Métallurgie étrusque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Federico Faruffini (1833-1869), L'Armurier étrusque (entre 1867 et 1869), Pérouse, Accademia di belle arti Pietro Vannucci[1],[a].

La métallurgie étrusque s'appuie sur la métallurgie de matières premières disponibles en abondance. À cet effet, il est possible d'effectuer le constat que les terres d'Étrurie possèdent non-seulement un sous-sol en ressources métallifères, et, de surccroît, les espaces étrusques sont dotés de nombreux massifs arborifères fournissant ainsi un matériau combustible (le bois) en grande quantité.

Par ailleurs, les artisans spécialisés dans le domaine de la confection d'objets métalliques, maitrisent des techniques d'avant-garde, telles que l'étamage et la granulation, déjà présentes en au cours de l'époque villanovienne, puis, pour les périodes archaïsante et classique, ces mêmes procédés de fabrication manifestent d'améliorations et de progrès notables.

En outre, les produits métalliques étrusques, lesquels affichent une variété et une qualité effectives, apparaissent comme étant unanimement appréciés au sein de l'ensemble de l'Europe occidentale et méditerranéenne de l'âge du fer.

Dans ce cadre, les multiples découvertes archéologiques réalisées sur d'ancien territoires italiques, celtes, italo-grecs et phéniciens, confirment des exportations nombreuses, et, de ce fait attestent d'un haut niveau de la commercialisation de biens artisanaux métalliques étrusques.

Ressources minières et minéralurgie[modifier | modifier le code]

« Au-delà de la cité que les Tyrrhéniens nomment Populonia, il y a une île que l’on nomme « Aithaleia ». Elle se trouve à environ cent stades de la côte et doit son nom à la fumée (aithalos) qui stagne en nappe épaisse au-dessus d’elle. C’est que cette île contient un grand gisement de minerai de fer que les habitants extraient afin de le fondre et de le couler ; elle possède une grande quantité de ce minerai. »

— Diodore de Sicile, V, 13,1

Le fait industriel étrusque est essentiellement orienté sur une production métallurgique massive et ancienne[2]. Des éléments archéologiques de contexte chrono-culturel villanovien manifestant d'un processus industriel de fonte du métal ont été mis au jour au sein de couches sédimentaires de l'île de « Pithécussia » (bastion chalcidien en face de Naples), mais également à Cumes. Ces derniers, attestés comme étant issus de l'extension territoriale étrusco-villanovienne de l'île d'« Ilva », aspectent d'une phase industrielle dite de produits semi-finis, tels que des lingots bruts à composé de ferrique[2]. De fait, le sous-sol du territoire étrusque manifeste d'une abondance notable en ressources minières[2]. Dans ce cadre géologique favorable, on peut concrétiser une industrie étrusque fondée sur une région riche en matières premières, une véritable « Étrurie du fer », mais également richement pourvue en minerai de cuivre, de plomb et d'argent et dans une moindre mesure d'étain, composant essentiel à la réalisation d'un alliage bronzéïfère[3],[4]. Les sites d'exploitation minière se concentrent notamment aux alentours de la cité-état de « Pufluna » ; de l’île d’Elbe[b], au sein des contreforts montagneux en lisière de « Vatluna » ; dans le monts de la Tolfa[c][8],[6],[7], à mi-chemin des métropoles étrusques de « Cisra » et de « Tarchna » ; et à proximité de « Velathri »[3],[2]. Quoique centré sur les littoraux et plaines côtières tyrrhéniens, du Nord au Sud et d'Est en Ouest, le panorama minifère de l'Étrurie offre donc de remarquables capacités d'exploitation. Ces sites, régulièrement disposés à proximité des grands pôles urbains tels que « Cisra », ou encore « Pufluna », initieraient une logique économique à caractère productif, soutenu et pérenne[3],[2],[9],[10].

En marge de l'exploitation et de la production de ces minerais dont disposent les terres étrusques en abondance, ces dernières sont également richement pourvues en alun, un sel métallifère constitué de sulfates doubles d’aluminium et de métaux alcalins[11]. Connu au cours du IVe siècle av. J.-C. par les romains et probablement auparavant par les étrusques, dont ils seraient les premiers exploitants et producteurs, le minerai à caractère salin, l'alun (en grec ancien « στυπτηρια », se traduisant par « styptêria »[12]), est abondamment utilisé par les artisans-orfèvres et les alchimistes du IIIe siècle en Égypte gréco-romaine. C’est une des matières premières les plus fréquemment citée dans les papyrus de Leyde et de Stockholm[12]. Le principal usage de l’alun est de fixer les couleurs, mais également utilisé pour ses propriétés astringentes[12]. L'obtention de l'alun pur (via son état brut) procède d'une technique dite de cémentation métallique. Dans son œuvre littéraire intitulé Sur le Sel, le Nitre et l’Alun, le philosophe grec Théophraste, élève d’Aristote, mentionne à plusieurs reprises les bénéfices et principes de ce matériau minier[13]. Strabon évoque quelques propriétés de l’alun[14]. De même au Ier siècle, le pharmacologue Dioscoride[d] et l'encyclopédiste Pline[e][15]. À l'instar du minerai de fer notamment, ce composé alcalin est extrait, puis exporté et commercialisé par les étrusques via les monts de la Tolfa, dans Latium septentrional[11],[15],[12],[11],[16].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Combustible : ressources en bois[modifier | modifier le code]

Factuellement, le bois possédant un caractère de périssabilité, la documentation archéologique concernant ce matériau se révèle relativement succincte. Néanmoins, plusieurs études palynologiques opérées au sein des strates pédologiques, et corrélées à des analyses effectuées sur des artéfacts retrouvés contexte funéraire et d'habitat d'origine étrusque, ont permis d'identifier de nombreux vestiges à composante arborifère. Dans ce cadre, il est par conséquent possible d'appréhender une exploitation industrielle étrusque de ce matériau. En Étrurie, on atteste ainsi l'exploitation de 5 principales essences arborifères : le chêne[17] ; le hêtre[18],[19] ; le cèdre[20],[21] ; les conifères[22], et plus particulièrement le pin[23] ; et enfin l'olivier[24],[25]. À ces quatre occurrences notables, viennent s'ajouter 2 types d'exploitations arborifères : celles du bois de chèvrefeuille[26],[27],[28],[29],[30],[31] et du tronc et de l'écorce de tilleul[32],[33],[34],[35].

Techniques et équipement[modifier | modifier le code]

L'artisanat métallurgique étrusque se distingue par son acquisition remarquablement précoce de la technique par réduction directe. L'obtention du fer pur via son substrat le minerai de fer, est attestée dès le milieu la période villanovienne, en particulier au sein du massif de la Tolfa[8], et au cours du IXe siècle av. J.-C. / VIIIe siècle av. J.-C. dans la région périphérique septentrionale de « Pufluna »[i][36],[37]. Les analyses chimiques des quantités massives de scories résiduelles retrouvées dans les couches stratigraphiques des sites minérifères étrusco-toscans mettent en évidence une application de techniques de purification métallurgique par réduction directe[3],[36].

Des vestiges de manufactures métallifères indiquent que les minerais de fer, de plomb, ou encore d'argent subissent un traitement s'effectuant à même des chantiers d'extraction[3]. Enfin, outre une très substantielle quantité de loupes sidérurgiques, les fouilles archéologiques des bassins miniers étrusques ont permis de livrer un nombre notable de barres métallifères moulées. En parallèle du processus de traitement du métal pur, cette donnée suggère une production métallurgique également opérée sur place. De manière générale, on atteste que cette dernière était effectuée très probablement juste à flanc des collines ou massifs montagneux d'exégèse minière[3],[36].

La datation des restes de fourneaux demeure très complexe à établir en l'absence de tout indice chronologique notable. En revanche une analyse par technique de datation au carbone 14 a rendu possible une approximation recevable[36]. On peut ainsi concrétiser une évaluation chrono-radiométrique débutant aux environs du IXe siècle av. J.-C. pour les premières occurrences d'équipement de fonte métallurgique, jusqu'au Ier siècle av. J.-C. pour les derniers fragments de fourneaux archéologiquement attestés. Au cours du 1er âge du fer, ces derniers évoluent de par leurs formes et leurs capacités en termes de volume selon l'acquisition de nouveaux procédés de transformation des matières métalliques brutes[36].

Les fours étrusques sont affectés d'une forme de cône tronçonné dans sa partie supérieure. Leurs diamètres, variables suivant les époques et les régions, montrent une dimension d'environ 1,5 mètre de moyenne. Ils se composent notamment de briques réfractaires, s'apparentant aux tegulae romaines[38], mais également de blocs de pierre taillée (généralement en grès ou en calcaire) faisant office de parois[36],[37],[8],[6],[7],[10],[9].

L'équipement à fusion métallurgique se présente en deux parties distinctes et superposées : d'une part un élément en prééminence, à l'intérieur duquel le minerai est incorporé, correspondant à une chambre à fusion du matériau ; d'autre part un élément inférieur faisant office de foyer à combustion[j] dans lequel est placé le catalyseur nécessaire au processus de fusion. Ce dernier aspecte une forme de dalle[k] placé à l'horizontale et percé de trous[36],[37].

Outre la technique de purification des métaux par processus de réduction directe, la technologie métallurgique étrusque manifeste également un statut de précurseur au sein de l'Europe antique, dans différents domaines de l'orfèvrerie étrusque. Il s'agit en particulier de procédés tels que l'étamage[39],[40],[41] et la granulation par l'or[42],[43],[44],[45],[46].

Exemple d'objet ayant subi un procédé d'étamage[l],[m].
Bulla obtenu par la méthode dite de dépôt de granules d'or.

