M76

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
NGC 650
M76 par Robert J. Vanderbei
M76 par Robert J. Vanderbei
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Persée[1]
Ascension droite (α) 01h 42m 19,7s[2]
Déclinaison (δ) 51° 34′ 32″
Distance 3 400 a.l. (∼1 040 pc)[3]
Magnitude apparente (V) 10.1[4]
12,2 dans la Bande B[4]
Dimensions apparentes (V) 2,7 × 1,8[3]
Vitesse radiale -19 1 km/s[5]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Nébuleuse planétaire
Galaxie hôte Voie lactée
Dimensions 3,1 a.l. × 1,8 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) Pierre Méchain[3]
Date 5 septembre 1780[3]
Désignation(s) NGC 650
NGC 651
CS=17.0
PK 130-10.1[4]
Liste des nébuleuses planétaires

M76 (ou NGC 650) est une nébuleuse planétaire située dans la constellation de Persée. Elle est également connue sous le nom du Petit Haltère (ou Little Dumbbell), sa forme rappelant celle de la nébuleuse de l'Haltère (M27, aussi connue sous le nom de Dumbbell). M76 est l'un des objets les moins lumineux du catalogue Messier[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

M76 a été découverte par Pierre Méchain le 5 septembre 1780, et Charles Messier l'inclut à son catalogue d'objets diffus le 21 octobre de la même année, après l'avoir observée et déterminé sa la position. Lawrence Parsons (en) a cru détecter une structure spirale dans cette nébuleuse, mais il était dans l'erreur. En 1866, William Huggins, un pionnier de la spectroscopie a déterminé sa nature gazeuse en étudiant les raies de son spectre. M76 a reçu deux numéros NGC (NGC 650 et NGC 651), parce qu'on la suspectait à l'époque d'être une nébuleuse double dont les composantes auraient été en contact. C'est William Herschel qui est à l'origine de cette double nature. NGC 651 est la partie au nord-est de la nébuleuse. Finalement, c'est l'astrophotographe Isaac Roberts qui a déterminé que c'était une simple nébuleuse et non une nébuleuse double[3].

Structure[modifier | modifier le code]

L'étoile à l'origine de cette nébuleuse possède aujourd'hui une magnitude apparente de +16,6, avec une température de surface plutôt élevée de 60 000 K. Elle est probablement en train de se refroidir pour devenir à terme une naine blanche d'ici plusieurs milliards d'années. La distance séparant le système solaire de M76 est très mal connue, les estimations variant selon les sources de 1 700 années-lumière à 15 000 années-lumière. Selon ces distances, la dimension réelle du cœur nébuleuse est entre 0,34 par 0,72 a.l. et 3,1 par 6,4 a.l.. Ses ailes s'étendent sur une distance comprise entre 1,3 et 11,3 a.l. et son halo diffus pourrait s'étendre jusqu'à 21 a.l.[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 22 mars 2016)
  2. (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 650 (consulté le 22 mars 2016)
  3. a, b, c, d, e et f (en) « Messier 76 sur SEDS » (consulté le 22 mars 2016)
  4. a, b et c (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 22 mars 2016)
  5. (en) « M76 sur la base de données Simbad » (consulté le 22 mars 2016)
  6. On obtient le diamètre d'un objet par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (USRA) (traduction Didier Jamet), « Messier 76 », NASA (traduction Ciel des Hommes),‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 642  •  NGC 643  •  NGC 644  •  NGC 645  •  NGC 646  •  NGC 647  •  NGC 648  •  NGC 649  •  NGC 650  •  NGC 651  •  NGC 652  •  NGC 653  •  NGC 654  •  NGC 655  •  NGC 656  •  NGC 657  •  NGC 658  •