Méricourt-sur-Somme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méricourt.

Méricourt-sur-Somme
Méricourt-sur-Somme
Mairie.
Blason de Méricourt-sur-Somme
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Commune Étinehem-Méricourt
Statut Commune déléguée
Maire délégué Franck Beauvarlet
2017-2020
Code postal 80340
Code commune 80532
Démographie
Population 213 hab. (2014 en augmentation de 14.52 % par rapport à 2009)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 23″ nord, 2° 40′ 30″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 92 m
Superficie 7,14 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Étinehem-Méricourt
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 15.svg
Méricourt-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Hauts-de-France
City locator 15.svg
Méricourt-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Méricourt-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Méricourt-sur-Somme

Méricourt-sur-Somme est une ancienne commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Depuis le , Méricourt-sur-Somme est devenue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle d'Étinehem-Méricourt avec Étinehem. Le chef-lieu de la commune nouvelle est fixé sur l'ancienne commune d'Étinehem.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Méricourt-sur-Somme
Étinehem
Chipilly Méricourt-sur-Somme Chuignolles
Morcourt Proyart

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est pour partie marécageux et tourbeux dans la vallée de la Somme et limoneux dans la plaine, le sous-sol étant sableux ou crayeux avec bancs de silex. Une couche de vingt centimètres à un mètre de terre arable recouvre le sous-sol[1].

Relief et paysage[modifier | modifier le code]

Le paysage de la commune est composé de deux ensembles. La vallée de la Somme et ses étangs, ensemble humide et verdoyant, et le plateau à rideaux, domaine de bois, de prairies et de cultures. Le relief est peu accidenté, la vallée peu profonde (de 30 à 80 cm de dénivelé)[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Somme et son canal. Une nappe phréatique est présente sous le village qui alimente plusieurs sources[2]. On rencontre dans la commune un certain nombre d'étangs dont la plupart issus de l'exploitation de la tourbe.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le Bois des Câteaux, le Bois Marie Mansart, là Haut, la Petite Vallée, la Tête du Chêne, le Blanc Bouillet, le Bois Philippemin, le Brogazaille, le Chemin de Lihons, le Grand Tournant, le Pré Violon, les Cailloux, les Vignes au Bois, le Marais du Moulin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de « Méricourt » viendrait d'un nom d'origine germanique, Mederic, et du suffixe -court, dérivé du latin curtis, domaine. On trouve plusieurs formes pour désigner Méricourt dans les textes anciens Merincurtis (1111), Merincourt (1228), Mélincourt (1265).

L'étymologie de ce nom de lieu n'est pas bien certaine. On pourrait la rechercher, dans l'ancien mot meirin, maire, ou mera, marais[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La présence romaine est attestée sur la commune par l'existence d'un camp construit au moment du retour de Bretagne de Jules César. Des armes romaines ont été retrouvées par des tourbiers au XIXe siècle[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le prieuré de Lihons-en-Santerre fonda à Méricourt un prieuré de l'Ordre de Cluny mentionné en 1111. Ce prieuré passa sous la dépendance de l'abbaye de Corbie, en 1265 et 1267.

En 1225, Baudouin, chevalier, était seigneur de Méricourt.

En 1384, Baudouin de Glisy représenta la commune de Méricourt lors de la rédaction de la coutume de Péronne.

Entre 1478 et 1537, un conflit opposa les habitants de Méricourt-sur-Somme et les habitants d'Étinehem au sujet de l'utilisation des marais[5].

Le 16 septembre 1478 le prévôt de Fouilloy condamna Jacques Robaille, de Méricourt, à 60 livres parisis d'amende pour avoir fauché le marais situé entre la chaussée de Mons-à-Moulin et Étinehem, appartenant aux religieux de l'abbaye de Corbie auxquels il dut rendre le foin[4].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le 21 juin 1537, à Péronne, jugement fut rendu par Foursy Morel, lieutenant du gouverneur et bailli des villes, prévôtés et châtellenies de Péronne, Montdidier et Roye concernant l’affaire suivante :

À la mi-mai 1537, des habitants d’Etinehem s'étaient rendus dans les marais situés entre Méricourt et Etinehem appartenant aux Seigneurs de Corbie, pour y faucher l’herbe pour leurs bestiaux comme de coutume.

