M-V

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis M-V (fusée))
Aller à : navigation, rechercher
Le lanceur M-V peu avant le lancement de la sonde ASTRO-E

Le lanceur M-V est la 5e génération de la famille de lanceurs japonais Mu. Il a été utilisé de 1997 à 2006. C'est un lanceur entièrement nouveau et beaucoup plus puissant que les générations précédentes. Sept lancements ont été effectués dont 6 couronnés de succès depuis le centre spatial de Uchinoura. Il a été retiré du service car trop couteux.

Selon la mission, le lanceur était dans une configuration à trois étages ou quatre étages. Cette dernière version (KM), la plus puissante, pouvait placer en orbite un satellite de 1 800 kg sur une orbite basse de 400 km avec une inclinaison de 30°. Elle fut utilisée à trois reprises, en particulier pour le lancement des sondes spatiales Nozomi et Hayabusa. La version KM avec sa masse de 139 tonnes constituait à l'époque le plus gros lanceur à propulsion solide. La fabrication du M-V a été arrêtée à cause de son coût de fabrication particulièrement élevé (60 millions $)[1].

La fusée à propergol solide avancée[modifier | modifier le code]

Article principal : Epsilon (fusée).

Le lanceur Epsilon doit remplacer le M-V avec une capacité d'emport en orbite basse réduite à 1,2 tonne. Pour réduire les coûts, le nouveau lanceur doit réutiliser comme premier étage le propulseur d'appoint de la fusée H-IIA. Il est prévu que le temps de préparation du lanceur soit plus court. Son premier vol doit intervenir en 2013[2],[3].

Du fait de l'utilisation de combustibles solides, de sa rapidité de mise en oeuvre, et de sa compacité, il a été suggérée que cette fusée, d'ailleurs similaire en dimensions au peacekeeper américain, pourrait aisément être convertie en Missile balistique intercontinental[4].

Historique des vols du lanceur M-V[modifier | modifier le code]

Date (UTC) Vol Charge utile Résultat
12 février 1997 04:50:00 M-V-1 Muses B (HALCA) Succès
3 juillet 1998 18:12:00 M-V-3 Planet B (Nozomi) Succès
10 février 2000 01:30:00 M-V-4 ASTRO-E Échec
9 mai 2003 04:29:25 M-V-5 Muses C (Hayabusa) Succès
10 juillet 2005 03:30:00 M-V-6 ASTRO-E2 (Suzaku) Succès
21 février 2006 21:28:00 M-V-8 ASTRO-F (Akari)
CUTE-1.7-APD
SSP (Voile solaire sub payload)
Succès
SSP n'a pas réussir à s'ouvrir complètement
22 septembre 2006 21:36 M-V-7 Solar-B (Hinode)
HIT-SAT
SSSAT(Voile solaire)
Succès
Échec de SSSat après le lancement

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de Bernd Leitenberger : Japanische Trägerraketen, consulté le 22/5/2009
  2. Yasuhiro Morita, Takayuki Imoto, Hiroto Habu, Hirohito Ohtsuka, Keiichi Hori, Takemasa Koreki, Apollo Fukuchi, Yasuyuki Uekusa, Ryojiro Akiba, « Advanced Solid Rocket Launcher and its Evolution », 27th International Symposium on Space Technology and Science, (consulté le 20 septembre 2009)
  3. Kazuyuki Miho, Toshiaki Hara, Satoshi.Arakawa, Yasuo Kitai, Masao Yamanishi, « A minimized facility concept of the Advanced Solid Rocket launch operation », 27th International Symposium on Space Technology and Science, (consulté le 20 septembre 2009)
  4. William E. Rapp, « Paths Diverging? The Next Decade in the US-Japan Security Alliance », Strategic Studies Institute, U.S. Army War College,‎ , p. 82 (lire en ligne) :

    « 119. Japan has the weapons grade plutonium, technology for weaponization, and delivery means in the M-V-5 rocket, indigenous, solid fueled, 1800kg payload capacity, to go nuclear very rapidly should it choose. This dramatic step, however, would require a complete loss of faith in the American nuclear umbrella »