M66

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir M66.

M66
Image illustrative de l’article M66
La galaxie spirale intermédiaire M66 par le VLT de l'ESO.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Lion
Ascension droite (α) 11h 20m 14,9s[1]
Déclinaison (δ) 12° 59′ 30″ [1]
Magnitude apparente (V) 8,9[2]
9,7 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 12,7 mag/as2[2]
Dimensions apparentes (V) 9,1 × 4,1[2]
Décalage vers le rouge 0,002425 ± 0,000010[1]
Angle de position 173°[2]

Localisation dans la constellation : Lion

(Voir situation dans la constellation : Lion)
Leo IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 727 ± 3 km/s[3]
Distance 10,2 ± 0,7 Mpc (∼33,3 millions d'a.l.)[4]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie SAB(s)b[1],[5] Sb[2] SBb[6]
Dimensions 88 000 a.l.[7]
Découverte
Découvreur(s) Charles Messier[5]
Date 1er mars 1780[5]
Désignation(s) NGC 3627
PGC 34695
Arp 16
Arp 317
UGC 6346
MCG 2-29-19
ZWG 67.57
VV 308
ARAK 288 [2]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

M66 (NGC 3627) est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation du Lion à environ 33 millions d'années-lumière de la Voie lactée. NGC 3627 a été découvert par l'astronome français Charles Messier en 1780.

La classe de luminosité de M66 est II et elle présente une large raie HI. C'est aussi une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés. De plus, c'est une galaxie active de type Seyfert 2[1].

Près de 80 mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 9,620 ± 1,960 Mpc (∼31,4 millions d'a.l.)[8], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [4].

Notes historiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs des entrées du catalogue de Charles Messier ont été découvertes par son ami Pierre Méchain et Messier a noté ces découvertes antérieures dans les différentes éditions de son catalogue. Mais on ne trouve aucune référence dans le cas de M66. Il est donc presque certain que c'est Messier qui a découvert M66 et non Méchain. C'est l'admiral William Henry Smyth qui a attribué par erreur la découverte de M66, ainsi que celles de M65 et M68, à Pierre Méchain. Ces erreurs ont été reprises par Kenneth Glyn Jones dans son ouvrage Messier's Nebulae and Star Clusters et depuis de nombreuses sources mentionnent à tord Pierre Méchain comme le découvreur de M66[5].

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Une étude[9] utilisant des données d'archives des précédentes observations de Chandra d'un échantillon de 62 galaxies proches a montré que 37 des galaxies, dont NGC 3627, contiennent des sources de rayons X dans leurs centres. La plupart de ces sources sont probablement alimentées par des trous noirs supermassifs centraux. L'étude, qui a aussi utilisé des observations dans l'infrarouge capté par Spitzer, a révélé que sept des 37 galaxies sont de nouvelles candidates à posséder un trou noir supermassif dans leur centre[10].

D'autre part, selon une étude basée sur la vitesse interne de la galaxie mesurée par le télescope spatial Hubble, la masse du trou noir supermassif au centre de la galaxie M66 serait comprise entre 6,8 et 15 millions de [11].

Une autre étude basée sur les mesures de luminosité de la bande K de l'infrarouge proche du bulbe de m66, conduit à une valeur de 107,1 (13 millions de masses solaires) pour le trou noir supermassif qui s'y trouve.[12]

Supernovas dans M66[modifier | modifier le code]

Entre 1973 et 2018, on a observé cinq supernovas dans M66 : SN 1973R, SN 1997bs, SN 1989B, SN 2009 HD et SN 2016cok.

SN 1973R[modifier | modifier le code]

1973 R est de type type II[13]

SN 1997bs[modifier | modifier le code]

1997bs a été la première supernova découverte par le télescope KAIT (Katzman Automatic Imaging Telescope (en)) de l'observatoire Lick[14]. 1997bs a d'abord été classifié comme une supernova de type IIn, mais selon l'article publié par VAN Dyk et al., il se pourrait que ce soit une éjection massive de matière comme il s'est produit pour l'étoile Eta Carinae en 1843[14].

