Menie Grégoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ménie Grégoire)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurentin et Grégoire.
Menie Grégoire
Surnom Dame de cœur
Nom de naissance Marie Laurentin
Naissance
Cholet (Maine-et-Loire), France
Décès (à 95 ans)
Tours (Indre-et-Loire), France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Autres activités Animatrice de radio et de télévision, écrivain
Médias
Média principal Radio
Pays France
Presse écrite Marie Claire (1980-1986) et France-Soir (1986-1999)
Télévision FR3 (1984)
Radio RTL (1967-1982)

Menie Grégoire, née Marie Laurentin le à Cholet (Maine-et-Loire) et morte le à Tours (Indre-et-Loire), est une journaliste et écrivaine française, connue notamment pour avoir animé une émission de radio d'écoute et de parole intitulée Allô, Ménie sur RTL de 1967 à 1982.

Biographie[modifier | modifier le code]

Menie Grégoire, née Marie Laurentin, est la fille de Maurice Laurentin, architecte et de Marie Jactel[1]. Son frère, l'abbé René Laurentin, est un prêtre et théologien de renom. Elle a confié les raisons pour lesquelles, dès l'âge de trois ans, elle ne veut plus porter le prénom Marie : « J'ai refusé ce nom qui contenait probablement pour moi une façon d'être, un lourd bagage chrétien, classique et bourgeois. J'ai voulu m'appeler Menie »[2],[3],[Note 1].

Le , Marie Laurentin épouse Roger Grégoire, conseiller d'État[4], ayant terminé sa carrière comme président de section au Conseil d'État, avec lequel elle participe à Tournez manège ! en 1986[5].

Ils ont trois filles : Ève, Isabelle et Nathalie[5].

Elle meurt le à Tours[6],[7].

Carrière à la radio et à la télévision[modifier | modifier le code]

Ses émissions Allô, Ménie[6] et Responsabilité sexuelle sur RTL ont contribué à vulgariser la psychanalyse et à « démythifier » la sexualité[8].

Durant les émissions qu'elle anime, des auditeurs, de façon anonyme, lui téléphonent pour avoir des réponses à leurs questions sur la famille, le couple puis, au fil des années, sur leur sexualité. Au bout de quelques années, l'émission, entièrement consacrée à la sexualité, est réalisée conjointement avec un homme et une femme.

« À l'époque où je faisais mon émission, l'homme était souvent un peu… une brute et la femme, pas du tout informée ». Elle est ainsi souvent considérée comme la première psychologue radiophonique[9].

L'émission du , intitulée L'homosexualité, ce douloureux problème, est restée célèbre[10],[11] pour avoir été interrompue par des militants homosexuels du Front homosexuel d'action révolutionnaire présents à la salle Pleyel d'où était diffusée l'émission en direct. RTL a dû reprendre l'antenne à la suite du désordre provoqué, les manifestants ayant jugé homophobe[12] le ton de l'émission où intervenaient des « autorités morales », comme des prêtres et des psychanalystes[13],[14].

En 1976, elle participe à plusieurs plateaux de l'émission présentée par Paul Giannoli sur France 3 (FR3), L'homme en question[15].

Pendant l'hiver 1984, son émission radiophonique est adaptée pour la télévision. Avec le temps est diffusée sur FR3[16].

Surnommée la Dame de cœur, elle a été éditorialiste du mensuel Marie-Claire, à RTL de 1980 à 1986 et France-Soir de 1986 à 1999, animatrice sur FR3 en 1984 et collaboratrice à Radio Bleue[17].

Publications[modifier | modifier le code]

Femme de lettres, elle participe en 1976 à une émission d'Apostrophes consacrée à l'émancipation des femmes et a publié de nombreux ouvrages :

  • Le métier de femme, Plon, 1965.
  • La belle Arsène (roman), Plon, 1966.
  • Menie Grégoire. Passeport de couple, Club français des bibliophiles, 1968.
  • Les Cris de la vie, Tchou, 1971.
  • Menie Grégoire raconte, Hachette, 1972 :
    • Persillon Persillette  ;
    • Les Quatre Rois ;
    • Le Petit Chaudronnier (illustrations de Paul Durand) ;
    • Compère le Jo.
  • Telle que je suis (autobiographie), Laffont, 1976[9].
  • Les Contes de Menie Grégoire, Nathan, 1978.
  • Des Passions et des rêves, Laffont, 1981.
  • Tournelune (roman), Flammarion, 1983.
  • Sagesse et folies des Français, Lattès, 1985.
  • Nous aurons le temps de vivre, Plon, 1987.
  • La France et ses immigrés, Carrère, 1988.
  • La Dame du Puy du Fou (roman), éditions de Fallois, 1990.
  • Le Petit Roi du Poitou (roman), 1991.
  • La Magicienne (roman), 1993.
  • Le Bien-Aimé, 1996.
  • François Furet, 1998.
  • Les Dames de la Loire, Plon, 1999.
  • La Fortune de Marie, Plon, 2002.
  • Une affaire de famille, Plon, 2003.
  • Comme une lame de fond : cent mille lettres[Note 2] qui disent le mal-être des corps et des cœurs, 1967-1981, Calmann-Lévy, 2007.
  • La marquise aux pieds nus, éditions de Fallois, 2010.
  • Madame Roland, éditions de Fallois, 2014.

