MI 09

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
MI 09
Description de cette image, également commentée ci-après
Identification
Exploitant(s) RATP
Désignation Z 1601/2 à Z 1879/80
Type automotrice
à 2 niveaux
Motorisation Électrique
Composition 5 caisses
(R+M+M+M+R)
Couplage UM2
Construction 140 rames
Constructeur(s) Alstom, Bombardier
Mise en service de à
Effectif 140 rames (au 31/03/2017)
Affectation (RER)(A)
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo' (motrices)
Écartement standard
Alimentation 1,5 kV CC /
25 kV 50 Hz
Moteurs de traction 12 asynchrones
4 ECA 2846 550 V
à ventilation naturelle
Puissance continue 3 900 kW
Masse en service 288 t
Longueur HT 112,000 m
Largeur 2,900 m
Hauteur 4,320 m
Empattement 16,700 m
Empattement du bogie 2,450 m
Accès 3 par flanc
Portes louvoyantes
2 vantaux
Capacité 1305 p.
Vitesse maximale 120 km/h

Le MI 09 (matériel d'interconnexion commandé en 2009) est un matériel automoteur à deux niveaux de type X'Trapolis Duplex que la Régie autonome des transports parisiens (RATP) a commandé en 2009 pour remplacer les MI 84 sur la ligne A du réseau express régional d'Île-de-France (RER). La première rame de présérie a été livrée fin 2010 pour une campagne de tests ; la mise en service commercial du nouveau matériel, prévue pour l'automne 2011[1] a eu lieu le à La Défense, en présence de Nicolas Sarkozy[2],[3].

Ce matériel a remplacé, sur cette ligne A, les matériels MS 61 dont la dernière circulation a eu lieu le .

Le , l'usine Alstom de Valenciennes célèbre la 140e et dernière rame MI 09 sortant de ce site[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La désaturation du RER A : une question politique[modifier | modifier le code]

En 2008, constatant des dysfonctionnements réguliers entrainant des retards fréquents, ainsi qu'une fréquentation sans cesse en augmentation, le sujet de la ligne A du RER se déplace sur le terrain politique.

Le 11 avril 2008, la RATP met en vigueur de nouvelles mesures destinées à mieux prévenir les éventuels incidents d'exploitation qui pourraient survenir[5].

Le 19 mai 2008, faisant suite aux solutions proposées par la RATP, les élus UMP au conseil régional d'Île-de-France demandent au président de la région, Jean-Paul Huchon, de « dégager des moyens financiers nécessaires afin de résoudre les problèmes de saturation ». Ils estiment que le syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) doit « soutenir financièrement les propositions de désengorgement du RER A », consistant à généraliser les rames à deux niveaux[6].

Le mardi 20 mai, Nicolas Sarkozy, président de la République, assure lors d'un discours sur l'environnement à Orléans que l'État prendrait en main le dossier de la modernisation de la ligne du RER A si les « oppositions stériles » et les « querelles politiciennes locales » retardaient les investissements nécessaires. « Si l'État doit reprendre la main, l'État la reprendra », a alors menacé le président de la République[7].

Jean-Paul Huchon lui répond alors en qualifiant de « manœuvre politicienne » les déclarations du chef de l'État. Dans un communiqué, il déclare ne pouvoir « accepter d'être mis en cause par le président de la République au motif que la décentralisation serait génératrice d'immobilisme » rappelant que l'État est « le seul actionnaire de la RATP » qui exploite cette ligne[7].

Le mardi 27 mai 2008, Nicolas Sarkozy a annoncé sur la station de radio RTL que la RATP mettrait entre 250 et 300 millions d'euros pour la modernisation de la ligne RER A. « Nous avons décidé que la RATP mettrait la moitié du financement de la modernisation du RER A », a expliqué Nicolas Sarkozy sur RTL, qui a annoncé une enveloppe publique « entre 250 et 300 millions » sur un montant total « de 500 millions ». « Je demande au Syndicat du transport parisien de faire sa part du travail et de mettre l'autre moitié pour que les travaux de modernisation commencent tout de suite, qu'on commande les nouvelles rames et que d'ici à 12 ans l'ensemble des passagers puissent en bénéficier »[8].

