Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant le catholicisme image illustrant la théorie du complot
image illustrant le Royaume de France image illustrant la Révolution française
Cet article est une ébauche concernant l’histoire, le catholicisme, la théorie du complot, le Royaume de France et la Révolution française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme
Auteur Augustin Barruel
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Date de parution 1797

Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme est un essai politique contre-révolutionnaire et anti-Lumières écrit par l'abbé jésuite Augustin Barruel attaquant la Révolution française, la décrivant non comme un évènement spontané mais comme un complot. L'ouvrage comporte quatre tomes.

Historique[modifier | modifier le code]

Barruel rédige les Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme alors qu'il se trouve en exil à Londres de 1792 à 1798. Ils paraîtront en cinq volumes, de 1797 à 1799[1].

Pour lui, la Révolution française est le fruit d'un complot ourdi par les philosophes et les francs-maçons, le jacobinisme étant le résultat de leur alliance[1]. À la même époque, une thèse similaire est proposée par l'Écossais John Robison, Robison accuse les francs-maçons de complot révolutionnaire. Tout comme Barruel, il indique que les Illuminés de Bavière ont influencé les loges françaises, les incitant à comploter contre l'État et leur soufflant l'idée de la Révolution française[2].

Contenu[modifier | modifier le code]

Tome I[modifier | modifier le code]

Barruel reproche à Frédéric II de Prusse d'avoir entrenu la subversion des philosophes français Voltaire, Jean le Rond D'Alembert et Diderot.

Analyse[modifier | modifier le code]

D'après différents contemporains de Barruel, les Mémoires furent un texte de propagande commandité par les contre-révolutionnaires. Dans son acception radicale, sa thèse n'a été retenue par aucun historien à l'exception, peut-être, de Louis Blanc[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Charles Porset, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le livre de poche, 2008, article "Barruel", p.66
  2. Cécile Révauger, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le livre de poche, 2008, article "Antimaçonnisme", p.38

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens et références externes[modifier | modifier le code]

Versions de l'ouvrage

en anglais