Une étude utilisant les données du télescope spatial Hubble et du télescope Spitzer de publié en 2015 évoque aussi la possibilité que l'étoile progénitrice de la supernova ait survécu cachée derrière un épais nuage de poussière, mais que c'est peu probable. Cette étude penche pour une supernova de type IIn[15].

SN 1989B[modifier | modifier le code]

La supernova 1989B était de type Ia[16],[17],[18]. Au début de l'année 1989 la galaxie NGC 3627 a été l'un des objets les plus observés du ciel parce qu'elle est rapprochée et qu'une brillante supernova y a été découverte. L'évolution de la supernova a été suivie par de nombreux observateurs sur la planète. Lorsqu'elle a été découverte, sa luminosité augmentait encore. La luminosité a atteint un plateau qui a duré du 2 au 12 février 1989 avec une magnitude visuel de 12,0 et de 12,6 dans la bande bleue. La courbe de luminosité de 1989B présente cependant une particularité peu commune. Habituellment, les supernovas thermonucléaires (type I) voit leur magnitude décroite de 3 entre 25 et 40 jours. 1989B a pris 60 jours. On ne comprend pas la raison de cette lente décroissance[18].

SN 2009hd[modifier | modifier le code]

2009hd est une supernova de type type II-L[19]. Le type II-L présente une décroissance linéaire de luminosité, alors que le type II-P montre un plateau de luminosité constante pendant un certain temps. La masse initiale de l'étoile progénitrice de 1989hd est estimé à moins de 20[19].

SN 2016cok[modifier | modifier le code]

2016cok est de type II-P[20],[21]. La masse de l'étoile progénitrice de la supernova est estimée entre 8 et 12 avec une limite supérieure de 17 [21].

Groupe de NGC 3627 (M66)[modifier | modifier le code]

Selon un article de A.M. Garcia paru en 1993, NGC 3627 (M66) est la galaxie la plus brillante d'un groupe qui porte son nom. Le groupe de NGC 3627 comprend quatre galaxies. Les trois autres galaxies sont NGC 3593, NGC 3623 (M65) et NGC 3628[22]. Notons que les galaxies M65, M66 et NGC 3628 forment ce qui est habituellement appelé le Triplet du Lion.

Le Triplet du Lion.

Les quatre galaxies mentionnées par Garcia apparaissent aussi dans un groupe indiqué dans un article publié par Abraham Mahtessian en 1998. Toutefois, le groupe décrit par Mahtessian comprend deux autres galaxies, soit NGC 3596 et NGC 3666[23]. On peut donc conclure que le Triplet du Lion est un sous groupe d'un groupe de galaxies comprenant six membres.

Interaction entre NGC 3627 et NGC 3628[modifier | modifier le code]

Une étude des émissions émises depuis NGC 3628 par les molécules de monoxyde de carbone (CO) et par l'hydrogène atomique neutre dans le domaine des ondes radio réalisée avec le le réseau de radiotélescopes VLA (Very Large Array) a permis d'obtenir des informations intéressantes au sujet de la rencontre passée entre NGC 3267 et NGC 3268, deux galaxies membres du Triplet du Lion[24]. L'interaction gravitationnelle lors de cette rencontre a entrainé une série de processus dynamiques dans NGC 3628 incluant la formation d'une structure spirale dominante, une concentration très grande de matière stellaire et gazeuse dans le centre de la galaxie, la formation de deux résonances (en) de Lindblad largement séparées ainsi que la formation d'une barre gazeuse à l'intérieure de la résonance interne. Le rapport de la masse moléculaire à la masse atomique est également élevé dans NGC 3628 en raison de cette rencontre. On a aussi détecté une dense région d'hydrogène neutre qui n'est pas en rotation et qui semble avoir été enlevée des bras spiraux. Cette dernière caractéristique est visible sur les images sous la forme d'un bras spirale très important et parcuru par des couloirs de poussière[24].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3627 (consulté le 26 décembre 2019)
  2. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 26 décembre 2019)
  3. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  4. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 26 décembre 2019)
  6. (en) « NGC 3627 sur HyperLeda » (consulté le 26 décembre 2019)
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 26 décembre 2019)
  9. Catherine J. Grier, Smita Mathur, Himel Ghosh et Laura Ferrarese, « Discovery of Nuclear X-ray Sources in SINGS Galaxies », The Astrophysical Journal, vol. 731#1,‎ , p. 35 pages (DOI 10.1088/0004-637X/731/1/60, lire en ligne)
  10. (en) « Spiral Galaxy NGC 3627Spiral Galaxy NGC 3627 » (consulté le 26 décembre 2019)
  11. A. Beifiori, M. Sarzi, E.M. Corsini, E. Dalla Bontà, A. Pizzella, L. Coccato et F. Bertola, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROM HUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692#1,‎ , p. 856-868 (DOI 10.1088/0004-637X/692/1/856, lire en ligne)
  12. X.Y. Dong et M.M. De Robertis, « Low-Luminosity Active Galaxies and Their Central Black Holes », mars, vol. 131#3,‎ the astronomical journal, p. 1236-1252 (DOI 10.1086/499334, Bibcode 2006AJ....131.1236D, lire en ligne)
  13. (en) « Transient Name Server » (consulté le 26 décembre 2019)
  14. a et b S.D. Van Dyk, C.Y. Peng, J.Y. King, A.V. Filippenko, R.R. Treffers, W.D. Li et M.W. Richmond, « SN 1997bs in M66: Another Extragalactic Eta Carinae Analog? », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 112,‎ , p. 778 (DOI 10.1086/317727, lire en ligne)
  15. Scott M. Adams, CS Kochanek et J.Y. King, « LOSS's First Supernova? New Limits on the "Impostor" SN 1997bs », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 452#2,‎ , p. 2195-2207 (DOI 10.1093/mnras/stv1409, lire en ligne)
  16. (en) « Transient Name Server » (consulté le 26 décembre 2019)
  17. P.A. Milne et L.A. Wells, « Did SN 1989B Exhibit a Light Echo? », The Astronomical Journal, vol. 125#1,‎ , p. 181-187 (DOI 10.1086/345516, lire en ligne)
  18. a et b Stefan Korth, « Supernova 1989B in M66: An Unusual Type I Supernova? », The Journal of the American Association of Variable Star Observers., vol. 19#1,‎ , p. 37-39 (Bibcode 1990JAVSO..19...37K, lire en ligne)
  19. a et b Nancy Elias-Rosa, A.J. VAN Dyk et et al. Schuyler D., « The Massive Progenitor of the Possible Type II-Linear Supernova 2009hd in Messier 66 », The Astrophysical Journal, vol. 742#1,‎ , p. 19 pages (DOI 10.1088/0004-637X/742/1/6, lire en ligne)
  20. (en) « Transient Name Server » (consulté le 26 décembre 2019)
  21. a et b C.S. Kochanek, M. Fraser et et al., « Supernova Progenitors, Their Variability, and the Type IIP Supernova ASASSN-16fq in M66 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 467#3,‎ , p. 3347-3360 (DOI 10.1093/mnras/stx291, lire en ligne)
  22. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  23. Abraham Mahtessian, « Groups of galaxies. III. Some empirical characteristics », Astrophysics, vol. 41 #3,‎ , p. 308-321 (DOI 10.1007/BF03036100, lire en ligne, consulté le 21 septembre 2018)
  24. a et b Zhang Xiaolei, Wright Melvyn et Paul Jansen, « High-Resolution CO and H i Observations of the Interacting Galaxy NGC 3627 », Astrophysical Journal, vol. 418,‎ , p. 100 (DOI 10.1086/173374, Bibcode 1993ApJ...418..100Z, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3619  •  NGC 3620  •  NGC 3621  •  NGC 3622  •  NGC 3623  •  NGC 3624  •  NGC 3625  •  NGC 3626  •  NGC 3627  •  NGC 3628  •  NGC 3629  •  NGC 3630  •  NGC 3631  •  NGC 3632  •  NGC 3633  •  NGC 3634  •  NGC 3635