Entretiens[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Bergès, Ménie Grégoire, ses derniers souvenirs, Les Éditions du Panthéon, 2015 (ISBN 9782754727457)

Participations[modifier | modifier le code]

  • Menie Grégoire, entourée de vingt-sept autres personnalités[Note 3], exprime ses impressions sur le temps qui passe dans le livre de Catherine Cuzin Aventuriers du temps. Avancer en âge, publié en 2012[18].
  • Brigitte Lucas (dir.), Sacrées grands-mères ! : Ménie Grégoire, Dominique et les autres nous parlent de vous, Tours, Éditions Sutton, coll. « Témoignages et récits », , 125 p. (ISBN 978-2-84910-400-2)

Archives professionnelles[modifier | modifier le code]

Les archives professionnelles de Menie Grégoire sont déposées aux archives départementales d'Indre-et-Loire sous la cote 66 J. Le répertoire numérique du fonds est disponible en ligne sur le site du conseil général du département[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. malgré la précision souvent apportée par Menie elle-même, plusieurs auteurs et titres d'émissions ont, par errreur ou ignorance, remplacé Menie par Ménie.
  2. sélectionnées parmi les 100 000 reçues à RTL.
  3. Gabrielle Althen, Émile Aron, André Auberger, Ben, Michel Bernard, Michel Butor, Christian Cabrol, Gisèle Casadesus, Marie-Lise Chanin, Pierre Chanoine Martiel, André de Peretti, Gérard Eppelé, Claire Gallois, Isabel Garcisanz, Just Jaeckin, Colette Kreder, Maria Laborit, Dominique Lapierre, Gérard l'Hermenault, Massin, Pierre Mézin, Hubert Montagner, Claude Parent, Édith Scob, Théo Tobiasse, André Trigano, Paul Valadier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « "Menie" (Marie) Laurentin », sur geneanet.org (consulté le 20 mai 2018)
  2. a et b « les Archives de Menie Grégoire : La mémoire du combat des femmes conservée en Indre-et-Loire », sur archives.cg37.fr, (consulté le 19 mai 2018)
  3. Catherine Réault-Crosnier, « Menie Grégoire : une femme de lettres », sur crcrosnier.fr, (consulté le 19 mai 2018)
  4. Élizabeth Sleeman 2001, p. 217.
  5. a et b Télé 7 Jours no 1362, semaine du 5 au 11 juillet 1986, page 54.
  6. a et b « L'ancienne animatrice de radio Ménie Grégoire est morte », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 19 mai 2018)
  7. « La célèbre animatrice radio Ménie Grégoire est décédée à 95 ans », sur lalsace.fr, L'Alsace, (consulté le 19 mai 2018)
  8. Claire Blandin 2011, p. 8-10.
  9. a et b Florence Vierron, « Ménie Grégoire, une voix », Le Figaro, lundi 18 août 2014, page 12.
  10. Brigitte Rollet 2007, p. 121
  11. Pierre Haski, « Mort de Ménie Grégoire : quand la France parlait de sexe à son micro », sur nouvelobs.com, l'Obs, (consulté le 19 mai 2018)
  12. (en) John Mowitt Radio: Essays in Bad Reception, University of California Press, 2011. p. 142.
  13. « Ménie Grégoire : la voix des femmes de RTL est morte », sur sudouest.fr, Sud-Ouest, (consulté le 19 mai 2018)
  14. « L'homosexualité, ce douloureux problème », sur france.qrd.org (consulté le 19 mai 2018)
  15. « Ménie Grégoire, voix mythique de RTL, est décédée à l'âge de 95 ans », sur rtl.fr, (consulté le 19 mai 2018)
  16. « Avec le temps... », sur toutelatele.com (consulté le 19 mai 2018)
  17. « Ménie Grégoire, ancienne vedette de RTL, est décédée », sur ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 23 mai 2018)
  18. Catherine Cuzin 2012.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Bergès, Menie Grégoire : ses derniers souvenirs, Paris, les Éditions du Panthéon, , 103 p. (ISBN 978-2-7547-2745-7, notice BnF no FRBNF44344739)
  • Claire Blandin, « Médias : paroles d’experts / paroles de femmes », Politique, culture, société, no 14,‎ mai-août 2011 (lire en ligne [PDF]).
  • Catherine Cuzin, Aventuriers du temps : Avancer en âge, Lille, Thebookedition.com, coll. « Plumes au bout des doigts », , 335 p. (ISBN 978-2-9543673-0-9, notice BnF no FRBNF43520506).
  • Marie-Véronique Gauthier, Le cœur et le corps : du masculin dans les années 60 : des hommes écrivent à Ménie Grégoire, Paris, Imago, , 226 p. (ISBN 2-911416-24-4, notice BnF no FRBNF37202571).
  • Élizabeth Sleeman, The International Who's Who of Women 2002, Psychology Press, (ISBN 9781857431223).
  • Anne-Marie Sohn, « Les individus-femmes entre négation du moi et narcissisme. Les auditrices de Menie Grégoire (1967-1968) », in Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy et Michèle Zancarini-Fournel (dir.), Les années 68 : le temps de la contestation, Éd. Complexe, Bruxelles, IHTP, CNRS, Paris, 2000, p. 179-197 (ISBN 2-87027-822-5) (notice BnF no FRBNF37208136).
  • Anne-Claire Rebreyend, Pour une histoire de l'intime : sexualités et sentiments amoureux en France de 1920 à 1975, Université Paris Diderot-Paris 7, 2006, 2 vol., 807 p. (thèse de doctorat, Sociétés occidentales. Temps, espace et civilisations).
  • Brigitte Rollet, Télévision et homosexualité : 10 ans de fictions française 1995-2005, Paris, Éditions L'Harmattan, coll. « Champs visuels », , 308 p. (ISBN 978-2-296-04400-5, notice BnF no FRBNF41154926).

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Menie Grégoire, une voix sur les ondes. Réalisé par Marie-Christine Gambart. Écrit par Sophie Garnier et Marie-Christine Gambart. Crescendo films, coproduit avec France 5 - collection Empreintes. 2008, 52 min.

Liens externes[modifier | modifier le code]