Métro d'Abidjan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métro d'Abidjan
Situation Abidjan (Côte d'Ivoire)
Type Métro
Entrée en service mise en service prévue : 2022[1]
Longueur du réseau 38 km
Lignes Ligne 1, Ligne 2, Ligne 3, Ligne 4, Ligne 5
Stations 20 + extension Grand-Bassam
Rames 28 (Alstom)
Fréquentation 500 000 à 530 000 passagers/jours
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire STAR (Société de Transport Abidjanais sur Rail)
Exploitant Kéolis
Vitesse moyenne 80 km/h
Vitesse maximale 100 km/h
Lignes du réseau 5 (dont 1 en construction et 4 planifiées)
Réseaux connexes Sotra (BRT + BATEAUX-BUS), STL, Citrans Aqualines

Le métro d'Abidjan est un projet de réseau ferroviaire de transport urbain de type métro qui desservira l'agglomération d'Abidjan du Nord au Sud par la Commune d'Anyama jusqu'à la Commune de Port-Bouet, en passant par le quartier central d'affaires du Plateau.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le projet du métro d'Abidjan intervient dans un contexte difficile sur le plan des transports en commun. L'agglomération abidjanaise compte 20 % de la population ivoirienne (estimée à plus de 23 millions d'habitants). Le transport de cette population est alors assuré par les autobus de la SOTRA, les taxis compteurs et communaux, les wôrô-wôrô, les gbakas ainsi que les pinasses et bateaux-bus qui parcourent la lagune Ébrié[2].

Ce projet reprend le concept d'un ancien service de train urbain, qui opérait une liaison d'Anyama à Treichville jusqu'à son arrêt, à la suite de la privatisation de la Régie des chemins de fer Abidjan-Niger en 1989.

Construction[modifier | modifier le code]

Tracé du train urbain d'Abidjan, sur la base des voies ferrées existantes.

Le métro d'Abidjan utiliserait, dans un premier temps, les 37 km de voies ferrées existantes appartenant à la Sitarail, filiale de Bolloré Transport & Logistics. Larges d'un mètre (voir voie métrique), elles doivent cependant être réhabilitées. Par la suite, les réseaux métropolitain et ferroviaire circuleront sur deux lignes en parallèle, dans deux espaces séparés bien délimités[3].

N'existant pas encore, le tronçon de Port-Bouët à l'aéroport international Félix-Houphouët-Boigny doit être construit. Ceci permettra de créer la première ligne du métro abidjanais d'Anyama à Port-Bouët. Le coût du projet est estimé à 328 milliards de francs CFA (500 millions d'euros)[4].

Un premier appel d'offres, n'ayant finalement pas abouti, avait fait l'objet d'un accord entre deux consortiums : l'un constitué de Bombardier et de Samsung, l'autre d'Alstom, Bouygues et Systra[5].

Finalement, la première ligne du projet sera réalisée via un second appel d'offres, remporté par un consortium franco-coréen formé de Bouygues Travaux Publics et DTP Terrassement d'une part, et de Dongsan Engineering et Hyundai Rotem d'autre part. En outre, le consortium vante son expérience pour avoir réalisé plusieurs projets de grande envergure tel que le Gautrain en Afrique du Sud, le tramway de Reims en France, et la ligne 9 du métro de Séoul en Corée du Sud, cités en tant que références.

Sur le long terme, un second tronçon est-ouest est envisagé, de Yopougon à Bingerville.

Lors de la visite officielle du président Alassane Ouattara en Corée du Sud, un protocole d'accord portant sur les études de faisabilités de la deuxième ligne du train urbain d'Abidjan (Yopougon - Bingerville) a été signé entre Dongsan Engineering et la Côte d'Ivoire représentée par le ministre des transports Gaoussou Touré.

Le 30 novembre 2017, le président français Emmanuel Macron et son homologue ivoirien Alassane Ouattara lancent les travaux du chantier à la gare de Treichville[6].

Parcours[modifier | modifier le code]

Selon le parcours des voies ferrées existantes, le métro d'Abidjan est prévu pour traverser les communes et les quartiers suivants (liste non-exhaustive) :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]