L'étamage, au cours du 1er âge du fer étrusque, est une méthode d'orfèvrerie qui consiste à appliquer une fine pellicule de métal, généralement de l'étain[n],[47],[39],[47]. La déposition par feuille s'effectue via un procédé d'immersion de la pièce dans un bain de métal porté au point de fusion, laquelle se voit suivie d'une centrifugation permettant un étalement homogène du matériau et enfin, l'opération se conclut par un essuyage (ou égouttage) de l'ouvrage manufacturé. Au moyen de cette technique de traitement de surface, l'épaisseur de la feuillure métallique évolue entre 5 et 8 10-6 m[47],[39],[47]. Au travers de sources littéraires antiques, telles que celles de Pline l'Ancien (23 - 79) dans son œuvre Histoire naturelle (Livre XXXIV)[40],[49], et de notables éléments matériels très probablement issus d'ateliers artisanaux étrusques, tels que des bucchero à feuille d'or ou encore des vestiges de miroirs[50], lesquels sont fréquemment attribués aux environs du VIIe siècle av. J.-C. et du VIe siècle av. J.-C. pour les occurrences les plus antérieures, on peut appréhender l'hypothèse selon laquelle la paternité technologique du procédé d'étamage revient probablement au Étrusques[50],[41].

Toutefois, certaines données concrètes tendent à s'opposer à ce postulat. En effet, selon des historiens tels que Paul-Marie Duval (1912 - 1997), Gabriel Auguste Daubrée (1814 - 1896), ayant effectué des examens archéologiques et historiographiques approfondis, la découverte de l'étamage serait spécifique et indubitablement attribuable aux peuples celtes[51],[52], voire plus particulièrement à la « civitas » des « bituriges cubii »[53]. Pline l'Ancien lui-même, évoque une technique de plaquage de « plomb blanc »[o], laquelle est apposée par couches très fines sur ouvrages en bronze[p] dont les « bituriges cubii » seraient les précurseurs. Le résultat de cette opération permet, selon Pline, d'obtenir des objets imitant l'argent[55],[q]. Sous cet angle, et concernant l'industrie étrusque, il est possible de définir de manière plausible une forme d'acquisition précoce de la technique d'étamage par le biais de contacts commerciaux et culturels avec les peuples celtes[53],[52],[41].

En revanche, le processus dit de granulation par l'or demeure comme étant un concept caractéristique et propre à la métallurgie fine étrusque. Cette méthode spécifique au domaine de l'orfèvrerie, réside dans l'application de petites granules d'or sur l'artéfact à ouvrager. Ce procédé, dont les artisans-orfèvres étrusques seraient les dépositaires, est attesté dès le VIIIe siècle av. J.-C.[56],[57],[58],[59],[60].

La production métallurgique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les exportations[modifier | modifier le code]

La conséquence directe de cette industrie est la construction de villes, le défrichage des campagnes, le creusement de ports et de nombreux canaux, (le est navigable dans la presque totalité de son cours)

« Omnia ea flumina fossasque priori à Pado fecère Thusci. »

— Pline l'Ancien, "Histoire naturelle", Livre III, 15[63].

, et par suite le commerce se fait principalement par voie maritime.

Velch, dieu du feu et des métaux[modifier | modifier le code]