Cependant, quatre-vingts à cent habitants de Méricourt décidèrent que le lendemain, au son de la cloche de l’église, ils devaient se trouver armés de bâtons, d’arbalètes, de hallebardes de javelines ou d’arquebuses. Le jour dit, dès qu’ils furent réunis, ils se mirent en marche à la façon des gens de guerre, avec à leur tête, Louis Ferné, lieutenant de Méricourt et Jean Hansart, archer des Ordonnances du Roy. La cloche sonnait comme s'il y avait une véritable alarme. Arrivés dans les marais, ils ne trouvèrent que deux habitants d’Etinehem Sagnier et Marlois occupés à couper de l’herbe. Devant la menace des gens de Méricourt, les deux hommes prirent la fuite. Mais ils furent rattrapés, battus et blessés, Sagnier à la tête et Marlois au bras gauche. Ils furent six semaines sans pouvoir travailler. (D’après le Registre de l’Office claustral de la Cellerie des Eaux de l’Abbaye de Corbie)

En 1567, Jean de Bayencourt représenta la commune à la rédaction de la coutume de Péronne.

En 1637, Charles du Gard, chevalier, seigneur de Méricourt, devint légataire des moulins de Bray-sur-Somme et de La Neuville-lès-Bray.

En 1667, François Le Fournier, seigneur de Wargemont, originaire de Normandie, devint seigneur de Méricourt.

Le 11 mai 1745, le marquis Le Fournier de Wargemont mourut à la bataille de Fontenoy.

En 1749, Louis-Pierre de Famechon des Essarts devint le dernier seigneur de Méricourt[4].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

La tradition orale rapporte que, pendant la Terreur, le curé de Méricourt, non assermenté, étant obligé de résider à Amiens, retourna à plusieurs reprises dans le village pour y célébrer la messe. Il y aurait été poursuivi par ses assassins et aurait trouvé la mort dans un fossé bourbeux[4].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914-1918, pendant la Grande Guerre, le village de Méricourt-sur-Somme fut détruit à plus des trois-quarts. Grâce à l'opiniâtreté d'André Objois, maire depuis 1911, secondé par M. Pruvot, secrétaire de mairie, le village fut reconstruit.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le village de Méricourt-sur-Somme était situé sur la ligne Weygand, constitué à la hâte après la percée allemande du 10 mai 1940. L'attaque allemande du 5 juin 1940 détruisit les deux tiers du village.

Trente Glorieuses[modifier | modifier le code]

Le village fut une nouvelle fois reconstruit, Roger Objois étant maire de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1880 ? Henri François Désiré Tourbier   Suppléant du juge de paix du canton de Bray-sur-Somme
1911 1945 André Objois DVD  
1945 1946 Lucien Sachy    
1946 1947 Lucien Peltier    
1947 mars 1983 Roger Objois DVD  
mars 1883   Jean-Marie Legrand    
mars 2001 décembre 2016 Franck Beauvarlet NC-UDI Réélu pour le mandat 2014-2020[6],[7]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune de Méricourt-sur-Somme dispose de grands marais aménagés pour la promenade au milieu de pâtures où paissent poneys et chevaux. Le chemin de halage est un autre lieu de promenade de même que l'étang créé par la société de pêche « l'Ablette d'or ».

Classement au concours des villes et villages fleuris : une fleur récompense les efforts locaux en faveur de l'environnement[8].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 213 habitants, en augmentation de 14,52 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400406445425455488527539575
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
531543534482479446407402358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
332296262174190200181190191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
194173147153140164164186213
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture, sport et loisirs[modifier | modifier le code]

La commune de Méricourt-sur-Somme est le siège de quatre associations :

  • Le Comité des fêtes et d'animation ;
  • L'Association Sports et Loisirs ;
  • Les Ancolies ;
  • La Société de chasse ;
  • À Méricourt, autrefois, on jouait à la longue paume.