Le même jour, Jean-Paul Huchon, répond à Nicolas Sarkozy en annonçant que le STIF financera bien la moitié de la modernisation du RER A. Interrogé sur RTL, Jean-Paul Huchon, indique alors : « Bien entendu le STIF, les collectivités locales, la Région mettront leur part à 50/50 comme nous le mettons de manière générale sur les transports ». « Je suis bien content que l'État, principal et unique actionnaire de la RATP et de la SNCF, fasse son devoir d'actionnaire »[9].

Faisant suite à cet accord entre le chef de l'État et la Région, le vendredi 27 juin 2008, le conseil d'administration de la RATP a donné mandat à son président Pierre Mongin pour prendre les mesures nécessaires à une généralisation progressive des matériels roulants à deux niveaux (MI 2N) sur la ligne A du RER, permettant une amélioration de la capacité et de la régularité de la ligne A du RER[10].

Pour cela, la RATP a lancé en urgence une consultation auprès des industriels qui a abouti à un appel d'offres pour la commande de trente trains à deux étages pour un coût estimé initialement à 600 millions d'euros. Pour financer les nouveaux trains, la RATP a prévu de proposer une convention de financement au STIF pour un partage de l'investissement à 50/50 entre la RATP et le STIF, tel que l'avait proposé Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d'Île-de-France, dans une lettre adressée à Pierre Mongin, le jeudi 26 juin 2008[11].

Appel d'offres[modifier | modifier le code]

Une rame en gare de la Défense.

Grâce à ce renouvellement anticipé du matériel de la ligne A, la RATP prévoit à terme une augmentation de la capacité de 30 % sur l'ensemble de la ligne, permettant de soulager la ligne pour une dizaine d'années supplémentaires.

La RATP a prévu, dans l'appel d'offres, que la première des trente rames à deux niveaux soit livrée à la fin 2010. Les autres seront livrées de 2011 à 2014, à raison d'un train par mois. Par ailleurs, une option pour une deuxième tranche complémentaire de trente-cinq rames entre 2014 et 2017 permettra de prévoir le renouvellement progressif de l'ensemble du matériel roulant à un niveau[12].

La commande ferme de 60 unités – un train peut être composé d'une unité (train court) ou de deux unités (train long) – a été annoncée le , pour un montant de 917 millions d'euros, dont 30 % financés par le STIF. Le marché total porte sur un montant de 2,5 milliards d'euros, soit 104 unités (52 trains longs) complémentaires optionnelles[13].

Le marché a été attribué au groupement Alstom / Bombardier, qui avait déjà construit les trains MI 2N Altéo. La part d'Alstom dans le marché représente 70 % de la commande, soit 640 millions d'euros[14].

Les usines d'Alstom en France concernées par le contrat des trains MI 09 sont les suivantes[14] :

  • Valenciennes, pour l'assemblage des motrices et des remorques ;
  • Le Creusot, pour les bogies ;
  • Ornans, pour les moteurs de traction et les alternateurs ;
  • Tarbes, pour la chaîne de traction complète, les blocs électriques et les manipulateurs de traction ;
  • Charleroi (Belgique), pour les convertisseurs auxiliaires ;
  • Villeurbanne, pour les électroniques de commande et de contrôle ;
  • Le Petit-Quevilly, pour les transformateurs de traction.

L'usine de Bombardier en France concernée par le contrat des trains MI 09 est celle de Crespin (Nord), pour l'assemblage des voitures intermédiaires.

La livraison de la première rame MI 09 est intervenue fin 2010[13] et la mise en exploitation commerciale a débuté le [2],[3],[15].

Levée d'options[modifier | modifier le code]

Fin juin 2012, la RATP achète 70 rames supplémentaires auprès du groupement Alstom-Bombardier pour remplacer les MS 61, dont les premières rames ont été livrées à la RATP en février 1967. La fin des livraisons des 130 rames, affectées exclusivement à la ligne A, est prévue pour 2017[16],[17].

Dix rames supplémentaires sont achetées en février 2015 ; elles seront livrées à la suite des 70 rames commandées en 2012[18].

Services assurés[modifier | modifier le code]

Vidéo d'une rame quittant la gare de Nanterre-Université.
Article connexe : Liste des MI 09.

Les rames circulent sur toutes branches de la ligne A du RER d'Île-de-France.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le MI 09 est une évolution du MI 2N Altéo dont il reprend la plupart des caractéristiques, tout en intégrant plusieurs nouveautés.

Disposant de portes beaucoup plus larges (deux mètres) que les matériels classiques, ce matériel à deux niveaux devrait permettre de maintenir les temps d'échange (montée et descente des voyageurs) tout en offrant une capacité théorique d'environ 55 % supérieure à celle des trains de type MI 84 : 2 600 voyageurs (dont 948 places assises) contre 1 684 (dont 432 places assises)[19].

En intégrant la ligne A du RER, ils sont équipés du système d'aide à la conduite, à l'exploitation et à la maintenance (SACEM).

Il possède également une nouvelle motorisation plus performante avec une chaîne de traction OnIX, permettant des accélérations plus rapides par rapport aux MI 2N Altéo, et prenant moins de place à l'intérieur des voitures. En ce qui concerne l'acoustique, cela se traduit par un bruit totalement différent au roulement, tranchant avec les autres MI 2N qui possédaient une chaîne de traction dérivée des Z 20500. Les bruits de traction au démarrage ressemblent à ceux produits par les rames Z 20900 ou les Z 23500, elles aussi équipées d'une chaîne de traction OnIX.

À l'origine, le cahier des charges du MI 09 imposait que ce matériel soit compatible avec les actuelles rames MI 2N en service sur le RER A, ce qui aurait permis, pour une meilleure souplesse d'exploitation, de former un « train long » composé d'un MI 2N et d'un MI 09. Les essais ayant mis en évidence une différence de comportement lors des accélérations, cette compatibilité n'a jamais été validée et des couplages MI 2N / MI 09 ne sont possibles qu'en secours.

Matériel d'interconnexion oblige, il est bicourant et apte à circuler à la fois sous 1 500 volts et sous 25 000 volts, respectivement sur les réseaux RATP et SNCF.

Caractéristiques extérieures[modifier | modifier le code]

Extérieurement, le MI 09 reprend la même forme générale de caisse que les MI 2N. Il possède cependant une face avant différente, avec un design rappelant celui de l'AGV d'Alstom. Elle est pourvue d'un logo RATP chromé.

Il arbore une nouvelle livrée extérieure conforme à la nouvelle charte graphique du STIF. Cette livrée, associant un bandeau horizontal gris métallisé dit « vif-argent » (couleur du STIF) à des bandes verticales vert jade (couleur de la RATP) au niveau des portes, rompt avec la livrée « Île-de-France » aux coloris bleus et rouges appliquée aux MI 2N.

Caractéristiques intérieures[modifier | modifier le code]

À l'intérieur, les formes générales sont globalement aussi conservées pour la plupart, mais les couleurs ont été repensées afin de donner un aspect plus moderne à l'ensemble et générer un ambiance « plus douce et plus sereine »[3]. Si la teinte générale des parois reste le blanc, le saumon laisse sa place à un vert gris très pâle ; les sièges sont de forme identique à ceux des MI 2N Altéo et possèdent un revêtement coloré en rouge ou en orange répartis de façon asymétrique dans chaque espace. Ils sont ornés de motifs floraux bleus irréguliers. Leur coque est grise, comme pour celles des MI 2N Altéo.

La disposition des places assises est identique. Les barres anti-colis suspect situées en dessous sont supprimées, facilitant ainsi le nettoyage. En outre, le léger gain de place permis par la diminution du volume occupé par les armoires électriques aux extrémités des voitures motorisées (grâce à la nouvelle motorisation de la rame) permet d'ajouter plusieurs sièges supplémentaires pour les personnes à mobilité réduite sur certaines plates-formes d'accès[20].