Au sein du peuple étrusque, l'importance que semble revêtir le domaine industriel des métaux est empreinte d'une culture religieuse marquée. Cette dernière se caractérise par l'assimilation et la synthèse des différentes facettes de la métiers : les matières premières (les minerais à caractère métallifère, les métiers de l'artisanat métallurgique (les fondeurs, les forgerons, les orfèvres) et les catalyseurs nécessaires à l'ensemble des phases de transformation, d'obtention et de production des biens à composé métallique (c'est-à-dire la combustion par le dioxygène et le bois sous forme de charbon). Ainsi, également soucieux de leur mythologie, le panthéon des étrusques est doté d'une personnalité divine qui patronne l'ensemble de ces facettes : « Velia Velcha », le dieu du feu et des métaux[64],[65], également dénommé « Sethlans »[66], le dieu aux tenailles et au marteau d'artisan métallurgiste (dont la tête est parfois sumontée d'un bonnet)[t][67] et l'équivalent de l'« Hφαιστος / Hếphaistos » grec[68],[69] ; que l'on appelle aussi : « Velchans » ou Vehlans[70],[71],[72].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'illustration ici présente est inversée par rapport à sa source : à vérifier.
  2. Dont notamment le site Portoferraio, comme l'indique sa dérivation toponymique du terme fer. Il s'agirait d'une ancienne petite cité fondée par les étrusques au cours du VIIe siècle av. J.-C.[5].
  3. Dont on atteste une occupation ethnique proto-villanovienne à villanovienne dès le XIIe siècle av. J.-C. / XIe siècle av. J.-C., implantation qui se pérennise puis se développe au cours du 1er âge du fer proto-étrusque et étrusque. Au sein de cette zone géographique, les occurrences archéologiques en contexte d'habitat sont nombreuses. On a ainsi extrait des poteaux de cabanes, un vestige de fortification, ainsi que les restes d'un matériel domestique rudimentaire et / ou artisanal , tels que des fours de fonderie métallurgique, des meules à abrasion, vaisselle à motifs géométriques variés. À proximité du site proto-urbain, on a également mis au jour un complexe funéraire villanovien : la Poggio La Pozza, actuellement localisée près du village d'Allumiere. Les sépultures de cette dernière disposaient de viatiques matériels pourvus, entre autres d'urnes de type biconique et présentant des motifs géométriques, ainsi que du petit mobilier funéraire du type vaissellerie, tels que des marmites, des pots et des tasses. On y a également relevé la présence d'objets d'apparat tels que des bijoux, fibules). On a retrouvé des artéfacts bronzes (objets, haches) à Monte Rovello et à Coste del Marano[6],[7],[8].
  4. M.M. V, 106.
  5. H.N. XXXV, 183-185.
  6. Ces lieux d'altitude moyenne sont situés entre « Cisra » et « Tarchna », au sein des monts Apennins centraux, dans le Nord du Latium.
  7. Lesquels sont situés non-loin des monts de la Tolfa. Les monts Titano ont également fait l'objet d'exploitation minière de la part des étrusques.
  8. Ce massif à caractère volcanique est localisé à proximité de Portoferraio, au sein de l'île d'Elbe. De ce site naturel, les étrusques ont extraits des quantités massives de minerai de fer, nécessaire à la production de produits manufacturés et semi-finis.
  9. On atteste que le site d'extraction métallifère de « Pufluna » est devenu le plus important lieu minier du territoire étrusque, au cours du Ve siècle av. J.-C.[3].
  10. C'est-à-dire une sorte de brasier.
  11. Le plus fréquemment, il s'agit d'une dalle en pierre.
  12. Il sagit d'un vestige archéologique de miroiterie de provenance étrusque. Attribué IVe siècle av. J.-C..
  13. Note d'inventaire : Collection Borgia, specchio con scena erotica, IV sec ac. 27672.
  14. Moins fréquemment, les orfèvres font usage de métaux tels que le plomb, l'argent, le cuivre, ou encore l'or[47],[48],[39].
  15. Probablement l'obtention de la céruse[54].
  16. Et par conséquent, probablement une forme de procédé d'étamage.
  17. Livre XXII, paragraphe 162.
  18. Il s'agit d'un pendentif figurant une tête d'Achéloos attribué au Ve siècle av. J.-C..
  19. Il s'agit d'un pendentif. On concrétise, par le biais des textes antiques romains et quelques substantiels découvertes archéologiques, que cet accessoire d'apparat serait d'origine étrusque[45],[46],[44].
  20. Personnalité mythogique étrusque fréquemment pourvue d'une sorte de bonnet surmontant son chef, comme en témoigne de nombreux spécimens numismatique sur leurs revers, tels que ceux attribués au IIIe siècle av. J.-C. in situ de « Pufluna »[66],[67].
  21. Sépulture que l'on a identifié comme appartenant à la période dite classique ou étrusco-helléniste[N 3]. De l'italien : littéralement, « la tombe des enfers », et parfois incorrectement interprétée par « la tombe de l'ogre », au sens de divinité infernale[64], quelquefois Tombe d'Orcus) est une des tombes peintes du site de la Nécropole de Monterozzi[N 4].
