Mées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Landes
Cet article est une ébauche concernant une commune des Landes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mée (homonymie).
Mées
Le lavoir de Mées
Le lavoir de Mées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Dax-1
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Dax
Maire
Mandat
Lydia Nigita
2014-2020
Code postal 40990
Code commune 40179
Démographie
Population
municipale
1 752 hab. (2013)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 11″ Nord, 1° 06′ 23″ Ouest
Altitude Min. 1 m – Max. 49 m
Superficie 15,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Mées

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Mées

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mées

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mées

Mées est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Mées est orientée de sud-est à nord-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, il y avait à Mées encore de nombreux marécages. Leur assainissement les a réduits aux actuelles barthes. Les tourbières, dont certaines étaient encore exploitées en 1932, n'ont pas été épargnées. Malgré tout, quelques-unes ont survécu, continuant inlassablement à générer de la tourbe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1799 Pierre Lassere [1]    
1799 1820 Pierre Girons    
1820 1822 Joseph Dumora    
1822 1832 Aimé Double    
1832 1850 Charles Dumora    
1850 1852 Jean-Baptiste Badets    
1852 1956 Charles Dumora    
1856 1866 Pierre Castets    
1866 1870 Pierre Capdepuy    
1870 1872 Pierre Castets    
1872 1876 Charles Dumora    
1876 1876 Édouard Pelletier    
1876 1878 Pierre Capdepuy    
1878 1884 Édouard Pelletier    
1884 1908 Paul Castets    
1908 1919 Urbain Labat    
1919 1929 Émile Bellegarde    
1929 1943 Julien Labat    
1943 1945 Émile Bellegarde    
1945 1947 Jules Ducasse    
1947 1965 Émile Bellegarde    
1965 1983 André Mauvoisin    
1983 1989 Pierre Lorreyte    
1989 mars 2001 José Ducasse [1]    
mars 2001 mars 2014 Alain Bucau DVG Régleur plasturgiste
mars 2014 en cours Lydia Nigita DVG Secrétaire comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 752 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
256 264 266 348 376 400 425 548 556
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
633 662 690 722 758 742 803 762 710
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
720 709 679 641 676 675 679 670 724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
759 974 987 1 009 1 311 1 377 1 646 1 679 1 730
2013 - - - - - - - -
1 752 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a à Mées une école maternelle et une école primaire, accolées.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Le club de football de Mées s'appelle le FC Mées[4]. On trouve également à Mées deux courts de tennis et un fronton destiné à la pratique de la pelote basque. Il y a aussi un terrain de basket.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

81 odonymes recensés à Mées
au 12 janvier 2014
Allée Avenue Bld Chemin Cité Impasse Parvis Place Quai Rd-point Route Rue Square Villa Autres Total
1 [N 1] 4 [N 2] 0 11 0 14 0 1 [N 3] 0 0 27 20 [N 4] 0 0 3 [N 5] 81
Notes « N »
  1. Allée des Pommiers.
  2. Avenue de l'Océan, avenue de Matalin, avenue Émile-Bellegarde et avenue Émile-Despax.
  3. Place de la Passée.
  4. Dont rue du 19-Mars-1962.
  5. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste de Mées.
  • Croix de saint André : il existe dans une falaise à proximité de la ville une croix de saint André en bois de plusieurs mètres de diamètre. Sa position, à plus de cent mètres de hauteur, et la nature de la roche à proximité la rendent quasi-inaccessible. Les raisons et les hommes l'ayant placée là restent un mystère.
  • Lavoir du XXe siècle
  • Kiosque à musique, près de l'école communale

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les tourbières de Mées sont un site naturel remarquable géré par le conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine[5] depuis 1996 en partenariat avec la commune et l'ONF. D'une valeur écologique exceptionnelle, ce site fait partie du réseau Natura 2000.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]