Mélanie de Jesus dos Santos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mélanie de Jesus dos Santos
Portrait poitrine d'une jeune femme à la peau noire, les cheveux tirés et coiffés en chignon sur le dessus. Vue de profil, elle regarde vers la droite de la photographie et arbore un léger sourire. Elle est vêtue d'un t-shirt blanc dont la manche courte est ornée du drapeau français.
Mélanie de Jesus dos Santos après sa médaille d'argent par équipes aux Championnats d'Europe 2018.
Contexte général
Sport exercé gymnastique artistique
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Nom de naissance Mélanie de Jesus dos SantosVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance (21 ans)
Schœlcher (Drapeau de la Martinique Martinique)
Taille > 1,52 m (5 0) en 2019[1],[N 1]
Surnom Mélanie DJDS[2],
Nini[3]
Prédilection sol,
concours général
Club Kréyol Gym Fort-de-France
Pôle France Saint-Étienne
Entraîneur Éric Hagard,
Monique Hagard
Identifiant FIG 31690Voir et modifier les données sur Wikidata
Palmarès senior
Or Ar. Br.
Coupe du monde 3 1 3
Championnats d'Europe 4 2 1
Championnats de France[N 2] 7 1 -

Mélanie de Jesus dos Santos[N 3] (parfois abrégé Mélanie DJDS) est une gymnaste artistique française, née le à Schœlcher (Martinique).

Femmes et hommes confondus, elle est la Française la plus titrée aux championnats d'Europe de gymnastique artistique, s'imposant au sol à Glasgow en 2018, au concours général individuel et au sol à Szczecin en 2019 et à la poutre à Bâle en 2021. Elle a remporté un total de sept médailles dans cette compétition, avec également le bronze du concours général individuel à Cluj-Napoca en 2017, l'argent par équipes en 2018 et l'argent à la poutre en 2019.

À l'échelle nationale, elle a cumulé sept titres de championne de France entre 2017 et 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire ou complémentaire, les classements en compétition sont référencés dans la section « Palmarès ».

Débuts et carrière junior[modifier | modifier le code]

Mélanie de Jesus dos Santos naît en Martinique, à Schœlcher, d'un père brésilien et d'une mère martiniquaise[4]. Elle a deux demi-sœurs, qui vivent au Portugal avec leur père[4].

Un homme aux cheveux gris, vêtu d'un survêtement, marche sur un praticable de gymnastique en direction d'une gymnaste en justaucorps blanc et bleu qui s'apprête manifestement à se lancer pour effectuer une acrobatie.
Son entraîneur Éric Hagard à ses côtés lors d'un échauffement au sol durant les championnats d'Europe de 2018.

Alors qu'aucun de ses parents n'a pratiqué la gymnastique artistique[4], elle s'intéresse très tôt à ce sport[1]. Inscrite dans un premier temps en judo car les effectifs de gymnastique sont complets, elle est rapidement prévenue lorsqu'une place se libère et peut donc commencer à pratiquer la gymnastique dès l'âge de cinq ans[1]. Elle débute ainsi au sein du club de la Gauloise de La Trinité[5]. Youna Dufournet est son modèle principal[1]. Son entraîneuse d'alors, Elsa Louis, décèle son potentiel et la fait participer à des stages de la fédération nationale, où elle est repérée[6].

En 2012[7], à l'âge de douze ans[1], elle intègre le Pôle France de Saint-Étienne[5]. Elle avoue avoir eu besoin de six mois pour gérer le mal du pays, ne retournant en Martinique qu'une fois par semestre alors que sa mère ne la rejoint en Métropole qu'une fois par an[4]. À Saint-Étienne, elle est entraînée par Éric Hagard[5], qui s'occupe du sol, du saut et des barres asymétriques, et par l'épouse de celui-ci, Monique Hargard, qui prend en charge la poutre ainsi que les chorégraphies[4]. Mélanie de Jesus dos Santos devient membre de l'équipe de France à partir de 2013[5], d'abord en junior, devenant notamment vice-championne de France du concours général en 2015 derrière Lorette Charpy.

Alors qu'elle peut prétendre à une sélection pour les Jeux olympiques de 2016 à Rio[8],[9], elle est blessée gravement au genou (rupture des ligaments croisés[10]) après une réception en saut de cheval durant l'été 2015 lors des qualifications du Festival olympique de la jeunesse européenne[11], ce qui l'éloigne des compétitions pendant neuf mois[7]. Elle est opérée du genou à Lyon par Franck Chotel, un chirurgien réputé pour s'être occupé de footballeurs de l'Olympique lyonnais[4].

Carrière senior[modifier | modifier le code]

2016 : retour à la compétition après blessure[modifier | modifier le code]

Mélanie de Jesus dos Santos reprend la compétition en juin 2016 lors des championnats de France à Mulhouse[10]. Le mois suivant, elle participe à un match amical France-Roumanie, où elle prend la première place à la fois par équipes et en individuel, en devançant Larisa Iordache et Louise Vanhille[12]. Lors d'une compétition amicale à Barcelone en , elle termine sur la deuxième marche du podium derrière la Belge Nina Derwael[13]. Quelques jours plus tard, elle participe au Master Massilia, où elle obtient d'abord une médaille d'argent en concours général par équipes et une médaille de bronze en individuel[14], puis une médaille d'or en poutre et une 4e place aux barres[15].