  22. Laquelle a été mise au jour au sein de la Nécropole de Monterozzi[73],[74], sur le site de la cité proto-historique de « Tarchna ». Ici est représenté le visage de profil du dieu panthéonique étrusque « Vech », patron divin du feu et des artisans-forgerons étrusques.
  23. La présente fresque picturale réfracte l'un des évènements majeurs de la mythologie étrusque : « Le festin de Velia Velcha ».
  24. Notice muséographique : storia dell'Italia antica (1873) (14595818098).
  1. Celle-ci recouvre un ustensile de type alimentaire confectionné en poterie fine. Artéfact de type bucchero.
  2. Obtenue par technique dite de granulation d'orfèvrerie.
  3. C'est-à dire se situant entre le IVe siècle av. J.-C. et le IIe siècle av. J.-C..
  4. Soit 200 occurrences funéraires sur les 6 000 du site.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) umbriacultura.it
  2. a b c d et e Chemain 2016, p. 20.
  3. a b c d e f et g Irollo 2010, p. 72.
  4. Chemain 2016, p. 21.
  5. Olivier Borgros, « Notice sur l'île d'Elbe », sur BM Lisieux, (consulté le 3 juillet 2016).
  6. a b et c (it) « Les étrusques de Tolfa », sur spazioinwind.libero.it, (consulté le 3 juillet 2016).
  7. a b et c (it) M. Rubini, E. Bonafede, S. Mogliazza, L. Moreschini et F. Bartoli, Contributo alla conoscenza degli Etruschi : la necropoli del Ferrone, Tolfa, Lazio (VII - VI sec. a.C.), vol. 129, Archivio per l'antropologia e la etnologia, (ISSN 0373-3009), p. 123 à 143.
  8. a b c et d (it) Odoardo Toti, « La "civiltà protovillanoviana" dei Monti della Tolfa : società ed economia tra XI e IX secolo a. C. », dans Ordoardo Toti, Lucia Caloi, Maria Rita Palombo, La fauna dell'insediamento di Monte Rovello (fine del XII-IX sec. a. C.) e sue implicazioni paleoeconomiche, .
  9. a et b Dominique Briquel, « Les richesses minières », dans Dominique Briquel, Les étrusques, vol. 645, Presses Universitaires de France, coll. « Que-sais-je ? », (lire en ligne).
  10. a et b Alexandre Grandazzi, Alba Longa, histoire d'une légende : Recherches sur l'archéologie, la religion, les traditions de l'ancien Latium, Publications de l'École française de Rome, coll. « BEFAR », (ISBN 978-2-7283-0412-7, lire en ligne).
  11. a b et c Agnès Mazoyer, « L'homme et le volcanisme en Toscane : la géothermie (Man and volcanism in Tuscany : the geothermal) », dans sous la direction de Gérard Mottet et Henri Rougier, L'homme et le volcanisme : Les eurorégions, vol. 76e année, Bulletin de l'Association de géographes français, (DOI 10.3406/bagf.1999.2126, lire en ligne), p. 341 à 347.
  12. a b c et d Robert Halleux, Les alchimistes grecs : Papyrus de Leyde, Papyrus de Stockholm, Recettes, Belles Lettres, .
  13. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] (lire en ligne) (Livre V, 42 - 50).
  14. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne] (Livre XXXIII, 30).
  15. a et b Jean Delumeau, L'Alun de Rome, Paris, Sevpen, .
  16. François Bougard, « Fouilles de l'École française de Rome à Leopolis-Cencelle (information) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 141e année, no 2,‎ , p. 479 à 490 (DOI 10.3406/crai.1997.15753, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2016).
  17. Marie-Brigitte Carre, « L'épave à dolia de Ladispoli (Etrurie Méridionale) : Etude des vestiges de la coque », Archaeonautica, vol. 11,‎ , p. 9-29 (DOI 10.3406/nauti.1993.908, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2016).
  18. Jean Gagé, « Les superstitions de l'écorce et le rôle rituel de fûts ou de troncs d'arbres dans l'Italie primitive », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, Publication de l'École française de Rome, vol. tome 91, no 2,‎ , p. 548 à 565 (DOI 10.3406/mefr.1979.1205, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2016).
  19. Giorgio B Roletto, « Le cadre géographique de Bologne : Notes de géographie humaine », Revue de géographie alpine, vol. tome 14,‎ , p. 452 (DOI 10.3406/rga.1926.4984, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2016).
  20. Thuillier 1985, p. 248 (note 183).
  21. Bernadette Liou-Gille, « Du Minotaure de la Regia aux enseignes romaines : Intégration à date ancienne d'un monstre légendaire exotique à l'armée romaine », Revue belge de philologie et d'histoire, Antiquité - Oudheid, vol. tome 85, no fascicule 1,‎ , p. 59 (DOI 10.3406/rbph.2007.5072, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2016).
  22. Marguerite Yon, « Les bijoux d'ambre de la nécropole d'Aléria (Corse) », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, vol. tome 89, no 2,‎ , p. 589-618 (DOI 10.3406/mefr.1977.1123, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2016).
