M59

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

M59
Image illustrative de l’article M59
La galaxie elliptique M59
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Vierge
Ascension droite (α) 12h 42m 02,2s[1]
Déclinaison (δ) 11° 38′ 49″ [1]
Magnitude apparente (V) 9,6[2]
10,6 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 12,85 mag/am2[a]
Dimensions apparentes (V) 5,4 × 3,7[2]
Décalage vers le rouge 0,001558 ± 0,000017[1]
Angle de position 165°[2]

Localisation dans la constellation : Vierge

(Voir situation dans la constellation : Vierge)
Virgo IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 467 ± 5 km/s [b]
Distance 16,013 ± 2,783 Mpc (∼52,2 millions d'a.l.)[3]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie elliptique
Type de galaxie E5[1],[4],[2] E[5]
Dimensions 82 000 a.l.[c]
Découverte
Découvreur(s) Johann Gottfried Koehler[4]
Date [4]
Désignation(s) NGC 4621
PGC 42628
UGC 7858
MCG 2-32-183
VCC 1903 [2]
Liste des galaxies elliptiques

M59 (NGC 4621) est une galaxie elliptique située dans la constellation de la Vierge à environ 52 millions d'années-lumière de la Voie lactée. NGC 4619 a été découvert l'astronome allemand Johann Gottfried Koehler en 1779. Charles Messier a observé cette galaxie quatre jours après la découverte de Koehler et il l'a ajoutée à son catalogue[4].

NGC 4621 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique E5 dans son atlas des galaxies[6],[7].

Distance de M59[modifier | modifier le code]

Près d'une cinquantaine de mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 16,013 ± 2,783 Mpc (∼52,2 millions d'a.l.)[3], ce qui est loin à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[d]. La vitesse radiale de M59 est trop faible et on ne peut l'utiliser pour calculer sa distance. Selon cette vitesse, la distance de Hubble est de 6,52 ± 0,52 Mpc (∼21,3 millions d'a.l.)[d].

Bien qu'elle n'apparaisse dans aucun groupe de galaxies des sources consultées, la désignation VCC 1903 indique que NGC 4294 fait partie de l'amas de la Vierge[8]. Sa distance correspond à la distance moyenne des galaxies de l'amas. M59 a aussi une galaxie naine ultracompacte, la galaxie M60-UCD1 découverte en 2013[9].

Noyau de M59[modifier | modifier le code]

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Une étude publiée en 2008 basée sur des données dans le domaine des rayons X captées par le télescope spatial Chandra ainsi que sur des données en onde radio captées par le Karl G. Jansky Very Large Array (VLA) révèle qu'un trou noir supermassif se trouve dans le centre de cette galaxie. Selon cette étude, sa masse serait d'environ 270 millions de masses solaires[10].

Selon une autre étude aussi réalisée auprès de 76 galaxies par Alister Graham en 2008, le bulbe central de NGC 4621 renferme un trou noir supermassif dont la masse est estimée à 4,0+0,6
−0,6
x 108 [11].

Noyau contre rotatif et disque nucléaire[modifier | modifier le code]

Une étude publiée en 2002 basée sur la cinématique stellaire de M59 révèle la présence d'un noyau contre rotatif d'environ environ 60 pc (∼196 a.l.) de diamètre[12].

Le noyau contient également un disque qui est davantage bleu que la région du bulbe avec une composant qui s'étend vers un angle de 15°. Cette extension du disque est peut-être le résultat d'une fusion galactique suivie d'un sursaut de formation d'étoiles[13].

Amas globulaires[modifier | modifier le code]

Selon une étude publiée en 2008 et basée sur les observations réalisées avec le télescope spatial Hubble, le nombre d'amas globulaires dans M59 (VCC 1903 dans l'article) est estimé à 803 ± 355[14].

Supernova[modifier | modifier le code]

La supernova SN 1939B a été découverte dans M59 le 19 mai par l'astrophysicien américano-suisse Fritz Zwicky. Le type de cette supernova n'a pas été déterminé[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  2. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  3. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  4. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 4621 (consulté le 22 septembre 2020)
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 4600 à 4699 »
  3. a et b « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 22 septembre 2020)
  4. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 22 septembre 2020)
  5. (en) « NGC 4621 sur HyperLeda » (consulté le 22 septembre 2020)
  6. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 4621
  7. (en) « The Galaxy Morphology Website, NGC 4621 » (consulté le 22 septembre 2020)
  8. B. Binggeli, A. Sandage et G.A. Tammann, « Studies of the Virgo cluster. II. A catalog of 2096 galaxies in the Virgo cluster area. », Astronomical Journal, vol. 90,‎ , p. 1681-1758 (DOI 10.1086/113874, Bibcode 1985AJ.....90.1681B)
  9. Jay Strader, Anil C. Seth, Duncan A. Forbes et et al., « The Densest Galaxy », The Astrophysical Journal Letters, vol. 775, no 1,‎ , p. L6 (DOI 10.1088/2041-8205/775/1/L6, Bibcode 2013ApJ...775L...6S, lire en ligne [PDF])
  10. J. M. Wrobel, Y. Terashima et L. C. Ho, « Outflow-dominated Emission from the Quiescent Massive Black Holes in NGC 4621 and NGC 4697 », The Astrophysical Journal, vol. 675, no 2,‎ , p. 1041-1047, tableau 1, page 10 (DOI 10.1086/527542, Bibcode 2008ApJ...675.1041W, lire en ligne [PDF])
  11. Alister W. Graham, « Populating the galaxy velocity dispersion – supermassive black hole mass diagram: A catalogue of (Mbh, σ) values », Publications of the Astronomical Society of Australia, vol. 25#4,‎ , p. 167-175, table 1 page 174 (DOI 10.1088/1009-9271/5/4/002, Bibcode 2005ChJAA...5..347A, lire en ligne [PDF])
  12. F. Wernli, E. Emsellem et Y. Copin, « A 60 pc counter-rotating core in NGC 4621 », Astronomy and Astrophysics, vol. 396,‎ , p. 73-81 (DOI 10.1051/0004-6361:20021333, Bibcode 2002A&A...396...73W, lire en ligne [PDF])
  13. D. Krajnović et W. Jaffe, « HST observations of nuclear stellar disks », Astronomy and Astrophysics, vol. 428,‎ , p. 877-890 (DOI 10.1051/0004-6361:20040359, Bibcode arXiv:astro-ph/0409061, lire en ligne [PDF])
  14. Eric W. Peng, Andrés Jordán, Patrick Côté et et al., « The ACS Virgo Cluster Survey. XV. The Formation Efficiencies of Globular Clusters in Early-Type Galaxies: The Effects of Mass and Environment », The Astrophysical Journal, vol. 681, no 1,‎ , p. 197-224 (DOI 10.1086/587951, Bibcode 2008ApJ...681..197P, lire en ligne)
  15. (en) « Other Supernovae images » (consulté le 22 septembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 4613  •  NGC 4614  •  NGC 4615  •  NGC 4616  •  NGC 4617  •  NGC 4618  •  NGC 4619  •  NGC 4620  •  NGC 4621  •  NGC 4622  •  NGC 4623  •  NGC 4624  •  NGC 4625  •  NGC 4626  •  NGC 4627  •  NGC 4628  •  NGC 4629