Mélanie Delloye-Betancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Betancourt.
Mélanie Delloye-Betancourt
Mélanie Betancourt, 3 ans d'attente, place Saint Michel.jpg
Mélanie Delloye-Betancourt, place Saint-Michel à Paris, lors de la commémoration des 3 ans de captivité d'Íngrid Betancourt.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Conjoint
Leonardo D'Antoni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Mélanie Delloye-Betancourt, née le à Victoria (Seychelles), est une cinéaste et actrice française initialement connue pour l'action médiatique qu'elle a menée de 2002 à 2008 afin d'obtenir la libération de sa mère, Íngrid Betancourt, alors retenue en otage par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'Íngrid Betancourt (femme politique de Colombie) et de son premier mari Fabrice Delloye, diplomate français, Mélanie prend lors de leur divorce en 1989 le nom d'usage Delloye-Betancourt[1], et vit avec son frère Lorenzo auprès de sa mère en Colombie. En 1996, Lorenzo et elle sont les cibles de menaces de mort, leur mère dénonçant les trafics de drogue en Colombie ; elle part alors vivre chez son père en Nouvelle-Zélande. Elle revient trois ans après en Colombie et vit alors entourée de gardes du corps ; à nouveau en danger début 2002 à la suite de l'engagement de sa mère dans la campagne présidentielle colombienne, elle part vivre à Saint-Domingue.

Le , elle apprend par un appel téléphonique l'enlèvement de sa mère par les FARC. Elle se bat alors par différents moyens pour obtenir sa libération, notamment par l'envoi régulier de messages via l'émission de radio Las Voces del secuestro (Les Voix de la séquestration), qui chaque nuit donne la parole aux familles des otages des FARC. En décembre 2006, elle écrit une lettre ouverte aux FARC pour demander une preuve de vie de sa mère (c'est la première fois qu'une telle lettre leur est adressée[réf. souhaitée]). Elle organise également des manifestations, comme une « marche blanche » à Paris le aux côtés de l'épouse du président de la République française Carla Bruni.

Elle retrouve finalement sa mère lors de sa libération le .

Après des études en CPGE littéraire puis universitaires à Paris, où elle fait notamment du russe et de la philosophie à l'université Panthéon-Sorbonne[2], elle vit à New York pendant ses études de réalisation au Graduate Film Program de la New York University.

Elle écrit des scénarios et réalise des films en Europe et en Amérique latine[3]. [Quand ?]

Filmographie[modifier | modifier le code]

en tant que réalisatrice et scénariste
en tant que coscénariste
en tant que scénariste et actrice

Distinction[modifier | modifier le code]

Mélanie Delloye-Betancourt a reçu le prix RTL de la Femme de l'année 2006 « car elle incarne les valeurs de solidarité, générosité et universalité »[6].

Mélanie Delloye a reçu en 2015 pour son rôle dans Aventurera le prix de la meilleure actrice au 5e Festival international de cinéma La Orquídea de Cuenca (Équateur)[7] et au Festival de cinéma de Tandil (Argentine)[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ingrid Betancourt, Mélanie Delloye-Betancourt, Lorenzo Delloye-Betancourt (préface de Elie Wiesel), Lettres à maman, par-delà l’enfer, Le Seuil, 2008 (ISBN 2020977737)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En Colombie, leur état civil la désignait déjà, comme pour tous les citoyens, sous le double nom de ses parents, sans trait d'union : Delloye Betancourt.
  2. Joris Sabi, « Mélanie Delloye : Tout pour ma mère », sur Le Petit Journal,
  3. Mélanie Delloye sur le site Les Valseurs Films, 2013
  4. Pierre-Georges Canu, « Mélanie Bétancourt tourne un court-métrage à Fécamp ! », sur Paris-Normandie,
  5. « L'Homme de ma vie » sur le site Les Valseurs Films
  6. Jean-Marc Morandini, « Mélanie Betancourt, femme de l'année RTL », sur jeanmarcmorandini.com,
  7. « Aventurera »
  8. « Competencia oficial largi metrajes - Aventurera »