  23. Pierre Gabert, « Le port de Ravenne et sa zone industrielle, un exemple de l'essor économique italien », Méditerranée, vol. 4e année, no 1,‎ , p. 68 à 71 (DOI 10.3406/medit.1963.1066, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2016).
  24. Jean-Pierre Vallat, « Les structures agraires de l'Italie républicaine », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 42e année,‎ , p. 181-218 (DOI 10.3406/ahess.1987.283375, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2016).
  25. Jean Peyras et Monique Clavel-Lévêque, « Écrits d'arpentage et hauts fonctionnaires équestres de l'antiquité tardive : extrait des livres de Dolabella », Dialogues d'histoire ancienne, vol. 34, no 1,‎ , p. 138 à 144 (DOI 10.3406/dha.2008.3071, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2016).
  26. (fr) Référence Catalogue of Life : Lonicera etrusca Santi.
  27. Référence Tela Botanica (France métro) : Lonicera etrusca Santi, 1795 .
  28. René Ginouvès et Roland Martin, Dictionnaire méthodique de l'architecture grecque et romaine : Tome I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, vol. 84, Rome : École Française de Rome, Publications de l'École française de Rome, , 402 p. (lire en ligne).
  29. (fr+en) Référence ITIS : Lonicera etrusca Santi (+ version anglaise).
  30. (en) Référence NCBI : Lonicera etrusca.
  31. (en) Référence GRIN : espèce Lonicera etrusca Santi .
  32. Jacqueline Champeaux, « Sorts et divination inspirée : Pour une préhistoire des oracles italiques », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, Publications de l'École française de Rome, vol. tome 102, no 2,‎ , p. 805 à 817 (DOI 10.3406/mefr.1990.1691, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2016).
  33. A. Carnoy, « Etyma Pelasgica », L'antiquité classique, vol. Tome 24, no fascicule 1,‎ , p. 24 à 26 (DOI 10.3406/antiq.1955.3250, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2016).
  34. Jean Gagé, « Les superstitions de l'écorce et le rôle rituel de fûts ou de troncs d'arbres dans l'Italie primitive », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, Publications de l'École française de Rome, vol. tome 91, no 1,‎ , p. 556 à 558 (DOI 10.3406/mefr.1979.1205, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2016).
  35. Louis Deroy, « Les noms latins du marteau et la racine étrusque « mar- » », L'antiquité classique, vol. Tome 28, no fascicule 1,‎ , p. 29 à 31 (DOI 10.3406/antiq.1959.3364, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2016).
  36. a b c d e f et g Maria Cecilia D'Ercole, chap. V « Les métaux », dans D’ERCOLE, Maria Cecilia, Importuosa Italiae litora : Paysage et échanges dans l'Adriatique méridionale à l'époque archaïque, Naples, Publications du Centre Jean Bérard, (ISBN 978-2-918887-62-1, lire en ligne), p. 189 à 270.
  37. a b et c L. Simonin, « Histoire de l'exploitation des mines en Toscane : DE L'EXPLOITATION DES MINES ET DE LA MÉTALLURGIE EN TOSCANE SOUS LES ÉTRUSQUES », Annales des Mines, vol. 14, no 4,‎ , première partie (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2016).
  38. Bernard Bouloumié, « Murlo (Poggio Civitate, Sienne) : céramique grossière locale. L'instrumentum culinaire. », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, Publications de l'École française de Rome, vol. tome 84, no 1,‎ , p. 61 à 11 (DOI 10.3406/mefr.1972.919, lire en ligne, consulté le 4 juillet 2016).
  39. a b c et d Robert Halleux, « De Stagnum « étang » à Stagnum « étain ». : Contribution à l'histoire de l'étamage et de l'argenture. », L'antiquité classique, vol. Tome 46, no fascicule 2,‎ , p. 557 à 570 (DOI 10.3406/antiq.1977.1869, lire en ligne, consulté le 5 juillet 2016).
  40. a et b Stéphanie Boucher, « Pline l'Ancien, H.N., XXXIV : plumbum argentarium », Revue belge de philologie et d'histoire, Antiquité — Oudheid., vol. tome 51, no fascicule 1,‎ , p. 62 à 67 (DOI 10.3406/rbph.1973.2954, lire en ligne, consulté le 5 juillet 2016).
  41. a b et c Irollo 2010, p. 141.
  42. Jacques Heurgon, « Les bijoux », dans Jacques Heurgon, La Vie quotidienne des Étrusques, , p. 225.
  43. (en) Andrea Cagnetti - Akelo, « Experimental survey on fluid brazing in ancient goldsmith's art », International Journal of Material Research,‎ (DOI 10.3139/146.101783, lire en ligne, consulté le 4 juillet 2016).
  44. a b et c Marie-Laurence Haack, chap. 2 « Boules et bulles. : Un exemple de transfert culturel », dans Marie-Laurence Haack, Dialogues d'histoire ancienne, vol. 33, (DOI 10.3406/dha.2007.3040, lire en ligne), p. 57 à 67.
  45. a b et c Jean-Jacques Ampère, L'histoire romaine à Rome, vol. 2, Michel Lévy, (lire en ligne).
  46. a b et c Marianne Coudry, « Lois somptuaires et comportement économique des élites de la Rome républicaine », dans collectif, Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, (lire en ligne).
  47. a b c d et e « Étamage à chaud », sur Gouillard, (consulté le 5 juillet 2016).
