Médias sociaux en gestion d'urgence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les médiaux sociaux en gestion d'urgence (MSGU) sont un concept mis en oeuvre par des équipes en soutien opérationnel virtuel. Il consiste en la gestion des urgences et à la gestion des catastrophes, en tirant parti des nouvelles technologies, notamment via Internet et les médias sociaux.

La création du terme MSGU date de l’hiver 2012. Il est une traduction du terme anglais SMEM (Social Media in Emergency Management).[1]

Historique[modifier | modifier le code]

La naissance du concept de MSGU pourrait dater d'octobre 2012 lors de l'ouragan Sandy. 20 millions de tweets ont circulé pendant l’évènement. Twitter a permis à des milliers d’américains de diffuser des informations en temps réel, et ce excessivement rapidement. Ce moyen de communication est apparu très efficace pour la communication entre autorités, services d’urgence et population. Mais certaines limites ont été également pointées par les autorités qui ont dû réguler spécifiquement les rumeurs et la désinformation.[2]

A partir de ce moment là les pouvoirs publics de divers pays ont commencé à s'intéresser à cette question.

Usages des MSGU[modifier | modifier le code]

Les médias sociaux appliqués à la gestion d'urgence ou de crise servent à:

  • collecter de l'information (principe d'information montante)
  • communiquer pour les autorités publiques (principe d'information descendante)

Les domaines d'application des MSGU sont vastes:

  • risques naturels et environnementaux (avalanche, feu de forêt, inondation, mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme ou éruption volcanique)
  • risques technologiques (industriel, nucléaire, biologique, rupture de barrage, de transports collectifs ou de matières dangereuses)
  • risques sanitaires et géopolitiques (pandémie, terrorisme, guerre civile, maintien de l'ordre)


Avantages[modifier | modifier le code]

  • Aider et orienter les autorités de protection/sécurité civile les citoyens en difficulté ou en panique
  • Avoir une meilleure compréhension de l’événement, détecter des signaux faibles ou des angles morts
  • Relayer la communication des autorités publiques
  • Accéder plus rapidement à l’information en temps réel
  • Contribuer à sauver des vies (géolocalisation, messages de prévention, accélération recherches, détection personnes sinistrées/disparues,…)
  • Vérifier, corriger l’événement et couper court aux rumeurs, détecter les fakes news
  • Dialoguer et collaborer avec les citoyens
  • Disposer en amont et pendant l’événement de relais/alliés sérieux et fidèles
  • Replacer le citoyen acteur de la sécurité civile et de sa sécurité et le sensibiliser à aider toute personne.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

  • Submersion de trop d'informations, difficulté à trier et organiser l'info
  • Traitement chronophage
  • Selon la durée de la crise, le coût en ressources humaines peut être important
  • Charge mentale des opérateurs
  • Gestion des bad buzz

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le principe des MSGU est rendu possible par plusieurs phénomènes:

  • l'équipement massif des citoyens en smartphone [3] qui a dopé le partage de l'information en mobilité (texte, photos, vidéos)
  • l'adoption des réseaux sociaux par une majeure partie de la population
  • le phénomène de viralité des réseaux sociaux

Les outils des MSGU[modifier | modifier le code]

Recherche d'informations[modifier | modifier le code]

Des outils de curation de contenu peuvent être utilisés, mais peuvent conduire à des angles morts. L'adoption au fur et à mesure par tous les médias sociaux du hashtag est un des moyens de récupérer de l'information thématique. Ces hashtag peuvent être plusieurs ordres, faisant référence au lieu de la crise, au phénomène (par exemple #inondations ou #attentat). Les modes de recherche avancée des réseaux sociaux sont également précieux. Ils permettent d'aller chercher des informations précises en éliminant le « bruit » généré par la crise et la viralité inhérente aux réseaux sociaux. Des recherches d'informations géolocalisées sont également précieuses. En effet les tweets, posts, stories peuvent contenir une information de localisation précieuse (soit parce que indiquée par l'utilisateur, soit récupérée par la géolocalisation de l'appareil) pour géolocaliser précisément l'information mais aussi authentifier la provenance et éviter les fausses informations.

Mise en forme de l'information[modifier | modifier le code]

Des tableurs seront utilisés afin de rassembler sur un seul support toutes les informations récoltées.

Des esov utilisent également, lorsque l'intérêt est probant, la cartographie opérationnelle pour géolocaliser les informations remontées des médias sociaux ou diffuser de l'information au citoyen autrement que par texte. Cela donne ainsi une plus grande intelligibilité à une situation.

Lutte contre les fausses informations[modifier | modifier le code]

À l'occasion de chaque crise, les médias sociaux sont sujets à diffusion de fausses informations [4]. Il peut s'agir d'informations non vérifiées, partielles ou mensongères. On le retrouve particulièrement dans la diffusion d'images ou de vidéos qui ne font pas référence à l’événement en cours. Pour cela, il convient d'utiliser des outils de vérification des faits ou fact-checking.

Vers un usage dans le quotidien[modifier | modifier le code]

En France, grâce au projet NexSis, le développement de l'usage du smartphone nécessitent aux opérateurs de s'adapter à ces évolutions technologiques entraînant de nouveaux usages [5],[6] et attentes dans le contact des citoyens avec les opérateurs d'urgence. Ainsi les services de secours passeront au cours des prochaines années de « centres de réception d'appels d'urgence » à « centres de réception de communications d'urgence ». Ainsi « l'appel à l'aide » ne passera plus nécessairement par la voix, mais aussi par la data (E-call), diffusion cellulaire, messagerie instantanée, AML [7], photos, vidéos.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]