Méry-Corbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méry et Corbon.

Méry-Corbon
Méry-Corbon
L'église Saint-Martin.
Blason de Méry-Corbon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Mézidon-Canon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Statut Commune déléguée
Maire délégué Pascal Terrier
2017-2020
Code postal 14370
Code commune 14410
Démographie
Gentilé Méry-Corbonais
Population 945 hab. (2016)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 09″ nord, 0° 04′ 57″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 37 m
Superficie 7,57 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Méry-Bissières-en-Auge
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Méry-Corbon

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Méry-Corbon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Méry-Corbon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Méry-Corbon

Méry-Corbon est une ancienne commune du département du Calvados, dans la région Normandie, en France, peuplée de 945 habitants[Note 1] (les Méry-Corbonais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Méry-Corbon[1]
Cléville Cléville Hotot-en-Auge
Cléville Méry-Corbon[1] Biéville-Quétiéville
Croissanville,
Bissières
Bissières, Magny-le-Freule Biéville-Quétiéville,
Magny-le-Freule

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Méry est attesté sous la forme Mairreium au XIe siècle[2] en 1165; Mereium en 1195; Merieium en 1258; Mérie en 1297[3].

Corbon est attesté sous la forme Corbun au XIe siècle[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une halte ferroviaire a été ouverte en 1879 sur la ligne Mézidon - Dives-Cabourg, prolongée jusqu'à la gare de Trouville-Deauville en 1884. La section entre la gare de Mézidon et la gare de Dives-Cabourg a été fermée au trafic voyageur en 1938 et au fret en 1969. Cette section a par la suite été déclassée et déferrée. Une partie de la plate-forme a été transformée en route.[réf. souhaitée]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Jean-François Goupille   Assureur
mars 2001[5] mars 2014 Régine Michel DVG Secrétaire
mars 2014[6] En cours Pascal Terrier SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 945 habitants, en diminution de -6,62 % par rapport à 2011 (Calvados : 1,56 %, France hors Mayotte : 2,49 %). La commune a atteint son maximum de population dans les années 1830 avec 905 habitants recensés en 1836. Puis elle s'est progressivement dépeuplée jusqu'à descendre à 440 habitants en 1931. La population a ensuite presque doublé en 60 ans (873 habitants en 1990).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
554721855867879905881888865
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
780702720703707669666548553
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
545534517485485440466511592
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5515565876218738358141 012945
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le club Airan-Méry-Corbon Val d'Auge, avant 2010 Entente sportive Airan-Méry-Corbon. Le club se fusionne avec Croissanville et devient lors de la saison 2010-2011 Airan Méry Croissanville Val d'Auge. Le club a deux équipes. Il fait évoluer la première en ligue de Basse-Normandie et la deuxième en division de district[14]. Le club forme aussi des jeunes dans plusieurs catégories: U9 (débutants), U11 (poussins) et U13 (benjamins). Yohann Eudeline qui joue maintenant à Sedan a commencé à jouer dans ce club.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gustave Loisel (1864 à Méry-Corbon - 1933), docteur ès sciences et docteur en médecine, biologiste et professeur en Sorbonne.
  • Yohann Eudeline (né en 1982), footballeur professionnel, a débuté au club de football local.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Méry-Corbon Blason De gueules au lion léopardé d'or ; au chef cousu d’azur chargé d’un drakkar d’argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 571 - (ISBN 2600028838).
  3. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Calvados, page 186.
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  5. « La maire, Régine Michel, ne brigue pas un nouveau mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 août 2014)
  6. « Pascal Terrier est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 août 2014)
  7. « Méry-Corbon (14370) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 mai 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .
  12. « Église », notice no PA00111532, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Manoir de Montfreude », notice no PA00111533, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – AMC Val d'Auge » (consulté le 12 août 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :