Mégrine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mégrine
Vue de l'avenue Habib-Bourguiba
Vue de l'avenue Habib-Bourguiba
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Ben Arous
Délégation(s) Mégrine
Maire Safouen Fessi[1]
Démographie
Population 26 964 hab. (2014[2])
Densité 2 996 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 46′ 07″ nord, 10° 14′ 00″ est
Superficie 900 ha = 9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Mégrine

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Mégrine
Liens
Site web www.commune-megrine.gov.tn/

Mégrine (arabe : مقرين) est une ville de la banlieue sud de Tunis, rattachée administrativement au gouvernorat de Ben Arous. Elle constitue une municipalité comptant 26 964 habitants en 2014[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à cinq kilomètres de la capitale, elle s'ouvre sur le lac de Tunis. Elle est limitrophe des villes de Tunis à l'ouest, de Ben Arous au sud et de Radès à l'est.

Le territoire de la ville comprend des zones marécageuses aux abords du lac, des plaines et des collines sous formes de mamelons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Domaine de Mégrine.

Mégrine est née suite au lotissement du domaine de Mégrine, une exploitation agricole et viticole gérée par la Société anonyme du domaine de Mégrine.

Au début du XXe siècle, le comte Foy, l'un des mandataires de la dite société, assure la continuité de l'exploitation jusqu'en 1924, date à laquelle, ruiné, le domaine est mis en vente. Un groupe d'Italiens fait des offres que le comte accepte mais l'État tunisien, par l'entremise de la direction de l'agriculture et dans le souci d'évincer les ressortissants d'un pays devenant de plus en plus envahissant, préfère les débouter et en fait l'acquisition en 1924 en faveur de la colonisation[3].

Le domaine[4],[5] est vendu sous forme de lots, d'abord des lots suburbains destinés à l'activité agricole dès 1925[6], puis, sur une autre partie du domaine, un lot urbain[7] et un lot de jardins[8]. Ces derniers constituent le centre de Mégrine et portent plus tard le nom de Mégrine-Coteaux. Les ouvriers du domaine habitent aux abords du lac. Cette zone se développe progressivement avec l'arrivée des colons et l'évolution démographique de Tunis. Elle forme ainsi l'une des plus anciennes parties habitées de Mégrine et constitue plus tard la quartier numéro 1, rebaptisé cité Chaker après l'indépendance.

L'évolution urbaine se poursuit avec la construction de la cité Lescure[9], ensemble destiné aux ouvriers avec des loyers modérés. La fusion du Mégrine historique et de la cité Lescure permet la création de la municipalité de Mégrine le 1er juillet 1948 par décret beylical (fonctionnement à partir du 1er janvier 1949).

À l’extrémité orientale de la ville, un autre lotissement est créé en 1953 et porte le nom de Sidi Rezig. De nouveaux quartiers sont construits après l'indépendance, des années 1960 aux années 1980, par la Société nationale immobilière de Tunisie.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le périmètre de Mégrine renferme plusieurs curiosités architecturales :

Les quartiers résidentiels historiques constituent aussi un héritage architectural considérable mais en voie de disparition en raison de multiples destructions :

  • Mégrine-Coteaux : villas de styles différents, surtout des pavillons aux toits en pente (tuilles rouges de Marseille), des maisons de style italien, quelques villas Art déco, néo-mauresque et de style moderniste ;
  • Mégrine Lescure (actuellement Riadh) : quartier pavillonnaire (toits en pente) ;
  • Sidi Rezig : entièrement construit dans le style moderne des années 1950 ;

Certains édifices ont disparu :

  • la Koubba : véranda construite sur le point culminant de Mégrine surplombant ainsi tout le domaine, détruite dans les années 1980 ;
  • le parc Monceau : constituait le parc du château de Mégrine, loti dans les années 1930 (lots de jardins) ;
  • la gare de Mégrine : bâtiment de style mauresque, remplacée par une gare moderne ;
  • plusieurs villas emblématiques de l'époque coloniale (fin des années 1920-début des années 1950).

Transports[modifier | modifier le code]

Train[modifier | modifier le code]

La ville abrite trois gares appartenant à la ligne de la banlieue sud de Tunis :

  • Mégrine Riadh ;
  • Mégrine ;
  • Sidi Rézig.

Bus[modifier | modifier le code]

Mégrine est desservie par cinq lignes de bus de la Société des transports de Tunis :

  • 19E : Place de Barcelone - Terminus de Mégrine Chaker (place de l'UMA) via Saint-Gobain ;
  • 54 : El Mourouj V - Terminus de Mégrine Chaker (place de l'UMA) ;
  • 54A : Mohamedia - Terminus de Mégrine Chaker (place de l'UMA).

Économie[modifier | modifier le code]

Mégrine a conservé son caractère résidentiel bien que la ville soit cernée de plus en plus par des zones industrielles.

Constituée en 1908, la Société métallurgique de Mégrine y installe une fonderie de plomb d'une capacité de 40 000 tonnes.

Monoprix Tunisie a son dépôt central à Mégrine[11].

Sport[modifier | modifier le code]

L'hippodrome de Mégrine se situait sur le domaine de Mégrine et a été en activité de 1884 à 1893.

Un Prix de Mégrine[12],[13] était organisé à l'hippodrome de Ksar Saïd.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 2 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien », Journal officiel de la République tunisienne, no 41,‎ , p. 847-851
  2. a et b (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 27 septembre 2017)
  3. « Société du domaine de Mégrine », Les Annales coloniales, no 115,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  4. Paul Lambert, Dictionnaire illustré de la Tunisie, Tunis, C. Saliba aîné, , 468 p. (lire en ligne), p. 286
  5. Rapport au président de la République sur la situation de la Tunisie en 1924, Tunis, Imprimerie Albert Guénard, , 376 p. (lire en ligne), p. 186
  6. « Vente de lots », L'Ouest-Éclair, no 8734,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  7. « Arrêté du directeur général de l'Agriculture, en date du 21 janvier 1926, relatif à la mise en vente du lotissement urbain de Mégrine », Bulletin de la direction générale de l'agriculture, du commerce et de la colonisation, no 124,‎ premier trimestre 1926, p. 4 (lire en ligne)
  8. « Arrêté du directeur général de l'Agriculture, du Commerce et de la Colonisation, du 4 mars 1933, fixant la date de mise en vente des 41 lots créés dans l'ancien parc de Mégrine et sur des terrains limitrophes », Bulletin de la direction générale de l'agriculture, du commerce et de la colonisation, no 152,‎ premier trimestre 1933, p. 4 (lire en ligne)
  9. « À la cité de Mégrine », Le Journal général des travaux publics et du bâtiment, no 492,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  10. « Concours général agricole de Tunis », Journal de l'agriculture,‎ janvier-juin 1888, p. 895 (lire en ligne)
  11. « Mentions légales », sur snmvt.com (consulté le 27 septembre 2017)
  12. « Courses hippiques à Tunis », L'Écho d'Alger, no 640,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  13. « Les courses de Tunis : le Prix de Mégrine », L'Écho d'Alger, no 3156,‎ , p. 2 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :