Maître de la Cité des dames

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maître de la Cité des dames
Période d'activité
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Influencé par
Œuvres principales

Le Maître de la Cité des dames ou Maître de Christine de Pisan[1] est un maître anonyme enlumineur actif à Paris entre 1400 et 1415. Collaborateur de Christine de Pisan dans la réalisation de ses manuscrits, il doit son nom de convention des manuscrits de La Cité des dames qu'il a enluminé.

Éléments biographiques et stylistiques[modifier | modifier le code]

Miniature de la Cité des dames, BNF, Fr.607, f.2

Le nom de convention est forgé par l'historien de l'art Millard Meiss d'après les cinq manuscrits de la Cité des dames qu'il a décoré pour Christine de Pisan. Le début de sa carrière se fait dans l'entourage de Jacquemart de Hesdin avec qui il collabore à la réalisation des Heures de Barcelone vers 1401 (Bibliothèque de Catalogne, Barcelone, Ms.1850). Il collabore par la suite à l'atelier du Maître de Boucicaut, en compagnie du Maître de la Mazarine à plusieurs reprises, ainsi qu'avec le Maître d'Orose. Selon Charles Sterling, il s'agit d'un artiste venu des Pays-Bas, d'après son attention particulière portée aux scènes de la vie citadine quotidienne ou aux scènes domestiques. Plusieurs caractères italianisants sont distingués aussi dans sa peinture notamment dans le traitement des carnations, comme chez Jacquemart de Hesdin. L'artiste est sans doute à la tête d'un atelier, avec plusieurs collaborateurs, qui s'est spécialisé dans la peinture de textes historiques, allégoriques et littéraires. Son succès peut s'expliquer par sa capacité à évoquer son époque dans ses miniatures par ces détails de la vie quotidienne[2].

Son style est marqué par ses collaborations avec le Maître de Boucicaut ou son émule le Maître de la Mazarine : la scène de dédicace de Christine de Pisan à Isabeau de Bavière est ainsi inspiré directement de la scène de dédicace du manuscrit des Dialogues de Pierre Salmon de Genève (BGE, Ms. Fr.165). Cette même scène semble indiquer une influence italienne, notamment celle de Maso di Banco ou encore de PIetro et Ambrogio Lorenzetti. Son approche de la couleur reste cependant tout à fait originale. Il est capable par ailleurs de mettre en œuvre des compositions larges et ambitieuses, qui rappellent la peinture murale de l'époque, même si les éléments de ses paysages sont fondés sur des modèles archaïques[2].

Manuscrits attribués[modifier | modifier le code]

Scène de dédicace de Christine de Pisan à Isabeau de Bavière, BL Harley 4431, f.3
Guillaume à la conquête de l'Angleterre, Miroir historial, Bibliothèque royale des Pays-Bas, 72 A 24, f.20r.

Plusieurs manuscrits lui sont attribués ainsi qu'à son atelier.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elisabeth Henry, Le Maître de la Cité des dames, mémoire de DEA d'histoire de l'art, Université de Strasbourg, 1994, 49 p.
  • (en) Millard Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry, New York et Londres, Phaidon, 1967-1974
  • Elisabeth Taburet-Delahaye (dir.), Paris 1400 : Les arts sous Charles VI, Fayard/RMN, , 413 p. (ISBN 2213620229), p. 155, 276
  • (en) Colum Hourihane (dir.), The Grove Encyclopedia of Medieval Art and Architecture, (ISBN 9780195395365, lire en ligne), p. 116-117

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]