MI 20

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
MI 20
MI NG

Données clés
Exploitant(s) RATP et SNCF
Type automotrice
Motorisation électrique
Composition 7 caisses
Constructeur(s) Alstom/CAF
Mise en service À partir de 2025
Affectation RER
Utilisation (RER)(B)
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo’Bo’ (motrices)
Écartement standard (1 435 mm)
Longueur HT 104,1 m
Accès 2 par flanc (4 par caisse)
Aménagement Salles climatisées
Capacité 1070 p.
Vitesse maximale 120 km/h

Le MI 20 (matériel interconnecté commandé en 2020[1]), anciennement MI NG (matériel interconnecté nouvelle génération), est un matériel roulant de transport de voyageurs en projet pour lequel la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) et la Régie autonome des transports parisiens (RATP) ont passé un appel d'offres en pour le compte d'Île-de-France Mobilités. Ce matériel roulant a vocation à remplacer les matériels existants MI 79 et MI 84 de la ligne B du RER d'Île-de-France.

Projet[modifier | modifier le code]

Nommé MI 20 pour Matériel Interconnecté commandé en 2020[2], ce projet d'un nouveau matériel roulant pour la ligne B du RER d'Île-de-France nécessite des adaptations sur les infrastructures comme en gare de Châtelet - Les Halles où le quai commun aux voies 4 et 4Z[note 1] devra être adapté à ces nouvelles rames de la ligne B ainsi qu'au RER NG de la ligne D du RER que les deux trains peuvent desservir en situation perturbée[3].

Une longueur de rame de 112 m comme sur le RER A a été écartée à cause des travaux important à réaliser[4] : quais à allonger, signaux à déplacer, etc. Certains quais ne sont pas compatibles avec une telle longueur :

Le projet comporte la fourniture d'un maximum de 180 rames[5],[6] pouvant circuler à 120 km/h et offrant chacune une capacité d'emport de 1 071 voyageurs pour 342 places assises[7].

Appel d'offres[modifier | modifier le code]

Le , un appel d’offres pour acheter les nouveaux trains à deux niveaux du RER B est lancé[8]. Les constructeurs candidats au marché MI 20 sont :

Le , dans un message sur Twitter, Île-de-France Mobilités annonce commander, fin 2020, 150 rames MI 20 pour le RER B[12]. Mais avec la crise du coronavirus, l'achat de 146 rames à deux niveaux, initialement prévu à la fin de l’année 2020, est reporté. Les nouveaux trains n’arriveront pas avant 2026. Ce retard est critiqué par l'association « SOS Usagers RER B Grand Paris », qui le dénonce en raison de la gêne que vont subir le million d'usagers quotidiens de la ligne[13].

Le , Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d'Île-de-France, confirme que les rames MI 20 seront bien commandées avant la fin 2020[14].

Le , malgré un recours préventif contre le marché déposé par Alstom[15], Île-de-France Mobilités vote le financement des 146 premières rames à deux niveaux MI 20 dédiées au RER B[2].

Le , la RATP et la SNCF décident de déposer un pourvoi en cassation à l'encontre de la décision du tribunal judiciaire de Paris suspendant la procédure de passation du marché de commande des rames MI 20. Les deux entreprises comptent réviser les termes de la procédure d'appel d'offres à l'intention des candidats au marché qui devront fournir leurs propositions au début de [16]. Cela repousse en conséquence l’attribution du marché des MI 20 entre Alstom et CAF/Bombardier à la fin de [17]. Pourtant, le groupement CAF/Bombardier était probablement sur le point de gagner le marché des nouveaux RER B[18].

Dans le conflit commercial et juridique entre le fabricant Alstom et ses clients historiques RATP et SNCF, ceux-ci accélèrent le processus d'attribution du marché des trains de banlieue dédiés au RER B. Sur ce sujet, la SNCF tient un conseil d’administration extraordinaire le [19].

Le contrat semble devoir être attribué au groupement Bombardier-CAF. Lors d'un conseil d'administration extraordinaire tenu le , la RATP a en effet retenu son offre, moins chère que celle d'Alstom, la SNCF, dont un conseil s'est réuni le , étant sur la même longueur d'onde. Le recours qui avait été déposé par Alstom a été rejeté également le mais le perdant dispose encore de quelques jours pour contester éventuellement la décision du tribunal[20],[21].

