Mémorial de l'abolition de l'esclavage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mémorial de l'abolition de l'esclavage
Mémorial de l'abolition de l'esclavage.jpg

Entrée du Mémorial.

Informations générale
Surface
7000 m2
Site web
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Loire-Atlantique
voir sur la carte de Loire-Atlantique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nantes
voir sur la carte de Nantes
Red pog.svg

Le Mémorial de l'abolition de l'esclavage est un mémorial français situé à Nantes, en Loire-Atlantique. Consacré à la traite négrière à Nantes et dans le monde, à l'esclavage et à son abolition, ce lieu de visite situé dans ce qui fut l'un des principaux ports négriers de France a été inauguré en .

Localisation[modifier | modifier le code]

Le mémorial a été construit sur le quai de la Fosse, entre le bâtiment de l'ancienne capitainerie de port et du pont Anne-de-Bretagne. De plus, il se trouve à environ 200 mètres à l'ouest de la passerelle Victor-Schœlcher (baptisée en l'honneur de celui qui œuvra en faveur de l'abolition de l'esclavage en France).

Description[modifier | modifier le code]

Le mémorial a été aménagé sous une promenade végétalisée de 7 000 m2, la surface d'exposition se trouvant presqu'au niveau de la Loire, permet d'évoquer les entreponts des navires négriers.

À l'intérieur, 2 000 plaques de verre gravées contant l'histoire de l'esclavage et notamment celle de la traite négrière nantaise au XVIIIe siècle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire du Mémorial commence en 1985, année du tricentenaire du code Noir. Plusieurs associations sont désireuses de commémorer cet événement mais la municipalité nantaise refuse. Une réflexion s’engage dans le monde universitaire et se concrétise par une grande exposition sur les « Anneaux de la mémoire » qui a lieu au château des ducs de Bretagne entre décembre 1992 et mai 1994. En 1998, à l'occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, une association prend l'initiative de poser sur le port de Nantes une statue de fer et de plâtre intitulée L’abolition de l’esclavage. Le 1er mai 1998, la statue est vandalisée[2]. En juin de cette même année, le Conseil municipal nantais décide d’édifier une œuvre d’art de grande ampleur pour témoigner de l’histoire de Nantes avec la traite négrière. Un comité de pilotage est constitué en 2000, le projet définitif est présenté en 2005 et les travaux débutent en 2010. Le mémorial est conçu par l'artiste polonais Krzysztof Wodiczko et l'architecte americano-argentin Julian Bonder. Les travaux entrainèrent la suppression du « square René-Siegfried » situé entre la capitainerie et la passerelle Victor-Schœlcher, nom qui avait été attribué par délibération du 27 septembre 1965 en hommage à René Siegfried (1906-1959), qui fut directeur des ports de Nantes et de Saint-Nazaire dans les années 1950[3],[Note 1].

L'inauguration a eu lieu le en compagnie, entre autres, de Jean-Marc Ayrault, alors maire de Nantes et initiateur du projet ; mais aussi de l'ancien président du Bénin, Nicéphore Soglo ; de la députée de la Guyane, Christiane Taubira ; ou encore de l'ancien footballeur Lilian Thuram[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Le mémorial est accessible par la Ligne 1 du tramway aux stations Chantiers Navals ou Médiathèque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le dénomination « Rue René-Siegfried » sera attribué à une nouvelle voie sur l'île de Nantes, le 8 février 2013.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]