L'éclairage est légèrement renforcé pour améliorer la clarté, et les luminaires éclairant les plates-formes au niveau des portes d'accès ont été revus, avec des lampes en forme de disques circulaires de deux tailles différentes au lieu des luminaires rectangulaires habituels.

Concernant les équipements voyageurs, le MI 09 est doté d’un système de vidéosurveillance, ainsi que du système d'informations sonores et visuelles embarqué (SISVE) et d'écrans LCD ayant une taille de 19 pouces, disposés au nombre de deux dans chaque compartiment inférieur et supérieur (encastrés au niveau des parois inclinées aux extrémités des salles). Ces équipements informent les voyageurs sur la destination, les dessertes et les correspondances. Les écrans LCD constituent un complément aux plans SISVE placés au-dessus des portes et qui équipent également les rames Atléo car ces plans n'étaient pas visibles par tous les voyageurs depuis les compartiments. Comme les Altéo, le MI 09 est également équipé de la ventilation réfrigérée[14]. Certaines rames disposent également d'un dispositif de comptage des voyageurs.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Dossier de presse de la RATP du 8 février 2011 - Présentation du MI09 le nouveau matériel à deux étages
  2. a et b Annonce de l'inauguration du MI09, en présence de Nicolas Sarkozy, le 5 décembre 2011, sur mobilicites.com, consulté le 2 décembre 2011.
  3. a, b et c Nicolas Sarkozy revendique l'amélioration des transports publics en Île-de-France, article du 5 décembre 2011, sur lemonde.fr, consulté le 5 décembre 2011.
  4. Mission accomplie ! La 140e et dernière rame MI09 pour le #RERA produite par le consortium Alstom-Bombardier vient d'être livrée #RATP #STIF, article du 31 mars 2017, sur twitter.com, consulté le 2 avril 2017.
  5. [PDF] Le RER A, une des priorites de la RATP
  6. RER A : la RATP réagit, l'UMP demande des moyens
  7. a et b RER A - Sarkozy prend le train en marche, Huchon se fâche
  8. Sarkozy: 250 à 300 M€ pour le RER A
  9. RER A: la réponse d’Huchon.
  10. [PDF] RER A, délibération du Conseil d’Administration de la RATP.
  11. [PDF] STIF - Délibération du 8 avril 2009 relatif à la convention de financement du matériel MI 09, sur iledefrance-mobilites.fr, consultée le .
  12. Le Parisien - Le RER A nouveau va arriver en fin d’année, article du 17 août 2010
  13. a et b [PDF] Communiqué de presse RATP du 8 avril 2009 : « La RATP passe le plus gros marché de trains à deux étages pour un montant de 2,5 mds € pour la ligne A du RER »
  14. a, b et c [PDF]« Alstom – Près d’un siècle au service des marchés de l’énergie et des transports », sur alstom.com, (consulté le 9 mai 2014).
  15. « Le MI09, nouveau train du RER A au Val de Fontenay », vidéo de 38 secondes du 6 décembre 2011, sur YouTube, consultée le 8 décembre 2011
  16. Communiqué de presse de la RATP - Visite du 27 septembre 2012 aux ateliers de Sucy-en-Brie, article du 27 septembre 2012
  17. « La RATP achète 70 nouvelles rames pour renouveler celles du RER A », sur lemonde.fr, (consulté le 29 juin 2012).
  18. Florence Guernalec, « RER A : dix trains à deux niveaux supplémentaires dès 2017 »,
  19. Le MI09 entame sa campagne d'essais sur le RER A, sur « ratp.fr ». Consulté le 29 avril 2011.
  20. « MI09 : voilà le joyau de la ligne A - Rail Passion », sur railpassion.fr, article du (consulté le 19 mars 2018) : « …il bénéficie d’une meilleure capacité d’accueil aux personnes à mobilité réduite, avec 34 places dédiées par rame… ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]