), p. 90
  • Marie Jacob, « Les premières représentations des Trionfi de Pétrarque dans le royaume de France : le triomphes des modèles italiens ? », dans Geneviève Bresc-Bautier, Thierry Crépin-Leblond et Elisabeth Taburet-Delahaye, La France et l'Europe autour de 1500. Croisements et échanges artistiques, École du Louvre, , 320 p. (ISBN 978-2-9041-8739-1), p. 193-206

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Ritter et Jean Lafond, Manuscrits à peintures de l'école de Rouen. Livres d'heures normands, Paris, Picard, 1913
  2. a et b Avril et Reynaud 1993
  3. a et b Notice du Grove Encyclopedia
  4. Notice de la Morgan Lib.
  5. Notice de la Morgan Lib.
  6. Pétrarque, Les Triomphes, traduction rouennaise anonyme, avec le commentaire de Bernardo Lapini (1500-1505) sur Gallica
  7. Isabelle Delaunay, « Les Heures d'Ecouen du Musée national de la Renaissance : échanges entre manuscrits et imprimés autour de 1500 », La Revue du Louvre et des musées de France, vol. 43, no 4,‎
  8. Notice de la BNF
  9. Notice de la Morgan Lib.
  10. Présentation sur le site de la TEFAF
  11. Catalogue sur guenther-rarebooks.com
  12. Notice de la Free Lib.
  13. Notice de la Morgan Lib.