Famille de Mévouillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mévouillon (famille))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Mévouillon, qui désigne la localité – actuelle commune de la Drôme – éponyme de la famille..
Famille de Mévouillon
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille de Mévouillon

Devise Espoir de mieux[1]
Période XIIe siècle - XIVe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau du Dauphiné Dauphiné

Origine[modifier | modifier le code]

Famille féodale dans le département de la Drôme (26) du Moyen Âge, elle fait partie des familles féodales de Provence, et contrôla une bonne partie des villages des baronnies. Le premier Mévouillon dont il est fait mention est Raymond dont l'indépendance a été reconnue par les empereurs du Saint Empire en 1166 et 1178. Il aurait participé au couronnent de Frédéric Ier en 1177[2] et se serait croisé en 1190. Toutefois, certaines hypothèses font remonter cette famille au XIe siècle.

En 1317, Raymond de Mévouillon fait don de sa baronnie au Dauphin. La baronnie de Montauban fut acquise par le Dauphin Humbert I[3].

En 1334, Mabille Adhémar, épouse de Raymond de Mévouillon, fait de sa sœur Éléonore son héritière. Cette Éléonore fur marié à Pierre des Barres puis à Pierre de La Chaux. Ce dernier fut obligé par Mabille à prendre pour nom celui de Mévouillon[4]. Ainsi apparait la seconde Maison de Mévouillon, qui elle-même s'éteignit dans celle des Bon. Pierre Bon, racheta au Dauphin la baronnie de Mévouillon en 1558. Une autre branche de la famille s'éteignit dans la famille de Grolée, par le mariage de Béatrice de Mévouillon avec Jean de Grolée en 1450. C'est de cette union que naît la branche des Grolée-Mévouillon, marquis de Bressieux. Une autre branche s’éteignit dans la famille de Calme au XIIIe, qui à son tour s'éteignit dans celle de Grolée. Une autre de ses branches était baron de Montauban[5].

Les Mévouillon prêtèrent hommages au Dauphin en 1293, mais s'en étaient déjà reconnu vassal en 1203. Ils avaient établi leur capitale administrative aux Buis, pour la seigneurie de Mévouillon et à Nyons pour celle de Montauban[2]. Ils achetèrent le territoire de la commune de Roynac au XIVe siècle.

La baronnie de Mévouillon comprenait 35 terres et était délimité au sud par le Ventoux, le plateau d’Albion et la montagne de Lure, à l’ouest par la plaine du Rhône, à l’est par le Buëch et au nord approximativement par le Diois[6]

Titres[modifier | modifier le code]

  • Seigneur de Mison[7],[8]
  • Seigneur de Baume[9]
  • Seigneur de Serres
  • Seigneur de Poncet
  • Seigneur de Valbaret
  • Seigneur de Ruinat
  • Baron de Mévouillon
  • Baron de Mautauban

Membres[modifier | modifier le code]

Demeures[modifier | modifier le code]

  • Château de Mévouillon[10],[2] : des fouilles archéologiques ont pu révéler la trace de la chapelle castrale. Ne subsiste que l'ayguier. la forteresse ayant été rasée au XVII es.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Drôme insolite, Pierre Palengat, 1999
  2. a, b et c Album du Dauphiné, Victor Cassien, 1837
  3. Le voyageur françois, Tome XXXI, 1790
  4. Armorial du Dauphiné, Rivoire de la Bâtie, 1867
  5. L'ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, 1124-1312, Damien Carraz, 2005
  6. La baronnie des Mévouillon
  7. Seigneurie qui appartenait avant aux vicomtes de Gap
  8. Sigillographie du diocèse de Gap, Joseph Roman, 1870
  9. Histoire des rev́olutions de la ville et du royaume de Naples Esprit de Raimond de Mormoiron, Tome 1, 1826
  10. Détruit sur ordre de Louis XIV en 1684

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Armorial du Dauphiné, Rivoire de la Bâtie, 1867

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]