Mérens-les-Vals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mérens.

Mérens-les-Vals
Mérens-les-Vals
L'église Saint-Pierre de Mérens.
Blason de Mérens-les-Vals
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Haute-Ariège
Intercommunalité Haute-Ariège
Maire
Mandat
Jean-Pierre Sicre
2014-2020
Code postal 09110
Code commune 09189
Démographie
Gentilé Mérengois
Population
municipale
167 hab. (2016 en diminution de 9,73 % par rapport à 2011)
Densité 2,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 39′ 32″ nord, 1° 50′ 13″ est
Altitude Min. 929 m
Max. 2 840 m
Superficie 80,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Mérens-les-Vals

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Mérens-les-Vals

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mérens-les-Vals

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mérens-les-Vals
Liens
Site web Site officiel

Mérens-les-Vals est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie. Elle a donné son nom à une race de chevaux.

Ses habitants sont appelés les Mérengois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans les Pyrénées, Mérens-les-Vals, comme son nom l'indique, compte plusieurs vallées. En effet, le village s'est implanté au confluent de trois vallées : l'Ariège, le Nabre et le Morgouilliou.

La ville possède une gare, desservie par le train de nuit quotidien reliant Paris-Austerlitz à Latour-de-Carol. Le trajet dure environ 9 heures. Cette gare est reliée à Toulouse en 2 h 15 par six trains quotidiens (ligne Portet-Saint-Simon - Puigcerda).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ariège, le ruisseau de l'étang Tort, le ruisseau de la Gadine, le ruisseau du Mourgouillou, le ruisseau du Nabre... sont parmi les nombreux cours d'eau parcourant la commune où se trouvent aussi étangs et cascades.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mérens-les-Vals[1],[2]
Savignac-les-Ormeaux,
Aston
Ax-les-Thermes Orgeix
Canillo
(Andorre)
Mérens-les-Vals Orlu
L'Hospitalet-près-l'Andorre Porté-Puymorens
(Pyrénées-Orientales)
Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes
(Pyrénées-Orientales)
Carte de la commune de Mérens-les-Vals et des proches communes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Raimond de Lautrec, évêque de Toulouse, y fonda un monastère de filles de l’ordre cistercien en 1159, sous la dépendance de l’abbaye de Boulbonne.

L'église romane de la localité a été brûlée par les Miquelets, lors de la guerre d'indépendance de l'Espagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 En cours Jean-Pierre Sicre DVG Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Au vu de son nombre d'inscrits inférieur à 500, Mérens-les-Vals compte un conseil municipal de 11 membres.

Avec la commune voisine de L'Hospitalet-près-l'Andorre, Mérens-les-Vals a créé le 25 janvier 2011 l'association "Que la montagne est rebelle" afin de défendre le maintien des services publics dans les zones de montagne, notamment l'école primaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4]. En 2016, la commune comptait 167 habitants[Note 1], en diminution de 9,73 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
811589896845870817740757740
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
703733718690706704678634569
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
535547551581440453417337299
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
276195157143149180185185165
2016 - - - - - - - -
167--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de Mérens-les-Vals atteindra son maximum vers 1806, avec 896 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Mérens est une commune touristique de la Haute Ariège qui bénéficie de sa position sur la RN20 et la voie ferrée.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Mérens-les-Vals est un village étape du GR 10. De ce fait, la commune est au départ de nombreuses randonnées comme l'étang de Comte très familiale, ou l'étang des Bésines. Gardé à la bonne saison, le refuge des Bésines est situé à environ 300 m à l'est de l'étang.

La commune de Mérens-les-Vals possède aussi un camping de 72 emplacements situés à 1100 m d’altitude sur le GR10 et le Chemin des Bonshommes (GR 107).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

La fête du village est organisée chaque année autour du 20 juillet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mérens-les-Vals Blason Écartelé : aux 1er et 4e d'or à trois pals de gueules, au 2e d'or au cheval passant et contourné de sable, au 3e d'or à l'église du lieu au naturel, ajourée du champ et posée sur une terrasse isolée de sinople.[7].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]