Au dernier moment, Alstom dépose le un recours en référé devant le tribunal administratif de Paris, ce qui suspend encore la signature du contrat qui devait être conclu le [22]. Ce nouveau recours intervient dans un contexte où Alstom finalise l'acquisition de Bombardier Transport qui a lieu le [23].

Début février, après consultation de l'offre de son ex-concurrent, Alstom renonce à assumer l'offre déposée par Bombardier en déclarant que « les conditions technico-financières de l’offre du consortium BT-CAF ne correspondent pas aux prix de marché et ne permettent pas d’exécuter ce contrat sans risques importants pour le financeur, l’exploitant et les voyageurs, et pour notre entreprise. »[24],[25].

Le , la RATP et la SNCF ont signé le contrat avec le groupement Bombardier Transport/CAF, malgré la décision d'Alstom de se retirer, celle-ci étant considérée comme irrégulière par les deux transporteurs qui doivent recevoir les industriels concernés pour préparer la mise en œuvre du contrat[26].

Au début du mois d'avril, Alstom renonce à renégocier le contrat, notamment en raison des menaces de représailles de l'autorité organisatrice et parce que la RATP s'associe avec Alstom pour pouvoir répondre aux appels d'offres du Grand Paris Express[27]. Alstom va donc devoir supporter l'écart de 600 millions d’euros entre son offre et celle de Bombardier[27].

Le , le constructeur Alstom et ses clients RATP et SNCF sont sur le point de conclure un accord pour livrer à partir de 2025 les 146 nouveaux trains de banlieue à deux niveaux MI 20 destinés au RER B. L'accord doit être officialisé le , à l’issue d’un conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités (IDFM). Alstom doit honorer ce marché dans le cadre du groupement franco-espagnol Alstom (ex-Bombardier)/CAF[28],[29],[30].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le , les premiers designs du train sont dévoilés par Île-de-France Mobilités aux associations d'usagers. Ce matériel roulant de nouvelle génération sera composé de sept voitures courtes à étage, mixtes d'un et deux niveaux. Les rames seront équipées de la climatisation et disposeront d'une intercirculation intégrale.

Les capacités annoncées sont de 1 070 places par rame dont 345 places assises, au lieu de 788 places pour les rames actuelles MI 79 et MI 84[31].

