Métro de Glasgow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer image illustrant les transports en commun image illustrant l’Écosse
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer, les transports en commun et l’Écosse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Métro de Glasgow
(en)Glasgow Subway
Image illustrative de l'article Métro de Glasgow
Rame du métro de Glasgow en livrée orange, à la station Cowcaddens.

Situation Glasgow, Flag of Scotland.svg Écosse
Type Métro
Entrée en service 1896
Longueur du réseau 10,4 km
Lignes 1
Stations 15
Rames 41 (dont 36 en service en heure de pointe)
Fréquentation 39 698 passagers par jour
Écartement des rails 1 219 mm
Exploitant Strathclyde Partnership for Transport (STP)

Image illustrative de l'article Métro de Glasgow
Plan de la ligne de métro.
Une ancienne rame à la station West Street en 1966

Le métro de Glasgow, en Écosse, est constitué d'une seule ligne circulaire qui entoure le centre ville. La ligne est intégralement souterraine. L'exploitant est la Strathclyde Passenger Transport (STP). Il est le troisième plus ancien métro dans le monde, après ceux de Londres et Budapest.

Historique[modifier | modifier le code]

Le métro de Glasgow fut inauguré le 14 décembre 1896. Parmi les plus anciens réseaux de métros du monde, il est le troisième d'Europe après ceux de Londres et de Budapest.

Technique[modifier | modifier le code]

Le réseau, qui n'a jamais été modifié depuis l'ouverture, totalise 10,4 km et franchit deux fois la rivière Clyde. L'écartement des voies est de 1,22 mètre et le diamètre du tunnel est de 3,35 mètres, plus étroit encore que celui du métro londonien. La nature du sol granitique très dur et la présence d'anciennes mines expliquent l'étroitesse du gabarit et l'absence d'autres lignes.

Avant la modernisation (1896-1977)[modifier | modifier le code]

À l'origine, le métro de Glasgow était tracté par câbles, un pour chaque direction, avec un système de pince venant agripper le câble, comparable à celui des Cable Cars de San Francisco ou de l'ancien tramway funiculaire de Belleville, à Paris.

À son ouverture, repoussée en 1897 à la suite d'un accident, les rames ne comportaient qu'une voiture. Les vingt voitures d'origine furent construites par le Metropolitan Cammel Carriage & Wagon Company. La même compagnie en fournit dix autres en 1897. La plupart de ces trains ont été modernisés en 1935, lors de l'électrification. Un autre a été restauré : il est exposé à la station Buchanan Street. Les 15 stations ont été conçues avec un quai central pour les deux directions, si bien que les trains n'ont de portes que d'un côté.

Jusqu'à la modernisation de 1977, les trains dataient toujours de 1896. Seule la voiture de queue pouvait être empruntée par les fumeurs. Les usagers montaient par la porte du milieu et sortaient par la porte avant (pour la voiture de tête) ou par la porte arrière (pour la voiture de queue).

Modernisation[modifier | modifier le code]

Intérieur d'une rame moderne

En 1977, des fissures furent constatées au plafond de la station Govan Cross (aujourd'hui Govan). Les pannes devenaient de plus en plus fréquentes, et un seul train bloqué pouvait arrêter tout le réseau du fait du système de traction par câble déjà octogénaire.

Une rénovation radicale fut donc entreprise : le réseau fut fermé, la station Govan et plusieurs autres reconstruites, les tunnels rénovés, et la station Partick (ex Merkland Street) fut aménagée pour assurer la correspondance avec les trains nationaux.

Des nouveaux tickets à contrôle automatique furent installés et les stations furent modernisées.

