Médecine transfusionnelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La médecine transfusionnelle est une branche de la médecine concernée par la transfusion de sang et de dérivés sanguins. La banque de sang est la section du laboratoire de biologie clinique ou des techniciens de laboratoire traitent et distribuent le sang et ses dérivés sous la supervision d'un médecins, souvent spécialisé en pathologie ou en Médecine transfusionnelle. Le centre de transfusion, également sous la supervision d'un médecin qui peut être spécialisé en Médecine Transfusionnelle, est le lieu qui collecte et conditionne le sang et ses dérivés.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1628, le médecin anglais William Harvey découvre la circulation sanguine.
Peu après, la première transfusion est tentée. En 1665 un autre médecin anglais Richard Lower réussit une transfusion sanguine entre deux chiens pour les garder en vie[1].

Karl Landsteiner est reconnu comme le père de la transfusion sanguine. On attribue à Jan Janský la paternité du système ABO qui classifie le sang humain en quatre groupes sanguins (A, B, AB, O).

Différences nationales de spécialisation médicale[modifier | modifier le code]

Danemark[modifier | modifier le code]

Au Danemark, la médecine transfusionnelle est couverte par la spécialité d'"immunologie clinique".

États-Unis d'Amérique[modifier | modifier le code]

La « transfusiologie » n'est pas un terme reconnu aux États-Unis où la médecine transfusionnelle est une spécialité reconnue par l'American Board of Pathology[réf. souhaitée] et réservée aux médecins, qui provenant d'autres spécialités comme la pathologie, l'hématologie, l'anesthésiologie ou la pédiatrie, peuvent être certifiés en médecine transfusionnelle après un stage d'un à deux ans. Les médecins certifiés en médecine transfusionnelle sont formés dans la sélection et la gestion du sang et des dérivés sanguins, en immuno-hématologie, en aphérèse, en récolte de cellules souches, en thérapie cellulaire et en coagulation. Ils sont souvent consultés par d'autres médecins ayant besoin d'un avis d'expert sur les sujets listés ci-dessus.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, la médecine transfusionnelle est une sous-spécialité de l'hématologie.

Les risques sérieux liés à la transfusion sanguine (SHOT - « Serious Hazards of Transfusion ») ont entraîné des recherches sur les effets des erreurs de transfusion dans le but d'améliorer la sécurité des patients[2]. Ces études ont induit une formation plus large du staff médical au Royaume-Uni ainsi qu'un système central d'enregistrement des erreurs transfusionnelles[3].

Il y a un programme d'éducation permanente (BBCEP, « Better Blood Continuing Education Programme ») organisé par l'EUB, branche du service national de transfusion sanguine écossais (SNBTS).L'EUB  est composé de plusieurs professionnels de santé spécialisés. Le but du programme est d'améliorer la pratique de la médecine de transfusion. Le programme est revu chaque année en janvier[4].

Au Royaume-Uni, il y a une inquiétude constante que la transfusion sanguine puisse transmettre la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Highlights of Transfusion Medicine History », aabb.org (consulté le 1er janvier 2009)
  2. (en) « Serious Hazards of Transfusion – Aims, Scope and Terms of Reference » (consulté le 30 décembre 2008)
  3. (en) Fiona Regan et Clare Taylor, « Clinical review Recent developments Blood transfusion medicine » (consulté le 30 décembre 2008)
  4. (en) « Better Blood Transfusion continuing education programme », SNBTS (consulté le 1er janvier 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]