Une consultation grand public, se tenant en après les élections régionales, permet aux Franciliens de choisir l'un des trois designs intérieurs et extérieurs[32]. Les designs intérieurs et extérieurs choisis seront dévoilés à la rentrée 2021[33]. Les résultats sont dévoilés en après 18 000 votes. Le design extérieur s'est porté sur la version arrondie de la face avant du train tandis que le design intérieur se composera d'un mobilier avec des sièges à dossier séparés[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La voie Z, située entre les quais 3 et 4, est nommée 3Z du côté du quai 3 et 4Z du côté du quai 4.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Malgré son nom, le train n'a pas été commandé durant l'année 2020, qui était l'année initiale de la signature de l'appel d'offres avant la dépose de plusieurs recours suspensifs par Alstom en décembre 2020 et janvier 2021 (Voir #Appel d'offres)
  2. a et b « Communiqué de presse du 9 décembre 2020 : Île-de-France Mobilités vote les financements pour le renouvellement des trains du RER B » [PDF], sur le site d'Île-de-France Mobilités, (consulté le ).
  3. « Adaptation des infrastructures RATP pour le déploiement du RER NG sur la ligne D du RER » [PDF], sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ).
  4. « Schéma directeur RER B Sud » [PDF], sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ), p. 154 (p. 150 du PDF) ; ce document est une archive.
  5. Jila Varoquier, « RER B : Les nouveaux trains arriveront plus vite : Des nouvelles rames sont prévues pour 2025 au lieu de 2030 initialement. Un appel d’offres vient d’être lancé par Ile-de-France Mobilités. », sur leparisien.fr, article du (consulté le ).
  6. Île-de-France Mobilités, RATP et SNCF, « Île-de-France Mobilités, RATP et SNCF lancent un appel d’offres pour remplacer les trains du RER B », sur blog officiel du RER B, communiqué de presse du (consulté le ) : « Ce marché sera dimensionné pour l’acquisition d’un maximum de 180 éléments « MING » (Matériel Interconnecté de Nouvelle Génération) ».
  7. « Bombardier et CAF choisis pour de nouveaux trains à Paris », La Presse, 13 janvier 2021 (consulté le 7 février 2021).
  8. « Île-de-France Mobilités, RATP et SNCF lancent un appel d’offres pour remplacer les trains du RER B », sur ratp.fr, (consulté le ).
  9. Véronique Bertin, « Valenciennois Alstom et Bombardier sur les rangs de l’appel d’offres pour 180 rames de RER B », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  10. Olivier Cognasse, « L'usine alsacienne de Reichshoffen, qui produira les stratégiques TER à hydrogène d'Alstom, passera sous pavillon étranger », sur usine nouvelle.com, (consulté le ).
  11. « Alstom donne la préférence à Škoda pour son usine alsacienne », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  12. IDF Mobilités, « [#VoeuxIDFM] @vpecresse : "Fin 2020, grâce à l’appel d’offres lancé avec 5 années d’avance, ce sont les 150 nouveaux trains MING pour le #RERB qui devraient être commandés. La construction du #RERNG pour les lignes D et E se poursuit », sur @IDFmobilites, (consulté le ).
  13. Jean-Gabriel Bontinck, « L’arrivée de nouveaux trains sur le RER B retardée par la crise du Covid-19 », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  14. « RER B : automatisation et trains rénovés... La ligne maudite sur de nouveaux rails », sur France 3 Paris Ile-de-France, (consulté le ).
  15. Jila Varoquier, « RER B : 2,5 milliards d’euros pour commander des trains à deux étages », sur leparisien.fr, (consulté le ) : « Alstom a déposé un recours préventif contre le marché. […] Mais à écouter Valérie Pécresse […], ce recours pourrait bien ne pas être l'unique raison du retard des commandes. ».
  16. « La RATP et la SNCF décident de se pourvoir en cassation à la suite de la décision du Tribunal Judiciaire de Paris relative à la commande des nouveaux trains de la ligne B du RER », sur ratp.fr, (consulté le ).
  17. Jean-Yves Guérin, « Alstom croise le fer avec la SNCF et la RATP », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  18. « Trop cher, Alstom joue la montre sur l'appel d'offres du RER B », sur La Lettre A, (consulté le ).
  19. Vincent Vérier, « Contrat des RER B : Alstom en conflit avec la RATP et la SNCF », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  20. Denis Fainsbilber, « Méga-contrat du RER B : Alstom éconduit face à CAF-Bombardier », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  21. Véronique Guillermard, « Bombardier remporte le contrat du RER B », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  22. Éric Béziat, « Alstom mauvais perdant du supercontrat du RER B : Le groupe ferroviaire français fait traîner en justice un appel d’offres majeur pour 146 rames. », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  23. Jila Varoquier et Vincent Vérier, « Le Français Alstom devient le numéro 2 mondial du ferroviaire », sur leparisien.fr, (consulté le )
  24. Jila Varoquier et Vincent Vérier, « Transports : Alstom s’apprête à renoncer au contrat des nouveaux RER B », sur leparisien.fr, (consulté le ) : « Ce contrat n'est pas viable ».
  25. Olivier Cognasse, « Alstom choisit la bataille du rail sur le futur RER B », sur usinenouvelle.com, (consulté le )
  26. « RER B : RATP et SNCF ont signé le contrat avec le consortium Bombardier-CAF », sur lefigaro.fr, (consulté le ) : « La décision d'Alstom de retirer l'offre définitive de Bombardier étant irrégulière, le consortium Bombardier/CAF reste pleinement engagé ».
  27. a et b Matthieu Pechberty, « RER B : Alstom enterre la hache de guerre avec la SNCF et la RATP », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  28. Véronique Guillermard, « RER B: Alstom et la RATP se sont mis d’accord », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  29. Olivier Chicheportiche, « RER B: un accord aurait été trouvé entre Alstom et la RATP », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  30. Julien Marion, « Alstom et la RATP ont trouvé un accord sur le contrat du RER B », sur investir.lesechos.fr, (consulté le ).
  31. « Emilien pointe son nez... », sur transportparis.canalblog.com, (consulté le )
  32. Jila Varoquier, « RER B : vous pourrez bientôt choisir le design de vos trains », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  33. Émilie Defay, « RER B : à vous de choisir le design des futurs trains », sur francebleu.fr, (consulté le )
  34. Sébastian Compagnon, « RER B : découvrez le design extérieur et intérieur des futurs trains à deux niveaux », sur leparisien.fr, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]