Ménetreuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ménetreuil
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Cuiseaux
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Bresse
Maire
Mandat
Jean-Pierre GALLIEN
2017-2020
Code postal 71470
Code commune 71293
Démographie
Population
municipale
402 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 01″ nord, 5° 06′ 46″ est
Altitude Min. 174 m – Max. 203 m
Superficie 15,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ménetreuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ménetreuil
Liens
Site web http://www.menetreuil.com/

Ménetreuil est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Ménetreuil et de ses alentours.

Ménetreuil fait partie de la Bresse louhannaise.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Sâne Morte conflue avec la Sâne Vive sur la commune.
On y trouve quelques étangs, dont l'étang Guichard.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

le Champ Comtois, les Chazeaux, le Devu, la Francillière, les Grandes Renaules, la Grande Vallée, Grange Meunier, Hautefois, la Maraude, Montjay, Montagny, Moulin de Montjay, le Perret, les Perrières, les Petites Renaules, la Planche, Varamagnien, la Vavre.

Communes Limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rancy Bantanges Rose des vents
Jouvençon N La Chapelle-Naude
O    Ménetreuil    E
S
La Chapelle-Thècle Montpont-en-Bresse

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Ménetreuil et sa région appartenait aux Séquanes dans l'antiquité, avant la conquête romaine.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

À partir du IXe siècle, la paroisse de Ménetreuil se développe, comme partout ailleurs dans le Louhannais. La date exacte de la fondation de l'église de Ménetreuil n'est pas vraiment connue. Une charte du XIIe siècle mentionne Ménetreuil : « Ecclesia de Monistrolio » (1155, manuscrit Desroches). La paroisse était dans le diocèse de Lyon. Ménetreuil dépendait de la Châtellenie de Cuisery.

La commune comportait trois seigneuries :

  • Rambeau : la plus ancienne, avait appartenu à Jean de Charnez au XIVe siècle et tirait son nom de la femme de ce seigneur, Jeanne Ramboz, qui fonda en 1377 une chapelle en l'église de Ménetreuil ;
  • Le Devu : elle avait appartenu aux sires de Brancion et s'était fondue, depuis longtemps, ainsi que celle de Rambeau, dans la baronnie de Montpont ;
  • Montjay : elle passa aux Fyot, eut son château « motte de Montjay et île sur la Sâne qui l'environne, pont-levis et pont dormant » (1578, Inventaire des fiefs). Un château du XVIIIe siècle, rebâti en 1730, ne fut démoli que de nos jours.

Ménetreuil, comme toutes les paroisses de la Bresse du sud usait du droit écrit.

Les terres faisaient partie de la baronnie de Montpont, avec sa tête, les seigneurs de ce nom. Il y eut ensuite la famille de Vienne ; à la fin du XVe siècle, la famille d'Hochberg, puis les d'Orléans, les Longueville. Au XVIe siècle, arrivèrent les Saulx-Tavannes.

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1702, le fief fut repris par les Fyot de La Marche.

La paroisse de Ménetreuil était alors comprise dans l'archiprêtré de Bâgé, du diocèse de Lyon.

La justice de Ménetreuil dépendait du bailliage de Chalon, et plus particulièrement de Claude Vitte, avocat à la cour et lieutenant au bailliage de Chalon.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Toponymie et étymologie[modifier | modifier le code]

Ménetreuil vient de « Monasteriolum », petit monastère[1].

Les différentes appellations de Ménetreuil au cours du temps sont :

  • 1155 : « Ecclesia de Monistrolio » (Manuscrit Desroches)
  • 1183 : « Monestrul »
  • XIIe siècle : « Ecclesia de Monisteriolo », « Monestrel »
  • XIIIe siècle : « Monestruel » (cartulaire de Savigny)
  • XVe siècle : « Montestruel »
  • XVIe siècle : « Menestreul »
  • 1578 : « Menestreux » (Inventaire des fiefs)
  • 1648 : « Monestreuil »
  • 1697 : « Menestreuil »
  • 1734 : « Menetreux »
  • 1816-1938 : « Ménetreuil »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 Mars 2008 Fernand Vivant  ?  
mars 2008 en cours Pascale Billet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 402 habitants, en augmentation de 7,2 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
819 902 873 894 925 893 950 990 1 020
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 002 947 918 960 999 998 1 009 1 048 1 025
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
979 953 967 892 844 798 743 696 647
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
554 513 451 396 357 338 350 405 402
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les prés humides de Ménetreuil.
  • Le moulin de Montjay.
  • Église.
  • L'étang Guichard.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(fr) Maryse Giovacchini, Le Patois de Ménetreuil, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, , 146 p. (ISBN 9782904911057)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :