Médan (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Médan
Médan (Yvelines)
La mairie.
Blason de Médan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Intercommunalité CU Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Karine Kauffmann
2020-2026
Code postal 78670
Code commune 78384
Démographie
Gentilé Médanais
Population
municipale
1 346 hab. (2019 en diminution de 4,27 % par rapport à 2013)
Densité 472 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 15″ nord, 1° 59′ 49″ est
Altitude 63 m
Min. 18 m
Max. 171 m
Superficie 2,85 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Verneuil-sur-Seine
Législatives 6e circonscription des Yvelines
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Médan
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Médan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Médan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Médan
Liens
Site web villemedan.fr

Médan est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Médanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Médan dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Description[modifier | modifier le code]

Ambiance de la commune : la rue Pierre Curie.

Petite ville résidentielle en bord de Seine, elle fut au XIXe siècle la résidence de l'écrivain Émile Zola.

La commune se trouve dans la vallée de la Seine, dans le nord-est des Yvelines, à 12 kilomètres environ au nord-ouest de Poissy et à 16 kilomètres au nord-ouest de Saint-Germain-en-Laye, chef-lieu d'arrondissement et à 23 kilomètres au nord-ouest de Versailles, préfecture du département et à 26 kilomètres de Paris.

Le territoire communal est relativement petit. Avec 285 hectares, il équivaut à un tiers de la moyenne yvelinoise. Il est constitué de deux parties, à l'ouest un plateau en pente vers le nord-est s'étageant entre 170 et 70 mètres d'altitude, à l'est, le long de la Seine, une bande étroite, d'environ un kilomètre de large à 20-25 mètres d'altitude et entre les deux un talus assez abrupt et boisé.

Il englobe également une partie de l'île du Platais, accessible seulement par bateau.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les bords de Seine à Médan.

Médan est une commune riveraine du fleuve] la Seine, située sur la rive gauche du fleuve.

En 2015, l'aménagement de la plage de Médan est souhaité par la municipalité pour séduire les touristes qui pourront également aller visiter la maison de l'écrivain Émile Zola[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Les communications sont assurées principalement par les routes départementales RD 164 et RD 154. La première dessert le centre du village qu'elle traverse dans le sens nord sud reliant le centre de Villennes-sur-Seine au sud et aboutissant à la RD 154, à l'entrée de Vernouillet au nord. La seconde, partiellement à 2 x 2 voies, contourne Médan par l'ouest. Elle donne accès vers le sud à la RD 113, au lieu-dit la Maison Blanche »dans la commune d'Orgeval, et se poursuit en direction des Mureaux vers le nord et de la rive droite de la Seine vers l'est grâce au pont de Triel-sur-Seine mis en service en 2003 entre Vernouillet et Triel-sur-Seine.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La voie ferrée au droit de l'ancienne halte de Médan.

Sur le plan ferroviaire, la commune est traversée par la ligne Paris-Le Havre, qui compte ici deux voies seulement, mais ne bénéficie plus des services de banlieue de la relation Paris-Saint-Lazare - Mantes-la-Jolie par Poissy car la halte à desserte périodique (Médan) n'est plus desservie.

Sentier de randonnée[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 1 (tour de l'Île-de-France) traverse le bois des Bruyères dans l'ouest de la commune. Il relie Vernouillet au nord à Orgeval au sud.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat à Médan est un climat tempéré de type océanique dégradé caractéristique de celui de l'Île-de-France. Les températures moyennes s'échelonnent entre 2 et 5 °C en hiver (janvier) et 14 et 25 °C en été (juillet)[2]. La pluviométrie moyenne, relativement basse, s'établit à environ 600 mm par an. Les mois les plus pluvieux vont d'octobre à janvier.


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Médan est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[6] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[9],[10].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 64,73 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 12,49 % d'espaces ouverts artificialisés et 22,78 % d'espaces construits artificialisés[11].

Le territoire de la commune est majoritairement rural (65 %), l'urbanisation étant cantonnée surtout en bord de Seine.

L'espace rural comprend environ 40 % de bois qui se trouvent principalement dans le sud-ouest du territoire (bois des Bruyères, où se trouve le point culminant de la commune) et dans diverses parcelles dispersées. Le reste est consacré à l'agriculture et à l'élevage.

L'espace habité se compose d'un noyau ancien près de l'église et du château qui s'est développée dans la partie basse le long de la Seine entre la voie ferrée et la RD 164. Il s'est développé plus récemment dans la partie haute sur le rebord du plateau, ainsi qu'au lieu-dit « Les Renardières » à la limite de Villennes-sur-Seine. Il comprend essentiellement des habitations individuelles.

Les zones d'activités ne représentent que 1,1 % du territoire (1 ha).

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 657, alors qu'il était de 686 en 2013 et de 683 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 82 % étaient des résidences principales, 12,4 % des résidences secondaires et 5,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 82,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 6,4 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Médan en 2018 en comparaison avec celle des Yvelines et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (12,4 %) supérieure à celle du département (2,6 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 85 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (86,7 % en 2013), contre 58,6 % pour les Yvelines et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Médan en 2018.
Typologie Médan[I 1] Yvelines[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 82 91,1 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 12,4 2,6 9,7
Logements vacants (en %) 5,6 6,3 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Magedon au IXe siècle[12], Magedan, Meden en 1213[13] et Medan.

Venant du gaulois magos (plaine ou marché agricole) et duno (ville), signifiant probablement « marché fortifié »[12].

Le nom de Medan, avec -e-, ne plaisait pas à Émile Zola qui y acquit une maison en 1878. « Tant pis, on mettra un accent aigu qui passera dans l’histoire », déclara-t-il. Le succès du livre, intitulé "Les Soirées de Médan", a en effet fait passer à la postérité la forme "Médan".

