Mémorial de Thiepval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mémorial de Thiepval
Mémorial de Thiepval
Mémorial de Thiepval
Présentation
Inscription Les noms de 72 205 soldats disparus sont gravés sur les piliers de l'arc
Date de construction 1928-1932
Architecte Edwin Lutyens
Période ou style Art déco
Type Arc de triomphe
Hauteur 45 mètres
Protection  Inscrit MH (2016)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie Picardie
Subdivision administrative Somme
Localité Authuille
Coordonnées 50° 03′ 02″ nord, 2° 41′ 09″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mémorial de Thiepval

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Mémorial de Thiepval

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Mémorial de Thiepval

Le mémorial franco-britannique est un monument commémoratif de la Première Guerre mondiale, situé sur le territoire de la commune d'Authuille, à proximité du village de Thiepval, dans le département de la Somme. Il est dédié aux armées franco-britanniques et aux soldats britanniques disparus pendant la bataille de la Somme au cours du second semestre de 1916. Un cimetière militaire où sont inhumés des soldats français et britanniques se trouve à ses pieds. Un centre d'accueil et d'interprétation a été construit à l'entrée du site.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la Grande Guerre, la crête qui domine le village et l'ancien champ de bataille de Thiepval est choisie par le gouvernement britannique comme lieu pour la construction d'un mémorial ; il confie sa réalisation à la Commonwealth War Graves Commission. Le mémorial est édifié de 1929 à 1932.

À l’hiver 1931-1932, un cimetière franco-britannique est érigé au pied du mémorial, abritant le corps de 600 combattants : 300 soldats français et 300 soldats du Commonwealth.

Le site est inauguré le en présence du prince de Galles, le futur Édouard VIII, et du président de la République française Albert Lebrun. Aujourd’hui, 72 244 patronymes y sont inscrits.

Un centre d’accueil et d’interprétation est construit en 2004 ; le « musée 14-18, Batailles de la Somme » est aménagé en 2016.

Le mémorial de Thiepval bénéficie d'une protection au titre des monuments historiques : l’inscription au registre a été effectuée par arrêté du [1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le mémorial dédié aux combattants disparus de la Somme, britanniques et sud-africains et aux armées française et britannique.

Construit en briques et pierres sur les plans d'Edwin Lutyens, il a la forme d'un arc de triomphe et mesure 45 mètres de haut. Le mémorial est constitué d'un ensemble d'arches que supportent seize piliers carrés massifs à quatre faces en pierre blanche de Portland, sur lesquelles sont gravés les noms de 72 205 soldats britanniques et sud-africains disparus sur les champs de bataille de la Somme de à . Au-dessus des noms sont sculptées des couronnes de lauriers et gravés les noms des lieux de la bataille de la Somme. L'arche centrale haute de 25 mètres permet de traverser le monument et d'atteindre le cimetière militaire situé à l'arrière. Sur le fronton est gravée l'inscription : « Aux armées française et britannique, l'Empire britannique reconnaissant ».

Plus de 10 millions de briques ont été nécessaires à sa construction. Les hommes de toutes origines sociales, commémorés sur le mémorial, ont entre 15 ans et 60 ans avec une moyenne d’âge de 25 ans. Le mémorial et le cimetière sont entretenus par la Commonwelath War Graves Commission.

Le mémorial de Thiepval est le plus imposant des mémoriaux britanniques du monde. Plus de 160 000 visiteurs viennent se recueillir sur le site chaque année[2].

Noms gravés du mémorial de Thiepval

Monument à la 18e division d'infanterie britannique[modifier | modifier le code]

Avant d'arriver au mémorial, un monument sous forme d'obélisque est dédié à la 18e division d'infanterie britannique qui s'illustra pendant la bataille de la crête de Thiepval.

Cimetière militaire franco-britannique (Thiepval anglo-french cemetery)[modifier | modifier le code]

Mémorial de Thiepval
Cimetière militaire franco-britannique de Thiepval
Thiepval cimetière derrière mémorial 2.jpg
Pays
Province
Région
Département
Commune
Tombes

600 dont 492 inconnus

  • 300 Drapeau de la France
  • 285 Drapeau du Royaume-Uni
  • 10 Drapeau de l'Australie
  • 4 Drapeau du Canada
  • 1 Drapeau de la Nouvelle-Zélande
Statut patrimonial
Find a Grave
Coordonnées

Situé au pied du mémorial, en contrebas et orienté vers la vallée de l'Ancre, le cimetière militaire se trouve à l'emplacement même des lignes de front du , le premier jour de l'offensive franco-britannique de la bataille de la Somme. Il est composé de deux parties :

  • la première à gauche du monument rassemble des tombes de 300 soldats soldats français (dont 253 inconnus) ;
  • la seconde à gauche du monument rassemble des tombes de 300 soldats du Commonwealth (285 Britanniques, 10 Australiens, 4 Canadiens et 1 Néo-Zélandais, dont 239 inconnus). Les tombes britanniques sont signalées par de simples stèles avec le nom du soldat enterré qui est gravé sans distinction de grade militaire, de rang social ou de religion. La croix du Sacrifice est fixée sur une base octogonale, une épée de bronze est apposée sur le tronc. La pierre du Souvenir porte l'inscription :

« Their Name Liveth for Evermore »

(Leur nom vivra à jamais), citation tirée du livre de l'Ecclésiaste[3].