2017 : médaille de bronze européenne et 5e place mondiale[modifier | modifier le code]

En 2017, elle est sélectionnée pour participer à la prestigieuse American Cup, où elle remporte la médaille de bronze, notamment en obtenant la meilleure note en poutre[4],[16]. Elle est seulement la deuxième Française à figurer au palmarès de cette compétition, après la médaille d'or d'Elvire Teza en 1997[17].

Lors des championnats d'Europe 2017 à Cluj-Napoca en Roumanie, elle se qualifie pour deux finales : au concours général et aux barres asymétriques[18]. Elle remporte la médaille de bronze au concours général, dépassant la Russe Elena Eremina lors du dernier agrès grâce à une note de 14,366 au saut de cheval[19], en réalisant le même yurchenko double vrille sur lequel elle s'était blessée en 2015[2]. Sur l'ensemble des finalistes, elle termine avec la meilleure note à la poutre, la 3e en saut, la 4e aux barres et la 17e au sol[4]. Elle devient la première Française depuis Marine Debauve en 2005 à remporter une médaille européenne au concours général[20]. Elle améliore alors son meilleur total personnel dans une compétition internationale avec 55,065 points[2]. Lors de la finale des barres, elle termine dernière après avoir chuté durant son mouvement[21].

Un mois plus tard, elle devient championne de France au concours général, devançant la tenante du titre Marine Boyer d'1,4 point avec un total de 55,450 points[22]. Elle remporte alors sa première médaille nationale en senior. Le lendemain, elle ajoute une médaille d'argent à son palmarès en finale de la poutre, derrière Marine Boyer. Également qualifiée sur deux autres agrès[23], elle échoue au pied du podium aux barres asymétriques[N 4] et ne participe finalement pas à la finale du sol.

En , aux côtés de ses entraîneurs et de quatre autres gymnastes du Pôle de Saint-Étienne, elle effectue un stage de deux semaines aux États-Unis, à Los Angeles et Las Vegas[24].

En , elle participe aux Internationaux de France, où elle décroche l'une des six médailles françaises de la compétition[25], avec l'argent aux barres derrière la Belge Nina Derwael[26]. Elle se qualifie aussi pour les finales de la poutre et du sol, où elle termine respectivement 4e et 7e.

Sélectionnée pour les championnats du monde de Montréal, elle y ambitionne de terminer dans les cinq premières au concours général. Lors des qualifications, elle se classe 4e, seulement devancée par la Japonaise Mai Murakami, l'Américaine Ragan Smith et la Canadienne Ellie Black[27]. En finale, elle atteint son objectif en terminant à la 5e place, devenant la troisième Française à réaliser une telle performance mondiale au concours général après Émilie Le Pennec en 2005 et Youna Dufournet en 2009.

En , Mélanie de Jesus dos Santos est choisie comme tête d'affiche par les organisateurs du Master Massilia[28], où elle s'impose aux barres asymétriques[29] et par équipes[30] et remporte la médaille d'argent au concours général individuel[30], ratant le podium en sol à cause d'une chute[29]. En décembre, elle remporte une nouvelle médaille d'or aux barres asymétriques lors de la compétition internationale de Toyota, au Japon, en devançant la Russe Elena Eremina, vice-championne du monde de la spécialité, et la Française Juliette Bossu[31], puis une médaille d'argent en poutre derrière la championne olympique néerlandaise Sanne Wevers[32],[33].

2018 : championne d'Europe au sol et vice-championne par équipes[modifier | modifier le code]

Une jeune femme en justaucorps blanc et bleu se tient debout sur un tapis, les jambes tendues et les bras levés le long des oreilles ; derrière elle, on aperçoit sur fond rose un logo blanc (celui de la compétition) ainsi qu'une caméra sur pied.
Mélanie de Jesus dos Santos après sa sortie de poutre en qualifications des championnats d'Europe à Glasgow.

En , elle décroche deux nouvelles médailles en Coupe du monde, à Doha, avec le bronze aux barres asymétriques[34] puis l'or à la poutre devant sa compatriote Marine Boyer[35]. Ce même mois, elle fait partie des treize personnalités sportives sélectionnées dans le programme « Athlètes Point.P » mis en place dans le cadre du « Pacte de performance » signé entre l'État et plusieurs entreprises dans le but d'accompagner le haut niveau[36]. Elle bénéficie ainsi d'un soutien financier et peut aussi envisager un possible avenir professionnel au sein de l'entreprise[1].

En , lors d'une épreuve de Coupe du monde à Tokyo, elle remporte une autre médaille de bronze en concours général[37].

En , elle domine les championnats de France avec trois médailles d'or, en conservant son titre au concours général[38] puis en s'imposant aux barres et au sol.

En , elle participe aux championnats d'Europe à Glasgow, où la France prend la première place des qualifications par équipes[39], profitant de trois chutes des favorites russes[40]. Les Françaises obtiennent ensuite la médaille d'argent au terme de la finale, derrière les Russes et devant les Néerlandaises[40]. Avec un total de 161,131 points, elles réalisent même le meilleur résultat de l'histoire de la gymnastique française[40],[N 5]. À titre individuel, Mélanie de Jesus dos Santos accède aux finales du sol et de la poutre, respectivement en 2e et 6e positions lors des qualifications[39]. Elle termine au pied du podium de la finale en poutre[41] mais elle remporte ensuite le titre au sol[42]. Elle devient alors la troisième Française à devenir championne d'Europe à cet agrès, après Ludivine Furnon en 2000 et Isabelle Severino en 2005[43].

Aux Internationaux de France, en , elle se qualifie pour les finales du sol et des barres asymétriques, remportant ensuite la médaille d'or au sol devant la Canadienne Ellie Black[44].

Lors des championnats du monde à Doha, elle accède à trois finales : au concours par équipes, au concours général individuel et au sol[45]. Alors que l'équipe de France féminine n'a plus atteint une finale mondiale depuis les Jeux olympiques de 2008[45],[N 6], Mélanie de Jesus dos Santos et ses coéquipières réalisent l'un des meilleurs résultats français de l'histoire[N 7] en atteignant la 5e place[46]. En finale du concours individuel, la gymnaste termine à la 6e place avec 55,599 points, à seulement 0,133 points de Morgan Hurd, médaillée de bronze, et 0,199 points de Mai Murakami, médaillée d'argent[47]. Elle termine ces championnats avec une autre 6e place au sol.

2019 : championne d'Europe au concours général et au sol, vice-championne à la poutre[modifier | modifier le code]

Six jeunes femmes sont debout, alignées côte à côte sur un praticable de gymnastique, vêtues de justaucorps de couleurs différentes. Cinq d'entre elles se regardent mutuellement et la sixième regarde devant elle. Derrière elles, leur ombre s'étire sur le praticable et on aperçoit une poutre.
Six gymnastes de l'équipe de France lors d'un gala au Pôle France de Saint-Étienne en . De gauche à droite : Juliette Bossu, Mélanie de Jesus dos Santos, Coline Devillard, Lorette Charpy, Marine Boyer et Louise Vanhille[N 8].

Mi-janvier, Mélanie de Jesus dos Santos se blesse à l'annulaire gauche lors d'un entraînement aux barres[48] (arrachement de la poulie[49],[N 9]). Sa sélection pour les championnats d'Europe à Szczecin est alors incertaine[50]. Une opération est d'abord envisagée mais un deuxième avis médical est demandé et celui-ci indique que la cicatrisation est déjà naturellement en cours[51]. Estimant elle-même que « la douleur avait déjà un peu disparu »[51], la gymnaste patiente donc durant six semaines pour que son doigt se consolide[52]. Mi-mars, elle participe au DTB Pokal, un concours par équipes organisé à Stuttgart[53], sa seule compétition avant les championnats européens.

Initialement, elle est pressentie pour s'aligner seulement sur deux agrès à Szczecin[54] : sol (où elle défend son titre) et poutre[48]. L'encadrement de l'équipe de France ne valide sa participation au concours général que deux semaines avant la compétition[51]. Finalement, elle se qualifie pour quatre finales[55] (sur cinq possibles[N 10]) : concours général, sol, poutre et barres[48]. Le , elle est sacrée championne d'Europe du concours général, devenant la deuxième Française à décrocher ce titre après Marine Debauve en 2005[52]. Elle est aussi la seule Française à obtenir une deuxième médaille d'or dans cette compétition[N 11]. Deuxième lors des qualifications[48], elle commence la finale à la cinquième place après sa performance au saut, puis elle est quatrième après les barres et deuxième après la poutre[54]. En obtenant les meilleures notes à la poutre puis, lors de son dernier agrès, au sol, elle totalise finalement 55,433 points et devance de peu la tenante du titre Elissa Downie (55,365) et Angelina Melnikova (55,065)[48]. Elle confie ensuite qu'elle s'était fixé ce titre comme objectif depuis sa médaille de bronze obtenue deux ans auparavant[56].

Le lendemain, elle termine 7e en barres[57]. Le jour suivant, elle remporte d'abord une nouvelle médaille européenne, en argent, lors de la finale de la poutre, derrière Alice Kinsella et devant Lorette Charpy[58]. Ensuite, durant son passage en finale au sol, elle dépasse les limites du praticable après sa première diagonale puis prend l'initiative d'ajouter un tour à son pivot accroupi pour compenser la pénalité[49]. Elle s'impose devant Eythora Thorsdottir et Angelina Melnikova. En conservant son titre sur cet agrès, elle devient, avec trois médailles d'or, la Française la plus titrée aux championnats d'Europe[59], femmes et hommes confondus[49], ainsi que la première de son pays à remporter, dans une même édition, trois médailles[49] et deux titres[60]. Elle est automatiquement[N 12] la première gymnaste féminine française à conserver un titre[1], et la deuxième si l'on prend en compte à la fois les hommes et les femmes[N 13]. À l'issue de ces championnats européens qu'elle a dominés, Mélanie de Jesus dos Santos déclare que son prochain objectif est d'obtenir une médaille mondiale[49]. Elle annonce par ailleurs qu'elle compte à la fois modifier sa chorégraphie au sol et améliorer le contenu technique d'une diagonale au sol et de ses sorties de poutre et de barres[49].

En juin, Mélanie de Jesus dos Santos remporte un troisième titre consécutif de championne de France au concours général[61]. Elle présente une nouveauté au sol avec un full-full (double salto arrière groupé avec deux vrilles)[61]. Obtenant un total de 57,25 points, elle relativise ce résultat : « C'est vrai que le total est intéressant, mais c'était un peu sur-noté »[61]. En finale par agrès, elle débute par les barres, où elle met en œuvre de nouvelles variations[61], avec également un défi personnel : celui de gagner deux jours de vacances supplémentaires en Martinique en cas de note supérieure à 14,6[62]. Mais elle échoue à la dernière place après avoir heurté la barre et chuté lourdement lors de sa sortie[62]. Évitant la blessure grâce à la musculature de son dos qui amortit le choc, elle ajoute ensuite deux nouveaux titres nationaux à son palmarès en s'imposant à la poutre (en l'absence de la tenante du titre Marine Boyer) puis au sol, où elle présente pour la dernière fois la chorégraphie qui lui a valu ses deux médailles européennes[62].

Durant l'été, elle participe à un nouveau stage aux États-Unis, à Houston, durant lequel elle se blesse légèrement à la cheville[63]. Afin d'éviter une possible inflammation et de préserver ses chances pour les championnats du monde, son encadrement préfère ne pas l'aligner au sol lors des Internationaux de France en septembre, alors qu'elle doit y présenter pour la première fois son nouveau mouvement, sur une musique mélangeant Aretha Franklin et James Brown[63]. Elle participe toutefois à cette compétition sur deux autres agrès[64], remportant la médaille d'or aux barres[65], où elle essaie une nouvelle variation différente de celle présentée aux championnats de France[63], puis n'obtenant qu'une septième place à la poutre à cause de plusieurs déséquilibres[65].

Lorsqu'elle se présente aux Championnats du monde de 2019 à Stuttgart, elle peut prétendre à une médaille voire plusieurs[66],[67]. Durant les qualifications, l'équipe de France réalise un total collectif supérieur à celui espéré (166,712 points contre 165,5 attendus), une quatrième place permettant alors à Mélanie de Jesus dos Santos et à ses coéquipières d'atteindre le premier objectif annoncé : la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo[68]. Outre la finale par équipes, Mélanie de Jesus dos Santos se qualifie pour trois finales individuelles de ces championnats du monde : la poutre, le sol et le concours général[68]. Lors de la finale par équipes, elle et ses coéquipières, 8e avant le dernier agrès (le sol), terminent finalement à la 5e place, comme lors des précédents mondiaux[69]. En finale du concours général individuel, elle se classe seulement en 20e position, notamment à cause de deux chutes aux barres asymétriques[70]. Son entraîneur, Éric Hagard, explique cette défaillance par « un excès de confiance » de la gymnaste qui « n'a pas su maîtriser son énergie », mais il fait remarquer aussi que, contrairement à d'autres nations, Mélanie de Jesus dos Santos « n'a pas pu avoir les conseils des anciennes » puisqu'aucune Française n'a jamais réussi à obtenir une médaille mondiale[70]. Pour les finales par agrès, Mélanie de Jesus dos Santos ne parvient finalement pas à se hisser sur le podium, se classant à nouveau 5e, tant à la poutre qu'au sol[66],[71].

Fin 2019, Mélanie de Jesus dos Santos et trois autres gymnastes participent à un clip tourné sur l'esplanade du Trocadéro pour la promotion des championnats d'Europe prévus à Paris au printemps 2020[72] (compétition ultérieurement reportée à décembre 2020 et déplacée à Bakou, en Azerbaïdjan, à cause de la pandémie de Covid-19[73], puis à nouveau relocalisée à Mersin, en Turquie).

2020 : saison blanche à cause de la pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

À partir de mi-mars 2020, durant l'arrêt des entraînements et des compétitions à cause de la pandémie de Covid-19, Mélanie de Jesus dos Santos est confinée dans un gîte à Marlhes avec trois autres gymnastes du Pôle France de Saint-Étienne : Lorette Charpy, Aline Friess et Alizée Letrange-Mouakit[74]. Dans ce cadre contraint, et alors que les compétitions sont progressivement annulées ou reportées[75], ses capacités d'entraînement se voient limitées à des pratiques comme le jogging ou des séances d'abdominaux[76]. Lors de l'annonce du report des Jeux olympiques, elle se dit à la fois frustrée et ambitieuse, estimant que cette situation peut également lui permettre d'avoir encore plus de préparation et d'élever son niveau[77]. En 2020, elle participe finalement à seulement deux évènements nationaux[N 14], faisant notamment l'impasse sur les Championnats d'Europe à Mersin, tout comme l'ensemble de la délégation française et de celles de plusieurs autres pays.

2021 : championne d'Europe à la poutre et finaliste olympique[modifier | modifier le code]

Fin mars 2021, Mélanie de Jesus dos Santos est sélectionnée en équipe de France pour les Championnats d'Europe prévus à Bâle le mois suivant, mais sa participation reste alors incertaine tout comme le choix des agrès sur lesquels elle s'alignerait[78]. Initialement, elle prévoyait de faire l'impasse sur ces championnats et de privilégier l'étape de Coupe du monde se déroulant à Tokyo au début du mois d'avril, afin de tester le plateau des Jeux olympiques, mais l'annulation de cette compétition bouleverse ses plans[79]. Afin de retrouver la compétition au niveau internationale, pour la première fois depuis les mondiaux de 2019, elle décide donc de participer aux Championnats d'Europe[79]. Elle envisage d'abord de ne se présenter qu'aux barres asymétriques pour tester son nouveau mouvement, dont un lâcher en Tkatchev tendu[79]. Elle s'aligne finalement sur deux agrès et, à cause de ses erreurs en sortie aux barres, elle se qualifie seulement pour la finale de la poutre, en sixième position[80]. En s'imposant en finale de la poutre avec 13,900 points, devant la Néerlandaise Sanne Wevers (13,866 points), championne olympique en titre sur cet agrès, elle remporte son quatrième titre européen[81]. Elle devient la première Française sacrée sur cet agrès à l'échelle continentale[82].

