Maître Zacharius ou l'Horloger qui avait perdu son âme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maître Zacharius ou l’Horloger qui avait perdu son âme
Image illustrative de l'article Maître Zacharius ou l'Horloger qui avait perdu son âme
Pittonaccio

Auteur Jules Verne
Pays France
Genre Fantastique
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Date de parution 1874 chez Hetzel
Illustrateur Théophile Schuler
Série Voyages extraordinaires

Maître Zacharius ou l’Horloger qui avait perdu son âme est un conte fantastique de jeunesse de Jules Verne, paru en 1854 dans la revue Musée des familles.

Sur les autres projets Wikimedia :

Source d’inspiration[modifier | modifier le code]

Pour ce conte, les sources d’inspiration de Jules Verne peuvent être :

Résumé[modifier | modifier le code]

Toutes les horloges et montres d’un horloger suisse se dérèglent.

Désespéré, il veut marier sa fille à un être qui incarne le Temps afin de conclure un pacte.

Thèmes abordés dans le récit[modifier | modifier le code]

  • L’amour du travail bien fait (c’est ce qu’éprouve maître Zacharius pour son métier d’horloger)
  • Les amours impossibles (en particulier la passion qui se lie entre Gérande et Aubert)
  • Pacte avec le diable (qu’entretient maître Zacharius avec le Seigneur Pittonaccio et qu’on retrouve dans le mythe de Faust)

Liste des personnages[modifier | modifier le code]

  • Gérande
  • Seigneur Pittonaccio
  • Scholastique
  • Aubert Thün, plus connu sous le simple nom d'Aubert
  • Maître Zacharius

Adaptations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Frrrit-Flacc suivi de Maître Zacharius. Éditions de Saint Mont. 2005. Note de l'éditeur concernant le texte de la seconde nouvelle : « première version, tel qu'il a été publié en revue et qui défère légèrement de sa version définitive, parue chez Hetzel en 1889. »

Références externes[modifier | modifier le code]