  48. « Toutes les données techniques sur le fer-blanc », sur sfc.fr, (consulté le 5 juillet 2016).
  49. Pline l'Ancien, Histoire naturelle : Éditée par Stéphane Schmitt, Paris, Gallimard, coll. « "Bibliothèque de la Pléiade" », , 2176 p. (ISBN 9782070129102).
  50. a et b Denise Rebuffat-Emmanuel, Le miroir étrusque : d'après la collection du cabinet des médailles., vol. 20, Rome, Publications de l'École française de Rome, , 724 p. (ISBN 2-7283-0431-9, lire en ligne).
  51. Paul Marie Duval, « Vulcain et le métal », dans Paul-Marie Duval, Travaux sur la Gaule (1946-1986), vol. 116, Rome, Publications de l'École française de Rome, coll. « Mélanges de l'École Française de Rome », (lire en ligne), p. 303 à 321.
  52. a et b Paul Marie Duval, « L'art des Celtes et la Gaule », dans Paul-Marie Duval, Travaux sur la Gaule (1946-1986), vol. 116, Rome, Publications de l'École française de Rome, coll. « Mélanges de l'École Française de Rome », (lire en ligne), p. 505 à 533.
  53. a et b Gabriel Auguste Daubrée, « Aperçu historique sur l'exploitation des métaux dans la Gaule », Revue Archéologique Nouvelle Série, vol. 17,‎ , p. 306 (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2016).
  54. Jean-Noël Jeanneney, « La bataille de la céruse », L'Histoire, no 417,‎ , p. 64-67 (présentation en ligne).
  55. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne].
  56. Franz De Ruyt, « L'originalité de la sculpture étrusque à Castro au VIe siècle av. J.-C. », L'antiquité classique, vol. Tome 52,‎ , p. 70 à 85 (DOI 10.3406/antiq.1983.2084, lire en ligne, consulté le 5 juillet 2016).
  57. Irollo 2010, p. 130.
  58. Irollo 2010, p. 131.
  59. Irollo 2010, p. 139.
  60. Bruno Chaume, Murielle Paquier et Marc Cartonnet, Revue archéologique de l'est et du centre-est Volumes 39 à 40, Editions du CNRS, (lire en ligne), p. 100 à 104.
  61. (it) « Museo Greogoriano Etrusco », sur Musei di Vaticani, (consulté le 4 juillet 2016).
  62. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Chimère étrusque », sur www.larousse.fr (consulté le 21 avril 2019)
  63. Cf. Cluver, Ital. antiq., p. 419-...
  64. a b c d et e Franz de Ruyt, « Massimo Pallottino, La peinture étrusque (compte rendu) », L'antiquité classique, vol. tome XXII, no 2,‎ , p. 556 (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2016).
  65. Maurice Vernes, Jean Réville et Léon Marillier, « Volume 219 de Revue de l'histoire des religions », Revue de l'histoire des religions Annales du Musée Guimet, Presses Universitaires de France, 2002, vol. 219,‎ , p. 137 (ISSN 1155-7400, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2016).
  66. a b et c Thuillier 2003, chap. Les dieux aux noms étrusques, p. 207.
  67. a b et c Sylvie Lalague-Dulac, « Capdeville (G.), Volcanus : Recherches comparatistes sur les origines du culte de Vulcain », Revue des Études Anciennes, Bibliothèque des Ecoles Françaises d'Athènes et de Rome, vol. fascicule 288, t. 99, nos 1 et 2,‎ , p. 276 et 277 (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2016).
  68. Charles Delvoye, « Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC) : Eros- Herakles », L'antiquité classique, vol. IV, t. 59,‎ , p. 557 à 559 (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2016).
  69. Nicole Belayche, « Gérard Capdeville, Volcanus. : Recherches comparatistes sur les origines du culte de Vulcain », L'antiquité classique, vol. Tome 66,‎ , p. 511-513 (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2016).
  70. Robert 2007, chap. La religion, p. 157.
  71. Robert 2007, chap. La religion, p. 158.
  72. Bernard Sergent, « G. Capdeville. Volcanvs. : Recherches comparatistes sur les origines du culte de Vulcain », Revue de l'histoire des religions, vol. tome 216, no 4,‎ , p. 475-481 (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2016).
  73. (it) M. C. M. Lerici, Prospezioni archeologiche a Tarquinia, La necropoli delle tombe dipinte, Mila, .
  74. (en) H. Hencken, Tarquinia, Villanovians and early Etruscans, Cambridge (Mass. E.U.), .
  75. (en) Sybille Haynes, Etruscan Civilization : A Cultural History, Getty Publications, , 432 p. (lire en ligne), p. 309 à 312.
  76. (it) Giuseppe Micalli, Storia degli antichi popoli italiani, vol. 1, Florence, (lire en ligne), p. 174.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Briquel, Les Étrusques, Presses Universitaires de France - PUF, , 126 p. (ISBN 9782130533146).
  • Dominique Briquel, Les étrusques, vol. 645, Presses universitaires de France, coll. « Que-sais-je ? (section : Histoire et Art) », , 128 p. (ISBN 978-2-13-073425-3, lire en ligne)
  • Magali Cabarrou, Christian Darles et Pierre Pisani, « Essai de description d’un bâtiment des eaux de Toscane : l’édifice mystérieux de Pietratonda », dans Magali Cabarrou, Christian Darles et Pierre Pisani, L'Antiquité en partage, vol. 90, Varia, coll. « Pallas », (lire en ligne), p. 389 à 403.