Lors des Jeux olympiques de Tokyo, ses résultats en qualifications lui permettent de disputer la finale par équipe et celle du concours général individuel. Par équipe, les Françaises se classent à la 6e place, à moins d'un point du podium. Au concours individuel, Mélanie de Jesus dos Santos termine en 11e position, juste devant sa compatriote Carolann Héduit. Le forfait de l'Américaine Simone Biles lui permet finalement de disputer une troisième finale, celle des barres asymétriques, pour laquelle elle était première réserviste après les qualifications[N 15]. Elle se classe 6e sur cet agrès.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données indiquées dans la liste des liens externes.

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • Montréal 2017
    • 5e au concours général individuel
    • 9e à la poutre (non finaliste ; première réserviste)
  • Doha 2018
    • 5e au concours par équipes
    • 6e au concours général individuel
    • 6e au sol
  • Stuttgart 2019
    • 5e au sol
    • 5e à la poutre
    • 5e au concours par équipes
    • 20e au concours général individuel

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Une main tient ouvert un coffret noir dans lequel se trouve une médaille argentée de forme triangulaire, ornée d'un logo et du nom anglais de la compétition.
Sa médaille d'argent par équipes à Glasgow en 2018.
  • Cluj-Napoca 2017
    • Médaille de bronze, Europe médaille de bronze au concours général individuel
    • 8e aux barres asymétriques
  • Glasgow 2018
    • Médaille d'or, Europe médaille d'or au sol
    • Médaille d'argent, Europe médaille d'argent au concours général par équipes
    • 4e à la poutre
  • Szczecin 2019
    • Médaille d'or, Europe médaille d'or au concours général individuel
    • Médaille d'or, Europe médaille d'or au sol
    • Médaille d'argent, Europe médaille d'argent à la poutre
    • 7e aux barres asymétriques

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Ne pas confondre la Coupe du monde avec les Championnats du monde.
  • American Cup 2017 :
    • Médaille de bronze, Coupe du Monde médaille de bronze au concours général individuel
  • Internationaux de France 2017 :
    • Médaille d'argent, Coupe du Monde médaille d'argent aux barres asymétriques
    • 4e à la poutre
    • 7e au sol
  • Doha 2018 :
    • Médaille d'or, Coupe du Monde médaille d'or à la poutre
    • Médaille de bronze, Coupe du Monde médaille de bronze aux barres asymétriques
  • Tokyo 2018 :
    • Médaille de bronze, Coupe du Monde médaille de bronze au concours général individuel

Autres compétitions internationales[modifier | modifier le code]

  • Master Massilia 2016
    • Médaille d'or médaille d'or à la poutre
    • Médaille d'argent médaille d'argent au concours général par équipes
    • Médaille de bronze médaille de bronze au concours général individuel
    • 4e aux barres asymétriques
  • Trophée de Jesolo 2017 :
    • 4e au concours général par équipes
    • 4e à la poutre
    • 8e aux barres asymétriques
    • 9e au concours général individuel
  • Master Massilia 2017
    • Médaille d'or médaille d'or aux barres asymétriques
    • Médaille d'or médaille d'or au concours général par équipes
    • Médaille d'argent médaille d'argent au concours général individuel
    • 4e au sol
  • Internationaux de Toyota 2017 :
    • Médaille d'or médaille d'or aux barres asymétriques
    • Médaille d'argent médaille d'argent à la poutre
  • DTB-Pokal Team Challenge 2019 à Stuttgart :
    • 4e au concours par équipes (3e des qualifications[83])[N 17]

Matchs amicaux[modifier | modifier le code]

  • Match France-Roumanie 2016 :
    • Médaille d'or médaille d'or au concours général individuel
    • Médaille d'or médaille d'or au concours général par équipes
  • Sainté Gym Cup 2018 (Match France-Suisse-Allemagne) :
    • Médaille d'or médaille d'or au concours général individuel
    • Médaille d'or médaille d'or au concours général par équipes

Compétitions nationales[modifier | modifier le code]

  • Championnats de France Élite 2018 à Caen :
    • Médaille d'or médaille d'or au concours général individuel
    • Médaille d'or médaille d'or aux barres asymétriques
    • Médaille d'or médaille d'or au sol
    • 6e à la poutre

Palmarès junior[modifier | modifier le code]

