Maître Jacques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maître Jacques est un personnage symbolique du Compagnonnage

On peut rapprocher ce titre à plusieurs personnages et événements ayant existé ou non.

Compagnons du devoir[modifier | modifier le code]

Il pourrait être un des trois personnages légendaires de la construction du premier Temple de Jérusalem[1] : Hiram le maître d'œuvre (architecte de nos jours), bronzier de son état, envoyé à Salomon par Hiram Ier, roi de Tyr.

Maître Jacques aurait été le chef des compagnons Tailleurs de pierre et Père Soubise celui des compagnons Charpentiers. Il serait arrivé sur notre sol après la mort de Salomon et la dispersion des Ouvriers du Temple[2]. Son tombeau serait celui d'un inconnu situé dans la grotte de la Sainte Beaume.

Templier[modifier | modifier le code]

Il s'agirait de Jacques de Molay, grand Maître des Templiers (les chevaliers du Temple), qui étaient de grands constructeurs.

Compagnon à Sainte Croix d'Orléans[modifier | modifier le code]

Il pourrait être Jacques Moler, un des deux maîtres d'œuvre de la Cathédrale Sainte Croix d'Orléans pour les tailleurs de pierre, l'autre étant Soubise de Nogent, pour les charpentiers.

Orléans serait le lieu de la grande scission du Compagnonnage à la suite de la révocation de l'édit de Nantes ; une partie des Compagnons sont restés fidèle à la religion catholique les Compagnons du Devoir sous l'égide de Maitre Jacques pour les Tailleurs de pierre, les menuisiers et les serruriers ; les charpentiers sous celle du Père Soubise.

Jacques de Saint-Georges[modifier | modifier le code]

Fils de Maître Jean, architecte-maçon au service de la maison de Savoie, Jacques de Saint-Georges (~1230 - 1309), dit Maître Jacques, a construit de nombreux châteaux en Savoie, en Dauphiné, puis en Angleterre et au pays de Galles.

Maître Jacques au XXème siècle[modifier | modifier le code]

Digne compagnon aspirant accepté par toutes les corporations compagnonniques, un énigmatique nouveau Maître Jacques fut le créateur immatériel, alors à Rennes, auprès de l'architectecte Mario Boota, de la Cathédrale d'Evry de la résurrection, la seule construite au XXème siècle, et de son vrai chef d'œuvre la Chaîne Culturelle France Franco-Allemande ARTE, ainsi que de l'Union Européense. On lui attribue aussi la création d'internet, du World Wide Web dont il a délégué la réalisation technique à Tim Berners-Lee, et de Wikipédia, notamment. Son statut actuel serait, sous toutes contestations, Membre de la Hiérarchie ésotérique de l'Ordre de la Rose-Croix (AMORC), Illuminati de l'Ordre du Bien Suprême (Ordo Summum Bonum).

Notes et références

  1. Le secret des compagnons cordonniers dévoilé, Payrard, , 156 p. (lire en ligne), "D'après l'époque de la construction du Temple de Salomon, maître Jacques et Soubise auraient existé dès mille ans auparavant [Jésus-Christ]." p. 6
  2. Suzanne Sens, Les compagnons, FeniXX, , 192 p. (ISBN 978-2-402-16128-2, lire en ligne), "le futur compagnon l'avait mis à profit pour étudier les légendes concernant le roi Salomon, me père Soubise et Maître Jacques, les trois fondateurs du compagnonnage"

Articles connexes[modifier | modifier le code]