  • Mireille Cébeillac-Gervasoni et al., Histoire romaine, Paris, Armand Colin, coll. « U Histoire », , 471 p. (ISBN 978-2-200-26587-8), « La Royauté et la République », p. 72-75.
  • Jean-François Chemain, chap. 1 « L'Italie avant Rome : Cadre géographique et humain - l'Étrurie », dans Jean-François Chemain, L'économie romaine : en Italie à l'époque républicaine, vol. 17, Paris 6e, Éditions A. et J. Picard, coll. « Antiquités Synthèses », (ISBN 978-2-7084-1010-7, ISSN 1158-4173), p. 11 à 36.
  • Paul Fontaine, « À propos des inscriptions « Śuθinα » sur la vaisselle métallique étrusque », Revue des Études Anciennes, vol. 97 (Vaisselle métallique, vaisselle céramique. Productions, usages et valeurs en Étrurie, sous la direction de Jean-René Jannot), nos 1 et 2,‎ , p. 201 à 216 (DOI 10.3406/rea.1995.4618, lire en ligne, consulté le 1er juillet 2016)
  • Jean Gran-Aymerich et Prayon Friedhelm, « Les fouilles franco-allemandes sur le site étrusque de la Castellina del Marangone, près Civitavecchia, Italie : Les campagnes de 1995 et 1996 », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 140, no 4,‎ , p. 1095 à 1129 (DOI 10.3406/crai.1996.15665, lire en ligne, consulté le 1er juillet 2016)
  • Laurent Haumesser, « Les débuts des études étrusques à l’École française de Rome : Auguste Geffroy et Vulci », dans Michel Gras (dir.) et Olivier Poncet (dir.)., Construire l'institution l’École française de Rome, 1873-1895, Rome, Publications de l'École française de Rome, coll. « Pallas », (ISBN 978-2-728310-31-9, lire en ligne)
  • Jacques Heurgon, La Vie quotidienne des Étrusques, Paris, Hachette, .
  • Jacques Heurgon, Rome et la Méditerranée occidentale jusqu'aux guerres puniques, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », , 3e éd., 488 p. (ISBN 978-2-130-45701-5), p. 333-336
  • Laurent Hugot, « La Grèce et l’Étrurie dans l’Ouest de la France », dans Dominique Frère (direction d'ouvrage), L’archéologie méditerranéenne et proche-orientale dans l’ouest de la France : Du mythe des origines à la constitution des collections, vol. 115-2, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest », (ISBN 978-2-7535-0669-5, DOI 10.4000/abpo.334, lire en ligne), p. 107 à 120.
  • Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques : l'antique civilisation toscane, VIIIe-Ier siècle av. J.-C., Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 313), , 212 p. (ISBN 978-2-262-02837-4).
  • Jean-René Jannot, « Un ordre étrusque à télamons », Mélanges de l'Ecole française de Rome (section : Antiquité), École française de Rome, vol. 96, no 2,‎ , p. 579 à 600. (DOI 10.3406/mefr.1984.1425, lire en ligne, consulté le 19 juin 2016).
  • Vincent Jolivet, « Exportations étrusques tardives (IVe-IIIe siècles) en Méditerranée Occidentale », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, vol. tome 92, no 2,‎ , p. 689 à 724 (DOI 10.3406/mefr.1980.1255, lire en ligne, consulté le 4 juillet 2016)
  • Thierry Piel, « Luci et fora : des structures « supraciviques » et interethniques dans le monde étrusco-latin », dans François Clément ; John Tolan ; et Jérome Wilgaux (directeurs d'ouvrage), Espaces d'échanges en Méditerranée : Antiquité et Moyen Âge : Antiquité et Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-753531-55-0, lire en ligne), p. 20 à 25.
  • Michel Lejeune, Jean Pouilloux et Yves Solier, « Étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude) », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 21, no 1,‎ , p. 19-59 (ISSN 2117-5683, 4 juin 2016, consulté en http://www.persee.fr/doc/ran_0557-7705_1988_num_21_1_1323).
  • Natacha Lubtchansky, « Chiusi étrusque et son territoire : archéologie et historiographie », dans Bonci Casuccini, Debora Barbagli et Mario Iozzo, Etruschi. Chiusi, Siena, Palermo : la collezione, Sienne, Compresso museale Santa Maria della Scala/Chiusi, Laboratorio archeologico, (ISBN 978-8-88024-178-2, lire en ligne), p. 241 à 248.
  • Sabatino Moscati, Les Italiques : l'art au temps des Étrusques, Paris, L'Aventurine, coll. « Arts et cultures », , 302 p. (ISBN 2-84190-008-8).
  • Jean-Noël Robert, Les Étrusques, Belles Lettres, , 335 p. (ISBN 9782251410272).
  • Pascal Ruby, « Tarquinia, entre la Grèce et Sala Consilina : Éléments pour l'étude de la circulation des biens de prestige dans l'Italie centrale et méridionale protohistorique », dans collectif, Mélanges de l'Ecole française de Rome : Antiquité, vol. 105, Rome, Publications de l'École française de Rome, (DOI 10.3406/mefr.1993.1819, lire en ligne), p. 779 à 832.
  • Jean-Paul Thuillier, Les Étrusques, Éditions du Chêne, coll. « Grandes civilisations », , 240 p. (ISBN 2842776585, présentation en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres projets[modifier | modifier le code]