Centre d'accueil et d'interprétation[modifier | modifier le code]

Le centre d’accueil et d’interprétation financé par le Conseil général de la Somme, les fonds européens (FEDER) et la fondation britannique Thiepval Trust a été inauguré le à proximité de l'entrée du parc du mémorial. Il expose des documents retraçant les combats de la bataille de la Somme dans le but de permettre aux visiteurs de mieux comprendre l’histoire du premier conflit mondial et plus particulièrement les combats qui se sont déroulés près de Thiepval. Le centre est également doté d'une boutique-librairie, d'un bureau d'information, d'une salle de projection…

Musée 14-18 Batailles de la Somme[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la bataille de la Somme, le Conseil départemental de la Somme a financé ce nouveau musée dédié aux batailles de la Somme et aux disparus de toutes nationalités. Il a été ouvert le 2 juin 2016 et inauguré officiellement le 1er juillet 2016 par François Hollande, président de la république, le prince William, la princesse Kate son épouse et le prince Harry.

Le musée "14-18 Batailles de la Somme"

L'Historial de la Grande Guerre de Péronne assure la gestion du musée mitoyen du centre d'accueil et d'interprétation de Thiepval. Une exposition permanente d'environ 400 m2 montre aux visiteurs des armes de guerres, des munitions et une réplique de l'avion de Georges Guynemer. Une reproduction de 60 mètres de long de la frise de Joe Sacco, La Grande Guerre, le premier jour de la bataille de la Somme reconstitué heure par heure[4] ouvre une fenêtre imagée sur le champ de bataille du 1er juillet 1916. Des extraits de lettres de soldats, des photos, des extraits de filmas documentaires complètent l'exposition.

Reproduction de la frise de Joe Sacco, "La Grande Guerre, le premier jour de la bataille de la Somme" au musée "14-18 Batailles de la Somme" de Thiepval

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marjolaine Boutet et Philippe Nivet, La bataille de la Somme : l'hécatombe oubliée : 1er juillet - 18 novembre 1916, Paris, Tallandier, , 268 p. (ISBN 979-1-021-01849-5, OCLC 951159029).
  • Alain Denizot, La bataille de la Somme : juillet-novembre 1916, Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 119), (ISBN 978-2-262-02426-0, OCLC 469699828).
  • Christophe Lépine (photogr. Philippe Mangot), Sites de la bataille de la Somme, Wimille, Punch éd, (ISBN 978-2-913-13283-2, OCLC 470273061).
  • Joseph Picavet, La bataille de la Somme juillet 1916-mars 1917, Inval-Boiron, Éd. la Vague verte, coll. « Jusant », , 174 p. (ISBN 978-2-913-92486-4, OCLC 470648401).
  • Jean-Pascal Soudagne, Le circuit du souvenir : la Somme dans la guerre de 14-18, Rennes, Éditions Ouest-France, coll. « Patrimoine », (ISBN 978-2-737-33625-6, OCLC 181353686).
  • En 16 dans la Somme, Paris, Touring club de France, 1966.
  • Paule Roy et M. P. Pecquet, La Guerre 1914-1918, Cimetières militaires français dans la Somme, Union départementale des S.I. de la Somme.
  • Le Courrier picard, numéro spécial : « 1916-1986, 70 ans déjà, La Bataille de la Somme », 1986.
  • Le Courrier picard, numéro spécial : « La Grande Guerre en Picardie », 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mémorial britannique de Thiepval dit Memorial to the Missing », sur culture.gouv.fr, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (consulté le 23 mars 2018).
  2. Department of Veterans' Affairs and Board of Studies NSW, « Le mémorial de Thiepval », sur le site "Les Australiens sur le front occidental (1914-1918), (consulté le 8 avril 2009)
  3. Department of Veterans' Affairs and Board of Studies NSW, « Le mémorial de Thiepval : Ça c’est passé (sic) dans le no man's land », sur le site "Les Australiens sur le front occidental (1914-1918), (consulté le 8 avril 2009)
  4. Joe Sacco, La Grande Guerre, le premier jour de la bataille de la Somme reconstitué heure par heure, Fururopolis Arte Éditions, (ISBN 978-2754810296).