MLDonkey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MLDonkey
Interface graphique de MLDonkey 2.9.5.
Interface graphique de MLDonkey 2.9.5.

Développeur Fabrice Le Fessant
Première version 2001
Dernière version 3.1.5 ()
Écrit en OCaml, avec un peu de C et d'assembleur
Environnement Windows, OS X, Unix-like, MorphOS
Type Partage de fichiers en pair à pair
Licence GPL-2.0[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web mldonkey.sourceforge.net

MLDonkey est une application destinée au partage de fichiers en pair à pair multiréseaux et libre. Elle fonctionne comme application backend sur de nombreuses plates-formes. Elle peut être contrôlée au moyen d'une interface utilisateur fournie par un des nombreux frontaux séparés, y compris une interface Web, l'interface Telnet et plus d'une douzaine de logiciels clients natifs.

À l'origine, le projet était développé sous GNU/Linux. Depuis 2009, il est disponible pour de nombreux systèmes d'exploitation : GNU/Linux, Unix, Morphos, Mac OS X et Windows.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fondateur de MLDonkey est Fabrice Le Fessant de l'INRIA. Le logiciel a été conçu à l'origine comme un effort pour diffuser l'utilisation du langage OCaml dans la communauté open source[2].

Particularité[modifier | modifier le code]

Par rapport aux clients classiques destinés au partage de fichiers en pair à pair, MLDonkey a été conçu pour fonctionner en tant que daemon, ce qui signifie que le logiciel fonctionne en arrière-plan, et qu'il n'a pas besoin d'interface graphique pour fonctionner. Ce mode de fonctionnement a comme avantage d'économiser des ressources (quantité de mémoire vive et usage processeur) liées à l'affichage d'une fenêtre.

Liste de protocoles supportés[modifier | modifier le code]

Le cœur de l'application est donc accessible par plusieurs biais :

Développement[modifier | modifier le code]

MLDonkey est écrit en langage OCaml. C'est un langage assez peu répandu. Cela dit, le logiciel est tout de même régulièrement et rapidement mis à jour, comme l'a prouvé le groupe de développeurs en étant les deuxièmes à implémenter le réseau chiffré FastTrack dans la liste de leurs protocoles supportés. De plus les développements suivent d'assez près les dernières évolutions des protocoles eDonkey/eMule.

Interfaces graphiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]