  • Flanders International Team Challenge 2015 à Gand :
    • 4e au concours général individuel
    • 4e au concours général par équipes « Super Team »[N 20]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Ces données sont approximatives en fonction des informations disponibles qui peuvent être obsolètes, notamment car Mélanie de Jesus dos Santos était encore en phase de croissance lorsque les sources indiquaient ces informations.
  2. Ne sont comptabilisées ici que les médailles obtenues en compétition senior lors des Championnats de France Élite.
  3. Quelques sources abrègent parfois son nom en « Mélanie dos Santos ». D'autres écrivent à tort « Jésus » avec un accent. D'autres encore écrivent les « de » et « dos » avec des majuscules, ce qui est également incorrect.
  4. Deux gymnastes terminent égalité à la 3e place, Mélanie de Jesus dos Santos finissant donc à la 5e place avec la 4e meilleure note.
  5. L'équipe de France de gymnastique artistique féminine avait auparavant obtenu deux médailles de bronze par équipes aux Championnats d'Europe, en 2008 et en 2016.
  6. Aux championnats du monde, la dernière finale des Françaises date de l'édition 2007.
  7. Avant cette édition, l'équipe de France de gymnastique artistique féminine avait obtenu la médaille d'argent lors des championnats du monde de 1950 et s'était classée 5e de ceux de 1997.
  8. Parmi ces six gymnastes, seules Coline Devillard et Marine Boyer ne s'entraînent pas au Pôle de Saint-Étienne et seule Louise Vanhille ne faisait pas partie de l'équipe vice-championne d'Europe par équipe cette année-là.
  9. Le terme de « poulie » fait référence à la structure ligamentaire du doigt.
  10. Mélanie de Jesus dos Santos ne prétend toutefois pas à accéder à la finale du saut de cheval. Pour cet agrès, il est d'ailleurs nécessaire d'effectuer deux sauts, en qualification comme en finale, alors qu'un seul saut est réalisé dans le cadre d'un concours général.
  11. Avant Mélanie de Jesus dos Santos, seuls trois gymnastes masculins s'étaient imposés à deux reprises dans des championnats d'Europe de gymnastique artistique : Éric Poujade par équipe et aux arçons en 1998 ; Yann Cucherat aux barres parallèles en 2009 puis 2010 ; Thomas Bouhail au saut de cheval en 2009 puis 2011[49].
  12. Comme aucune Française n'avait obtenu plus d'un titre européen avant elle, aucune n'avait réussi à conserver un titre.
  13. Avant Mélanie de Jesus dos Santos, seul Yann Cucherat avant réussi, en 2010, à conserver son titre en barres parallèles.
  14. Il s'agit de deux rencontres organisées à Saint-Étienne, où elle s'entraîne (voir son profil Gymternet accessible dans les liens externes).
  15. Mélanie de Jesus dos Santos termine à la 11e place des qualifications aux barres asymétriques et huit gymnastes sont qualifiées pour les finales de chaque agrès. Cependant, un pays ne peut pas être représenté par plus de deux gymnastes en finale, la présence de quatre gymnastes russes devant la Française place cette dernière en 9e position pour la qualification, dont en première place des réservistes en cas de forfait d'une finaliste. Le retrait de Simone Biles lui permet ainsi de rentrer en finale.
  16. Les Jeux olympiques de Tokyo se sont déroulés en 2021 à cause du report provoqué par la pandémie de Covid-19, mais ils sont officiellement associés à l'année 2020.
  17. Cette compétition par équipes permet aux quatre meilleures équipes des qualifications de se départager lors de la finale.
  18. a b et c Pour ces championnats, Mélanie de Jesus dos Santos participe à la compétition junior pour le concours général, mais les finales par agrès sont communes aux gymnastes juniors et seniors (ce qui est habituel lors des championnats de France).
  19. Elle renonce finalement à participer à cette finale lors de ces championnats.
  20. Lors de cette compétition, le concours par équipes combine les résultats des gymnastes seniors et juniors, qui sont en revanche séparées pour le concours individuel.
  21. Selon les sources, ce résultat n'est pas toujours mentionné. En effet, lors de cette compétition, Mélanie de Jesus dos Santos se blesse dès le premier agrès des qualifications et ne participe donc pas à la suite.
  22. Parlons Sports est un magazine sportif local du département de la Loire. Les Trophées sont attribués à partir du vote des lecteurs sur Internet.