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités économiques de la commune sont essentiellement agricoles et touristiques. Il existe également une entreprise de maçonnerie qui emploie plusieurs habitants du village.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Méricourt-sur-Somme.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Écartelé : au premier d'or aux trois canettes d'argent, becquées et membrées de gueules, au deuxième d'azur aux trois épis feuillés et liés d'or, au troisième d'azur au percaud contourné frétillant d'or soutenu de deux avirons d'argent passées en sautoir, la pal en bas, au quatrième d'or au cor d'argent.[5]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Camp romain[5]. Il fait face au camp romain de Chipilly. Il a abrité une légion de Jules César. Situé au sommet d'un contrefort de la vallée au nord, il domine aussi la vallée sèche qui descend vers Méricourt. Il est aujourd'hui entièrement situé dans le bois des Cateaux.
  • L'église Saint-Martin[13] détruite pendant la Grande Guerre, reconstruite dans les années 1920. Elle est bâtie sur un plan basilical en croix latine. Le clocher, avec un toit à quatre pans recouvert d'ardoise, est surmonté d'une croix et d'un coq.
  • La chapelle du prieuré, en pierre blanche, très ancienne, restaurée à plusieurs reprises notamment en 1922. À l'intérieur, sont disposés des vases, des statues et des fleurs. Au-dessus de la grille d'entrée, sont gravées les lettres A et M entrelacées, signifiant probablement Ave Maria[14].
  • Chapelle du cimetière, en brique et pierre, édifiée pour le dernier seigneur de Méricourt-sur-Somme décédé en 1819. Son épitaphe est toujours lisible au-dessus de la porte d'entrée[14].
  • Le château : une construction médiévale subsiste jusqu'au XVIIe siècle où Richelieu ordonne le démantèlement des forteresses inutiles. Un château est reconstruit vers 1630 mais est endommagé en 1636, pendant la guerre de Trente Ans, par les invasions espagnoles. En 1655, le château est une nouvelle fois reconstruit par Aimar Le Fournier de Wargemont, seigneur de Méricourt en 1667. Le château de Méricourt est une construction majestueuse qui a conservé une porte d'entrée médiévale appelée le donjon.  Inscrit MH (2003).

Jeanne de Soyecourt, dame de Méricourt-sur-Somme, fille de Gilles de Soyecourt, seigneur de Moy, épouse Mathieu de Hangest, seigneur de Genlis, de Magny et de Fresnoy, fils de Jean Ier de Hangest, seigneur de Genlis et de Magny, et de Marie, dame de Vignemont.

  • Le calvaire des moines en fer forgé, scellé sur un socle de pierre, situé au centre du village.
  • Les Grands Marais de Méricourt-sur-Somme sont situés au cœur d’un des huit méandres de la Somme. Labellisé Tourisme et handicap pour les déficiences motrices et auditives, le site propose un chemin de promenade d'un peu plus d'un kilomètre, des tables de pique-nique, un belvédère et deux pontons de pêche. L'absence de ruptures de niveau et de pentes permet aux personnes malvoyantes et à motricité réduite de se promener en étant accompagnées.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'Arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines tome 1, Amiens, 1865, Société des antiquaires de Picardie.
  • André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, 2003, F. Paillart Éditeur.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice géographique et historique sur la commune de Méricourt-sur-Somme, rédigée par Monsieur Gros, instituteur, 1898, Archives départementales de la Somme.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Somme canalisée (E6--009-) » (consulté le 28 octobre 2012)
  3. Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne, page 543.
  4. a b c et d Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, Amiens, 1865, Société des Antiquaire de Picardie
  5. a b c et d Evelyne Doye-Pruvot, « Monographie de Méricourt-sur-Somme », (consulté le 28 octobre 2012)
  6. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 21 février 2009)
  7. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  8. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le 7 novembre 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. clochers.org, « L'église Saint-Martin - 80532 - Méricourt-sur-Somme » (consulté le 28 octobre 2012)
  14. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 235-236 (ASIN B000WR15W8).