Stations[modifier | modifier le code]

Liste des stations[modifier | modifier le code]

Entrée de la station Kelvinhall

Les stations sont classées dans le sens des aiguilles d'une montre, en commençant par le nord :

  • Hillhead
  • Kelvinbridge
  • St. George's Cross
  • Cowcaddens
  • Buchanan Street, à proximité de la gare de Queen street
  • St. Enoch, à proximité de la gare centrale
  • Bridge Street
  • West Street
  • Shields Road
  • Kinning Park
  • Cessnock
  • Ibrox
  • Govan
  • Partick, correspondance avec les trains nationaux
  • Kelvinhall

Stations ayant changé de nom[modifier | modifier le code]

  • Ibrox : Copland Road avant 1977
  • Govan : Govan Cross avant 1977
  • Partick : Merkland Street avant 1977
  • Kelvinhall : Partick Cross avant 1977

Rames[modifier | modifier le code]

L'intégralité de la flotte est composée de 41 rames construites par Metro Cammell entre 1977 et 1992. Les rames ont trois voitures. L'ancienne flotte était composée de 30 rames construites en 1896 à 1898, restées en service jusqu'en 1977.

Avenir[modifier | modifier le code]

Automatisation de la ligne et renouvellement du matériel roulant[modifier | modifier le code]

L'actuel parc arrivant en fin de vie et la ligne devant être automatisée dans un avenir proche, une commande de 17 rames automatiques à gabarit et écartement adaptés à été passé en 2016 auprès d'un consortium formé des constructeurs Stadler et Ansaldo STS pour 200 millions de livres Sterling. La livraison de ces nouvelles rames devrait coïncider avec le basculement en mode entièrement automatique prévu pour 2020. Les stations seront à cette ocasion équipées de porte palières[1].

Nouvelles lignes[modifier | modifier le code]

Bien que le métro de Glasgow soit le troisième plus vieux du monde, il n'a jamais fait l'objet d'extensions du fait du passé minier de la ville rendant les sous-sols instables et le creusement de tunnels cher et dangereux. Cependant, des projets de nouvelles lignes apparaissent déjà dans des plans datant des Années 1930. La construction d'une nouvelles ligne également circulaire vers le quartier de l'Est End a été envisagée à l'occasion des Jeux du Commonwealth que la ville a accueillis en 2014. En 2007 le chef des transports de Glasgow avait d'ailleurs promis la réalisation de cette nouvelle ligne[2]. La réouverture d'une ligne ferroviaire souterraine vers le Nord de la ville avait aussi été envisagée. Ces projets furent toutefois abandonnés pour des raisons de coût. En 2016, les autorités semblent se focaliser sur la rénovation et l'automatisation de la ligne existante. Cependant, depuis 2016, de plus en plus de voix s'élèvent, demandant la réalisation de la ligne vers l'Est de Glasgow ainsi que d'autres lignes. Une campagne en faveur de l'extension du réseau de métro ainsi qu'une pétition ont d'ailleurs été lancées sur internet[3].

Glasgow Crossrail[modifier | modifier le code]

Une projet indépendant du métro, le Glasgow Crossrail est proposé depuis de nombreuses années. Sur le modèle du Crossrail londonien, cette nouvelle ligne presque entièrement souterraine permettrait l'interconnexion des trains de banlieue du Nord et du Sud de Glasgow via le centre-ville ainsi que des trajets plus rapides pour les trains régionaux reliant le Sud et le Nord de l'Écosse, les gares terminales de la ville n'étant actuellement pas reliées entre-elles. Si ce projet se concrétisait une station de correspondance métro-crossrail serait construite à West Street. Deux autres nouvelles stations sont également prévues. La réalisation du projet annoncée pour 2010 est à ce jour reportée sine die[4].

Le métro dans la culture[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, les acteurs Jack Milroy et Rikki Fulton, comme le pair comique Francie and Josie, chantèrent une chanson du Métro de Glasgow avant la modernisation, écrit et composée par Cliff Hanley et avec le titre « The Glasgow Underground ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Stadler et Ansaldo STS fourniront les rames automatiques du métro de Glasgow | Ville, Rail & Transports », sur www.ville-rail-transports.com (consulté le 23 août 2016)
  2. Leon Trollsky, « Whatever happened to the East End subway extension? », sur A Thousand Flowers,‎ (consulté le 23 août 2016)
  3. « Think outside the circle: Campaign launched to extend Glasgow's subway », sur Evening Times (consulté le 23 août 2016)
  4. « Glasgow Crossrail: Will the ‘missing link’ be built? », sur www.scotsman.com (consulté le 23 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]