Références

  1. a b c d e f et g Mélanie de Jesus dos Santos invitée de l'émission de télévision L'Expresso, présentée par Vanessa Le Moigne, diffusée le 20 avril 2019 sur BeIn Sports HD1 (Vidéo en ligne sur beinsports.com, page consultée le 21 avril 2019)
  2. a b et c « De Jesus Dos Santos « ce petit bijou » », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Léonce Bertot, « Chaleureux accueil de la famille de la gymnastique pour « Nini » », sur martinique.franceantilles.fr, .
  4. a b c d e f g et h (en) John Crumlish, « French Force », International Gymnast, vol. 59, no 6,‎ , p. 17-20 (ISSN 0891-6616).
  5. a b c et d « Mélanie de Jesus dos Santos », sur ffgym.fr (consulté le ).
  6. [vidéo] Reportage diffusé dans le journal télévisé de 19h sur Martinique 1re en décembre 2015. Regarder en ligne : « Melanie De Jesus Dos Santos - Reportage décembre 2015 », sur Youtube, Le blog de Actus Gymnastique (consulté le ).
  7. a et b [vidéo] « Gymnastique : portrait de Mélanie De Jesus Dos Santos, championne formée à Saint-Etienne », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (reportage vidéo de Fatima Bouyablane et Eloïsa Patricio, diffusé dans le journal régional de France 3).
  8. « Gymnastique: De Jesus dos Santos championne d'Europe du concours général », sur rmcsport.bfmtv.com, .
  9. « Championnats d'Europe de gymnastique : la Française Mélanie de Jesus dos Santos en or au sol », sur europe1.fr, .
  10. a et b « Le retour réussi de Mélanie de Jesus dos Santos », sur ffgym.fr, .
  11. « Melanie De Jesus Dos Santos blessée gravement au genou », sur actusgymnastique.wordpress.com, .
  12. « Les Françaises s’imposent face à la Roumanie », sur actusgymnastique.wordpress.com, .
  13. « Mélanie de Jesus dos Santos en argent à Barcelone », sur ffgym.fr, .
  14. « Master Massilia : La France sur le podium », sur lemondedesgymnzstes.over-blog.com, .
  15. Charlotte Laroche, « Top Massilia : Coline Devillard et Mélanie De Jesus Dos Santos en or, Alison Lepin en bronze », sur gymandnews.com, .
  16. « American Cup 2017 : Melanie De Jesus Dos Santos parmi les meilleures », sur actusgymnastique.wordpress.com, .
  17. « Mélanie de Jesus dos Santos en bronze à Newark (USA) », sur ffgym.fr, .
  18. « Cinq finales pour les Françaises, dont le concours général pour Marine Boyer et Mélanie De Jesus Dos Santos », sur lequipe.fr, .
  19. « Mélanie De Jesus Dos Santos s'offre le bronze », sur lequipe.fr, .
  20. « Euro - Melanie de Jesus dos Santos en bronze au concours général, 1er podium français depuis 2005 », sur eurosport.fr, .
  21. (en) « Euros Conclude with Diverse Event Final Podiums », sur thegymter.net, .
  22. « Mélanie de Jesus dos Santos et Zachari Hrimèche sacrés champions de France 2017 », sur ffgym.fr, .
  23. « Championnats de France élite : Mélanie De Jesus Dos Santos et Zachari Hrimèche titrés au concours général », sur gymandnews.com, .
  24. Charlotte Laroche, « Stage aux Etats-Unis : une expérience inoubliable pour les seniors du Pôle de Saint-Etienne », sur gymandnews.com, .
  25. « Internationaux de France : les Bleus ramènent 6 médailles », sur lequipe.fr, .
  26. « Gymnastique: Nina Derwael, un coup de barres et ça continue », sur lesoir.be, .
  27. « Mélanie De Jesus Dos Santos et Marine Boyer en finale du concours général des Championnats du monde », sur lequipe.fr, .
  28. Charlotte Laroche, « Elite gym Massilia : « Nous essayons toujours de faire évoluer la compétition et de lui donner un nouveau souffle » », sur gymandnews.com, .
  29. a et b « Top Massilia : Pluie de médailles pour la France », sur gymandnews.com, .
  30. a et b « Master Massilia : La France en or », sur gymandnews.com, .
  31. (en) « Kenzo Shirai extends reign as floor exercise champion at Toyota International Gymnastics Competition », sur japantimes.co.jp, .
  32. (en) Amanda Turner, « Japanese Win Four More Titles at Toyota International », sur intlgymnast.com, .
  33. « Toyota Cup : Des médailles pour Mélanie De Jesus Dos Santos et Juliette Bossu », sur gymandnews.com, .
  34. (en) Nick Butler, « Chusovitina vaults to success at FIG World Cup in Doha », sur insidethegames.biz, .
  35. « Coupe du monde de Doha : Duo gagnant à la poutre pour Mélanie De Jesus Dos Santos et Marine Boyer », sur gymandnews.com,
  36. « Point.P crée le programme « Athlètes Point.P » », sur sportmag.fr,
  37. « Gymnastique : mauvaise journée pour Victoria Woo », sur tvasports.ca,
  38. « Mélanie De Jesus Dos Santos et Julien Gobaux sacrés aux Championnats de France », sur lequipe.fr, .
  39. a et b « Championnats d’Europe GAF (senior) : la France termine première des qualifications et se hisse en finale par équipes », sur gymandnews.com, .
  40. a b et c « Championnats d'Europe : l'équipe de France féminine prend l'argent », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. « Championnats d'Europe : Marine Boyer prend le bronze, Mélanie De Jesus Dos Santos quatrième », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « Mélanie De Jesus championne au sol », Sport24,‎ 2018-08-05cest18:20:33+0200 (lire en ligne, consulté le )
  43. « Championnats d'Europe : Mélanie De Jesus Dos Santos en or au sol », sur lequipe.fr, .
  44. « Coupe du monde : cinq victoires bleues à Paris », sur lequipe.fr,
