Mémoires d'une jeune fille rangée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mémoires d'une jeune fille rangée, paru 1958, est le premier volet de l'œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir. Suivront La Force de l'âge, La Force des choses, Tout compte fait, textes auxquels on peut rallier le récit Une mort très douce (1964). Le titre féminise celui d'un roman de Tristan Bernard, paru en 1899, Mémoires d'un jeune homme rangé[1].

Résumé de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Les Mémoires d'une jeune fille rangée décrivent les vingt et une premières années de l'auteur : de sa toute petite enfance à sa réussite à l'agrégation de philosophie en 1929. Simone de Beauvoir décrit son éducation dans une famille bourgeoise désargentée et déclassée, puis son virage par rapport à la vie toute tracée que sa famille lui propose, grâce à la littérature et la philosophie ainsi qu'à des relais humains (Zaza, son cousin Jacques, Herbaud). Elle émue par une volonté d'engagement social et philosophique (le moteur même de son existence) et par le souhait que sa vie serve, de choisir son destin, de devenir quelqu'un. Elle s'oriente vers la philosophie et travaille avec acharnement et détermination. En préparant le concours de l'agrégation, elle entrera, par l'intermédiaire d'Herbaud, au sein d'un groupe d'étudiants brillants, dont la figure de Sartre se détache. Le surnom de Castor lui est donné par son nouvel ami Herbaud, trouvant une ressemblance entre Beauvoir et beaver qui signifie castor en anglais. Son œuvre exprime son anticonformisme face à la société de l'époque.

Analyse[modifier | modifier le code]

La construction d'une identité[modifier | modifier le code]

Mémoires d'une jeune fille rangée est en partie le récit de la construction d'une identité. En effet, le terme de "Mémoires" doit être compris comme une "antiphrase[2]", les événements historiques étant relégués au second plan. Des proches et des amis acquièrent le statut de guides, avant le détachement progressif de la jeune femme qu'est Simone de Beauvoir et qui permet son cheminement propre. Dans le cocon familial, au sein du Cours Desir, par son admiration pour son cousin Jacques et pour Zaza, s'élabore un code des valeurs et une affectivité. Émerveillée par Garric, elle le suit dans son engagement social et politique. Herbaud, étudiant rencontré à la bibliothèque, et qui le premier la surnomme le Castor, devient un ami et la fait entrer dans son groupe d'étudiants qui inclut Jean-Paul Sartre et Paul Nizan.

Tour à tour, elle se détache de sa famille, sur les plans matériel et politique, finit par détester les cours Désir, trouve les discours de Garric beaucoup moins brillants qu'à son jeune âge. En outre, Herbaud est le seul étudiant du groupe de travail recalé à l'écrit de l'agrégation, tandis que son cousin Jacques s'enfonce dans la déchéance et que Zaza meurt. Seul Sartre, qui apparaît assez tardivement dans l’œuvre, ne semble pas dépassé dans la trajectoire de Simone de Beauvoir : de guide, il devient compagnon.

Hommage final à deux figures tutélaires[modifier | modifier le code]

Simone de Beauvoir fait ressortir deux figures, Zaza, sa camarade de classe du cours Désir, admirée et devenue amie, et son cousin Jacques, plus âgé, qu'elle admire et désire. Par la découverte du destin tragique de ces deux personnes que l'auteur ne dévoile qu'en clôture du volume, le récit peut apparaître comme un hommage à ces deux guides du passé. Ces figures tutélaires font toutes deux l'objet d'une idéalisation romanesque, Jacques se confondant avec le personnage du Grand Meaulnes d'Alain-Fournier - roman qu'il fait découvrir à la jeune Simone -, et L'Ecolier d'Athènes d'André Laurie donnant lieu à une analogie entre d'une part Zaza et Euphorion, d'autre part Simone et Théagène. Si "le doué" Euphorion subjugue Théagène par ses capacités intellectuelles, tout comme Zaza au Cours Désir, c'est "le méritant[3]" Théagène qui élève un monument littéraire à la gloire d'Euphorion. Beauvoir n'en laisse pas moins une large place aux écrits de Zaza, la fin des Mémoires étant consacrée aux extraits de ses lettres, où celle-ci fait part de sa détresse à une Simone absente. Dans sa critique des Mémoires pour le journal La Nef, Claude Roy compare ainsi l'amitié de Simone de Beauvoir pour Zaza à celle de Montaigne pour La Boétie[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mémoires d'une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, , 365 p.

Rééditions :

  • Simone de Beauvoir, Mémoires (Édition publiée sous la direction de Jean-Louis Jeannelle et Éliane Lecarme-Tabone avec la collaboration d'Hélène Baty-Delalande, Alexis Chabot et Valérie Stemmer ; Chronologie par Sylvie Le Bon de Beauvoir), t. I (Mémoires d'une jeune fille rangée, La force de l'âge, La force des choses première partie), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 633), , 1470 p. (ISBN 9782070120680).
  • Éliane Lecarme-Tabone, Mémoires d'une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, coll. « Foliothèque » (no 85), , 266 p. (ISBN 2-07-040486-2).

Critiques et analyses de lecture :

Biographies :

  • Jacques Deguy et Sylvie Le Bon de Beauvoir, Simone de Beauvoir – Écrire la liberté, Paris, Gallimard, « Découvertes », 2008.
  • Pierre-Louis Fort, Simone de Beauvoir, Saint-Denis, PU Vincennes, 2016.
  • Jean-Louis Jeannelle et Éliane Lecarme-Tabone, Beauvoir, Cahiers de l’Herne, Paris, Herne, 2013.
  • Francis Jeanson, Simone de Beauvoir ou l’entreprise de vivre, Paris, Ed. du Seuil, 1966.
  • Claudine Monteil, Simone de Beauvoir, Paris, Timée éditions, 2006. - Françoise Rétif, Simone de Beauvoir, l’autre en miroir, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 1999.

Sur l'écriture autobiographique :

  • Jean-Louis Jeannelle, Écrire ses Mémoires au XXe siècle : déclin et renouveau d'une tradition, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 2008.
  • Sébastien Hubier, Littératures intimes: les expressions du moi, de l'autobiographie à l'autofiction, Paris, Armand Colin, coll. « U Lettres », 2003.
  • Philippe Lejeune, Je est un autre : L’autobiographie, de la littérature aux médias, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1980.
  • Daniel Madalenat, L’Intimisme, Paris, PUF, 1989.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eliane Lecarme-Tabone, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, , p.47
  2. Eliane Lecarme-Tabone, Mémoires d'une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, , p.48
  3. Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, , p.145
  4. Claude Roy, L'Homme en question, Paris, Gallimard, , p.254-263