MLDonkey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MLDonkey
Interface graphique de MLDonkey 2.9.5.
Interface graphique de MLDonkey 2.9.5.

Développeur Fabrice Le Fessant
Première version 2001
Dernière version 3.1.5 ()
Écrit en OCaml, avec un peu de C et d'assembleur
Environnement Windows, OS X, Unix-like, MorphOS
Type Partage de fichiers en pair à pair
Licence GPL-2.0[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web mldonkey.sourceforge.net

MLDonkey est une application destinée au partage de fichiers en pair à pair multiréseaux et libre. Elle fonctionne comme application backend sur de nombreuses plates-formes. Elle peut être contrôlée au moyen d'une interface utilisateur fournie par un des nombreux frontaux séparés, y compris une interface Web, l'interface Telnet et plus d'une douzaine de logiciels clients natifs.

À l'origine, le projet était développé sous GNU/Linux. Depuis 2009, il est disponible pour de nombreux systèmes d'exploitation : GNU/Linux, Unix, Morphos, Mac OS X et Windows.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fondateur de MLDonkey est Fabrice Le Fessant de l'INRIA. Le logiciel a été conçu à l'origine comme un effort pour diffuser l'utilisation du langage OCaml dans la communauté open source[2].

Particularité[modifier | modifier le code]

Par rapport aux clients classiques destinés au partage de fichiers en pair à pair, MLDonkey a été conçu pour fonctionner en tant que daemon, ce qui signifie que le logiciel fonctionne en arrière plan, et qu'il n'a pas besoin d'interface graphique pour fonctionner. Ce mode de fonctionnement a comme avantage d'économiser des ressources (quantité de mémoire vive et usage processeur) liées à l'affichage d'une fenêtre.

Liste de protocoles supportés[modifier | modifier le code]

Le cœur de l'application est donc accessible par plusieurs biais :

Développement[modifier | modifier le code]

MLDonkey est écrit en langage OCaml. C'est un langage assez peu répandu. Cela dit, le logiciel est tout de même régulièrement et rapidement mis à jour, comme l'a prouvé le groupe de développeurs en étant les deuxièmes à implémenter le réseau chiffré FastTrack dans la liste de leurs protocoles supportés. De plus les développements suivent d'assez près les dernières évolutions des protocoles eDonkey/eMule.

Interfaces graphiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]