  45. a et b « Les Françaises en finale », sur lequipe.fr,
  46. « Simone Biles titrée par équipes avec les Américaines », sur lequipe.fr,
  47. « Biles record, De Jesus dos Santos sixième », sur sport24.lefigaro.fr,
  48. a b c d et e « Gymnastique : Mélanie de Jesus dos Santos sacrée championne d'Europe du concours général », sur sport24.lefigaro.fr, .
  49. a b c d e f et g Céline Nony, « « C'est la fête dans ma tête » », L'Équipe, no 23638,‎ , p. 29 (lire en ligne, consulté le ).
  50. Céline Nony, « Le retour miraculeux de Mélanie de Jesus Dos Santos », sur lequipe.fr, .
  51. a b et c « Gym: Rien n'arrête De Jesus Dos Santos, reine du concours général », sur la-croix.com, .
  52. a et b Céline Nony, « Mélanie De Jesus Dos Santos sacrée championne d'Europe », sur lequipe.fr, .
  53. « Simone Biles et Mélanie De Jesus Dos Santos à Stuttgart, après Paris », sur lequipe.fr, .
  54. a et b « Championnats d’Europe (Szczecin 2019 ) : Mélanie De Jesus Dos Santos sacrée au concours général », sur gymandnews.com, .
  55. Alexandre Vau, « Entrée réussie pour Mélanie De Jesus dos Santos et Lorette Charpy aux championnats d'Europe de gym », sur francebleu.fr, .
  56. « « Je ne réalise pas » », L'Équipe, no 23636,‎ , p. 33.
  57. Céline Nony, « Mélanie De Jesus Dos Santos 7e en finale des barres avant le sol et la poutre », sur lequipe.fr, .
  58. Céline Nony, « Euro : l'argent et le bronze pour Mélanie De Jesus Dos Santos et Lorette Charpy », sur lequipe.fr, .
  59. Céline Nony, « Euro : Mélanie De Jesus Dos Santos encore sacrée au sol », sur lequipe.fr, .
  60. Théo Dorangeon, « Gymnastique : Mélanie De Jesus Dos Santos, miss Europe », sur leparisien.fr, .
  61. a b c et d Céline Nony (C.N.), « Championnats de France : Mélanie De Jesus Dos Santos et Loris Frasca sacrés », sur lequipe.fr, .
  62. a b et c Céline Nony, « Championnats de France : Mélanie de Jesus dos Santos remporte deux titres supplémentaires », sur lequipe.fr, .
  63. a b et c Céline Nony, « Internationaux de France : Mélanie De Jesus Dos Santos ne disputera pas le sol », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  64. Christophe Lacaze-Eslous, « Gymnastique : « Je veux être une personne normale », assure Mélanie De Jesus Dos Santos », sur leparisien.fr, .
  65. a et b « Internationaux de France (2019) : Suivez les finales par appareil en direct commenté », sur gymandnews.com, .
  66. a b et c Céline Nony, « Championnats du monde : Mélanie De Jesus Dos Santos sans médaille », sur lequipe.fr, .
  67. Céline Nony, « Mélanie De Jesus Dos Santos : «On ne va pas se cacher» », L'Équipe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. a et b « Mondiaux de gymnastique: les Bleues qualifiées pour les JO 2020 », sur sport24.lefigaro.fr, .
  69. « Championnats du monde de Stuttgart : Les Françaises prennent la cinquième place », sur gymandnews.com, .
  70. a et b Céline Nony, « Les deux chutes de Mélanie De Jesus Dos Santos : « un excès de confiance », selon son entraîneur », sur lequipe.fr, .
  71. a et b « Championnats du monde de Stuttgart : Mélanie De Jesus Dos Santos termine son Mondial par deux cinquième place », sur gymandnews.com, .
  72. « Gym: Mélanie De Jesus Dos Santos et Lorette Charpy dans un clip surprenant (VIDEO) », sur zoomdici.fr, .
  73. Céline Nony (C.N.), « Les nouvelles dates des Championnats d'Europe 2020 connues », sur lequipe.fr, .
  74. « Confinement, jour 35: cinq nouveaux décès et moins d'hospitalisations », sur leprogres.fr, .
  75. Alexandre Vau, « Coronavirus : confinées ensemble, les gymnastes stéphanoises continuent de s’entraîner », sur francebleu.fr, .
  76. « Gym: "des abdos et des footings", De Jesus dos Santos détaille sa préparation en confinement », sur rmcsport.bfmtv.com, .
  77. Céline Nony (C.N.), « JO 2020 Gym - Mélanie De Jesus Dos Santos, suite au report des Jeux de Tokyo en 2021 : « C'est beaucoup de frustration » », sur lequipe.fr, .
  78. « Mélanie De Jesus Dos Santos dans la sélection française pour les Championnats d'Europe à Bâle », sur lequipe.fr, .
  79. a b et c Céline Nony, « La promesse de l'or », L'Équipe, no 24364,‎ , p. 26 (lire en ligne, consulté le ) (la version en ligne s'intitule autrement : « Mélanie De Jesus Dos Santos, quadruple championne d'Europe, visera plusieurs médailles aux Jeux de Tokyo »).
  80. Céline Nony, « Euro : Mélanie DJDS et Marine Boyer en finale de la poutre », sur lequipe.fr, .
  81. « Championnats d'Europe de gym : la Française Mélanie De Jesus Dos Santos rafle l'or à la poutre », sur sport.francetvinfo.fr, .
  82. Guillaume Marion (Media365), « Gymnastique - Championnats d'Europe 2021 : Mélanie De Jesus Dos Santos titrée à la poutre », sur sports.orange.fr, .
  83. « DTB-Pokal Team Challenge : Une quatrième place pour les Françaises », sur gymandnews.com, .
  84. Flo Ostermann, « Mélanie De Jesus Dos Santos est votre Championne des Championnes françaises de l’année », sur dicodusport.fr, .
  85. Maxime Valade, « Trophée 2018 », Parlons Sports Magazine, no 3,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le ).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 mai 2019 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 29 mai 2019 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.