Mémorial du Chemin des Dames

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mémorial du Chemin des Dames
Mémorial du Chemin des dames 04171.JPG
La chapelle mémorial du Chemin des Dames et la lanterne des morts.
Présentation
Type
chapelle
Construction
1951
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Aisne
voir sur la carte de l’Aisne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le mémorial du Chemin des Dames est un lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale, situé sur le territoire de la commune de Cerny-en-Laonnois dans le département français de l'Aisne. Il perpétue la mémoire des soldats français tombés au cours de la Bataille du Chemin des Dames de 1917.

Localisation[modifier | modifier le code]

Au bord de la route départementale 18 CD (le Chemin des Dames), en entrant dans le village de Cerny-en-Laonnois, en direction Corbeny, face au cimetière français de Cerny-en-Laonnois, située de l'autre côté de la route, une petite chapelle constitue le mémorial du Chemin des Dames.

Historique[modifier | modifier le code]

La chapelle mémorial du Chemin des Dames est construite en 1951, à Cerny-en-Laonnois, grâce à la convergence d’initiatives locales. Le 17 avril 1951, le général de Gaulle, alors simple citoyen, se rend au cimetière de Cerny-en-Laonnois[1],[2]

La chapelle commémorative a été construite à l'initiative d'un comité dont les membres d'honneur étaient d'anciens officiers, des dignitaires religieux de l'Église catholique, de la Fédération protestante de France, et le Grand Rabbin de France. Des plaques régimentaires et individuelles sont apposées sur les murs intérieurs. Ce monument est dédié aux victimes françaises de la Bataille du Chemin des Dames, de la Bataille de l'Aisne (1914) et la bataille de l'Aisne (1918). Elle est inaugurée le [1],[2].

En 1954, des cérémonies pour le 40e anniversaire du déclenchement de la guerre, ont lieu à Cerny-en-Laonnois sous le patronage du président de la République, René Coty. En 1962, la cérémonie du 45e anniversaire de l’offensive de 1917 au Chemin des Dames se déroule à Cerny-en-Laonnois, en présence du ministre des Anciens combattants, Raymond Triboulet. Le 16 avril 1967, les cérémonies du cinquantième anniversaire du déclenchement de l’offensive Nivelle, ont lieu à Cerny-en-Laonnois, en présence de Pierre Messmer, ministre des Armées.

Le 10 juillet 2014, François Hollande effectua une visite présidentielle aux deux cimetières militaires français et allemand et salua les visiteurs qui se tenaient face à la chapelle[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La chapelle.

La chapelle-mémorial est un édifice de dimensions modestes, de style néo-roman, construit en pierre calcaire. La sobre façade est composée de trois arcades surmontées d'une statue de la Vierge à l'Enfant. L'édifice est coiffé d'un clocher-mur. Il se termine par un chœur en abside.

À l'intérieur de la chapelle, ont été posées de nombreuses plaques rappelant la mort d'un soldat. On trouve une plaque à la mémoire du général des Vallières, tué le à Juvigny, lors de l'offensive allemande sur le Chemin des Dames, une posée par Léopold Sédar Senghor à ses frères et aux tirailleurs sénégalais et de Pierre Teilhard de Chardin à ses frères. On y trouve également deux statues en marbre, de Sainte-Anne et de la Vierge, sculptées par l'ancien combattant et artiste breton Étienne Le Grand[3].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Colonne du Loyal North Lancashire regiment.

La lanterne des morts[modifier | modifier le code]

Située en face de la chapelle, une lanterne des morts a été construite. Le feu symbolisant, dans la nuit, les champs de bataille de la Grande Guerre. Elle a été érigée de façon à être visible[Comment ?] de jour et de nuit, à la fois, des cathédrales de Laon, Soissons et Reims, sur le modèle de celles du mémorial de Verdun et de la Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette[4].

Le monument à la 38e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Devant la lanterne des morts, une stèle est dédiée à la 38e division d'infanterie[5]. Cette division a combattu en septembre 1914 lors de première bataille de l'Aisne au Chemin des Dames : en à Cerny, aux Bovettes et encore à la ferme d'Hurtebise ; en à Chavignon, aux carrières de Bohery et au Fort de la Malmaison, dans le département de l'Aisne.

Un autre monument dédié à la 38e division d'infanterie se trouve à proximité du fort de la Malmaison[6].

Colonne[modifier | modifier le code]

Une colonne en mémoire du sacrifice des militaires du régiment anglais du Royal North Lancashire.

Cimetières militaires[modifier | modifier le code]

Tombes du cimetière allemand au premier plan.

À proximité, de l’autre côté de la route, se trouvent deux cimetières :

  • la nécropole nationale de Cerny-en-Laonnois[7],[8] : aménagé dès 1919, le cimetière rassemble 5 150 corps, dont 2 764 dans des tombes individuelles et 2 386 en ossuaire. Il s'agit des corps de combattants français tombés autour de Cerny et exhumés des cimetières provisoires des environs. La nécropole, située en face de la chapelle, contient également 54 tombes russes[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La lettre du Chemin des Dames : De Gaulle et Adenauer à Cerny : enquête sur un événement qui n’a pas eu lieu (revue), Département de l’Aisne (no 25), (lire en ligne), p. 3-7.
  2. a b et c Franck Viltart, « François Hollande au Chemin des Dames (10 juillet 2014), entre Grande Guerre et Grand Boucle », sur le site Observatoire du Centenaire de l'université de Paris (consulté le 23 février 2015).
  3. Jean-François Douguet, Étienne Le Grand. Un regard breton dans la grande guerre, Ergué-Gaberic, Arkae, , 97 p. (ISBN 978-2-917877-01-2), p. 97
  4. Picardie, Baie de Somme, Michelin, coll. « Guide Vert », , 354 p. (ISBN 978-2-06-718631-6), p. 201.
  5. « Le monument à la mémoire des combattants de la 38e division d'infanterie », sur le site du mémorial virtuel du Chemin des Dames (consulté le 22 février 2015).
  6. « Stèle à la 38ème Division d'Infanterie, au fort de la Malmaison », sur le site du mémorial virtuel du Chemin des Dames (consulté le 22 février 2015).
  7. « Arrêté du 24 juillet 1990 fixant la liste des nécropoles nationales et la liste des cimetières militaires étrangers entretenus par le secrétariat d'Etat chargé des anciens combattants et des victimes de guerre », sur le site internet legifrance.gouv.fr, du 3 novembre 1990 (consulté le 23 février 2015)
  8. « Fac-similé JO du 03/11/1990 » [PDF], sur le site internet legifrance.gouv.fr (consulté le 23 février 2015), p. 13402.
  9. « Le cimetière militaire français de Cerny-en-Laonnois », sur le site du mémorial virtuel du Chemin des Dames (consulté le 22 février 2015).
  10. « Cerny-en-Laonnois », sur le portail du Chemin des Dames (consulté le 22 février 2015).
  11. « Cimetière allemand de Cerny-en-Laonnois », sur le site du mémorial virtuel du Chemin des Dames (consulté le 22 février 2015).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]