Mélangeur de cartes en continu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Machines à Mélange Continu, de l'anglais Continuous Shuffling Machine, ou plus couramment CSM, sont des appareils utilisés pour mélanger les cartes dans les casinos. Ils ont fait leur apparition sur les tables de blackjack, le but étant de contrer le comptage des cartes (technique permettant de battre le casino lorsqu'elle est appliquée correctement), mais aussi d'accélérer le rythme du jeu. En effet, le croupier remet régulièrement les cartes jouées dans la machine qui les mélange a priori aléatoirement avec les autres cartes, ce qui évite les pauses dues à un battage plus traditionnel du jeu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le célèbre livre intitulé Beat The Dealer (1962) de Edward O. Thorp, les compteurs de cartes sont devenus la pire crainte des casinos. Traditionnellement, un casino propose la roulette, le poker, ou encore le Blackjack. Le Blackjack est le seul jeu où un joueur discipliné et talentueux peut battre le Casino. En effet, même si le Poker met en jeu de grandes sommes, ce n'est jamais l'argent du casino qui est mis en jeu, mais celui des autres joueurs. Au Blackjack, le joueur affronte directement le casino.

Le livre Beat the Dealer indique comment procéder pour tirer avantage du Blackjack, et face à la certitude mathématique de la méthode, les casinos ont dû œuvrer pour se protéger, ce qui amena de nouvelles règles, notamment la multiplication du nombre de jeux de cartes (decks) mis en jeu.

Avec l'accès de plus en plus facile à internet, et donc à la connaissance, les compteurs de cartes se sont multipliés, même si la plupart ne présentent pas un réel danger pour les casinos. C'est alors en l'an 2000 que le constructeur Shuffle Master introduisit la première Machine à Mélange Continu, qu'ils dénommèrent The King, Le Roi. En quelques années, beaucoup de casinos ont opté pour cette machine, rendant impossible tout comptage par quelque méthode que ce soit, qui évite d'avoir à repérer les compteurs et de les bannir lorsque c'est possible.

Description et fonctionnement de l'appareil[modifier | modifier le code]

D'apparence imposante, l'appareil est noir, totalement opaque et étonnamment sophistiqué pour un mélangeur de cartes, contrastant très fortement avec les sabots plus traditionnels, en plexiglas, en bois ou en plastique. Il est aussi équipé d'un lecteur optique permettant de reconnaître les cartes.

Le fonctionnement de l'appareil est quant à lui très mal connu, en raison de la discrétion à la fois du constructeur et des casinotiers à l'égard de la machine. Cela conduit les joueurs de Blackjack à beaucoup de suspicion.

Soupçons de triche[modifier | modifier le code]

Comme évoqué précédemment, ces machines sont munies d'une lentille optique, qui permet de reconnaître la valeur de chaque carte, ainsi que sa couleur, en une microseconde. L'opacité de l'appareil fait craindre à certains joueurs une possibilité de triche, par la possibilité qu'il aurait de trier les cartes[1]. En effet, au blackjack, les croupiers jouent selon les règles suivantes : la banque tire à 16, s'arrête à 17. Si l'on se plonge un peu plus en profondeur dans le jeu, on comprend que mathématiquement, les petites cartes intéressent plus la banque que les grosses. Aussi, toutes les techniques de comptage sont basées sur ce principe : plus le jeu contient de Bûches (10, Valet, Dame, Roi, toutes de valeur 10) et d'As, plus le jeu est à l'avantage du joueur. À l'inverse, plus le jeu contient de petites cartes, plus le jeu est à l'avantage de la banque, par conséquent moins le jeu est à l'avantage du joueur. C'est pourquoi beaucoup de joueurs appelés « professionnels », ainsi que les joueurs « habitués », refusent de jouer en présence de CSM[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.guide-blackjack.com/La-fin-du-Blackjack-avec-les.html