Mémoires d'une jeune fille rangée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la littérature française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (avril 2016).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Mémoires d'une jeune fille rangée, paru 1958, est le premier volet de l'œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir. Suivront La Force de l'âge, La Force des choses, Tout compte fait, textes auxquels on peut rallier le récit Une mort très douce (1964).

Le titre féminise celui d'un roman de Tristan Bernard, paru en 1899, Mémoires d'un jeune homme rangé.

Résumé de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Les Mémoires d'une jeune fille rangée décrivent les vingt et une premières années de l'auteur : de sa toute petite enfance à sa réussite à l'agrégation de philosophie en 1929. Simone de Beauvoir décrit son éducation dans une famille bourgeoise désargentée et déclassée, puis son virage par rapport à la vie toute tracée que sa famille lui propose, grâce à la littérature et la philosophie ainsi qu'à des relais humains (Zaza, son cousin Jacques, Herbaud). Elle est mue par une volonté d'engagement social et philosophique (le moteur même de son existence) et par le souhait que sa vie serve, de choisir son destin, de devenir quelqu'un. Elle s'oriente vers la philosophie et travaille avec acharnement et détermination. En préparant le concours de l'agrégation, elle entrera, par l'intermédiaire d'Herbaud, au sein d'un groupe d'étudiants brillants, dont la figure de Sartre se détache. Le surnom de Castor lui est donné par son nouvel ami Herbaud, trouvant une ressemblance entre Beauvoir et beaver qui signifie castor en anglais. Son œuvre exprime son anticonformisme face à la société de l'époque.

Analyse[modifier | modifier le code]

La construction d'une identité[modifier | modifier le code]

Les Mémoires d'une jeune fille rangée est en partie le récit de la construction d'une identité. Des proches et des amis acquièrent le statut de guides, avant le détachement progressif de la jeune femme qu'est Simone de Beauvoir et qui permet son cheminement propre. Dans le cocon familial, au sein du Cours Desir, par son admiration pour son cousin Jacques et pour Zaza, s'élabore un code des valeurs et une affectivité. Émerveillée par Garric, elle le suit dans son engagement social et politique. Herbaud, étudiant rencontré à la bibliothèque, et qui le premier la surnomme le Castor, devient un ami et la fait entrer dans son groupe d'étudiants qui inclut Jean-Paul Sartre.

Tour à tour, elle se détache de sa famille, sur les plans matériel et politique, finit par détester les cours Désir, trouve les discours de Garric beaucoup moins brillants qu'à son jeune âge. En outre, Herbaud est le seul étudiant du groupe de travail recalé à l'écrit de l'agrégation, tandis que son cousin Jacques s'enfonce dans la déchéance et que Zaza meurt. Seul Sartre, qui apparaît assez tardivement dans l’œuvre, ne semble pas dépassé dans la trajectoire de Simone de Beauvoir : de guide, il devient compagnon.

Hommage final à deux figures perdues du parcours[modifier | modifier le code]

Simone de Beauvoir fait ressortir deux figures, Zaza, sa camarade de classe du cours Désir, admirée et devenue amie, et son cousin Jacques, plus âgé, qu'elle admire et désire. Par la découverte du destin tragique de ces deux personnes que l'auteur ne dévoile qu'en clôture du volume, le récit peut apparaître comme un hommage à ces deux guides du passé, axes forts de cette œuvre où est également développé le rôle de la place des femmes en société.