Histoire[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle Médan, qui était composé d'un manoir féodal, de 24 hospices, d'une église, d'un moulin, de cultures de prés et de vignes était un domaine possédé par l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. On dit que Charles le Chauve y fut baptisé[14].

L'église actuelle date du XVe siècle.

Au XVIe siècle, le château est fréquenté par Ronsard ainsi que du Bellay, de Baïf et les autres poètes de la Pléiade qui viennent y chasser y écrire des poèmes et épigrammes en hommage à leur mécène et hôte des lieux, Jean II Brinon.

Émile Zola y achète une maison en 1878 qui devient le lieu de réunion des naturalistes[15] : les Soirées de Médan.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie-école.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[16], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Yvelines et à son arrondissement de Saint-Germain-en-Laye après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1793 à 1967 du canton de Poissy de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place des Yvelines, la ville intègre le canton de Poissy-Nord [17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Verneuil-sur-Seine

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription des Yvelines.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Médanétait membre depuis 2011 de la communauté d'agglomération des Deux Rives de Seine, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2006 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

La loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (loi MAPAM) imposant la création d'intercommunalités de taille importante en secponde couronne parisienne afin de pouvoir dialoguer avec la métropole du Grand Paris créée par cette même loi[18], cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[19]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1925   M. Bouffard    
         
1966 juin 1995 Louis Bois[20]    
juin 1995 1998 Christian Metz   Décédé en fonction
1998 2014 Serge Goblet[21] SE Informaticien, conseil aux entreprises
2014 En cours
(au 12 octobre 2021)
Karine Kauffmann   Formatrice dans l’hôtellerie
Réélue pour le mandat 2020-2026[22],[23]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2019, la commune comptait 1 346 habitants[Note 3], en diminution de 4,27 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172203221203199206199206190
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
196199190177191198231252260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
265257272281388413417437556
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5405969681 0681 3871 3931 4751 4871 417
2017 2019 - - - - - - -
1 3751 346-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,3 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 663 hommes pour 693 femmes, soit un taux de 51,11 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,32 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
1,0 
6,0 
75-89 ans
5,8 
18,5 
60-74 ans
18,3 
27,6 
45-59 ans
25,5 
15,1 
30-44 ans
17,5 
14,5 
15-29 ans
15,7 
17,3 
0-14 ans
16,1 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2018 en pourcentage[28]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,3 
5,7 
75-89 ans
7,7 
13,4 
60-74 ans
14,5 
20,6 
45-59 ans
20,3 
19,8 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
17 
21,5 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire Émile-Zola.

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune a fait implanter un système de vidéosurveillance protégeant les entrées de la communes et ses points stratégiques[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de Médan.
Le château de Médan.
La maison d'Émile Zola.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Médan : édifice remontant au XVe siècle, agrandi au XIXe siècle.
    Le poète Pierre de Ronsard y a séjourné au XVIe siècle, accueilli par le seigneur de l'époque, Jean Brinon. Maurice Maeterlinck y réside de 1924 à 1938.
    Inscrit monument historique le [31].
  • La maison d'Émile Zola est située 26, rue Pasteur. Acquise par l'écrivain en 1878, elle est agrandie de part et d'autre par deux tours surélevées, une tour carrée d'un côté en 1879, en haut de laquelle Zola avait son cabinet de travail, une tour hexagonale de l'autre en 1885. Elle est léguée à la mort de l'écrivain en 1902 à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, qui l'a entre autres utilisé comme pouponnière pour les enfants convalescents[20] .
    Après une longue période de fermeture, la maison restaurée rouvre au public en octobre 2021 et comprend désormais un musée dédié au Capitaine Dreyfus dirigé par Philippe Oriol[32],[33]
  • Lavoir du XIXe siècle, rue Pasteur, dans la cour de la mairie[34].

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Emile Zola devant sa maison.
  • Mireille Havet (1898-1932), écrivaine française, figure marquante des Années folles, est née à Médan.
  • Maurice Maeterlinck (1862-1949), écrivain belge, prix Nobel de littérature 1911, résida au château de Médan de 1924 à 1938. Il y écrivit l'Araignée de verre[35].
  • Guy de Maupassant, y a résidé[36]
  • Ronsard (1524-1585), le « prince des poètes », a séjourné au château de Médan, ainsi que Du Bellay, de Baïf et les autres poètes de la Pléiade qui viennent y chasser y écrire des poèmes et épigrammes en hommage à leur mécène et hôte des lieux, Jean Brinon seigneur de Médan[35].
  • Pierre Gilbert de Voisins (1684-1769), marquis de Villennes, magistrat et administrateur, était châtelain de Médan.
  • Émile Zola (1840-1902), écrivain naturaliste, résida à Médan dans une maison de campagne achetée en 1878 jusqu'à la veille de sa mort en 1902.

Médan dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Médan (Yvelines) Blason
D'or à la bande d'azur accompagnée en chef d'une feuille de papier d'argent et d'une plume du même et de sable, et en pointe d'un château de deux tours d'argent couvert de sable
Détails
La feuille de papier et la plume à écrire rappellent les écrivains de Médan, le château à deux tours symbolise le château de Médan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Médan », p. 667–670

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Médan », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Médan : la plage veut à nouveau séduire les touristes », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Climat des Yvelines sur le site de Météo-France.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  12. a et b Stéphane Gendron, Les noms des lieux en France: essai de toponymie - Page 91
  13. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  14. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti.
  15. La maison d'Émile Zola sur le site des Cahiers naturalistes
  16. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Le Parisien, « C'est parti pour une agglo de 400 000 habitants », (consulté le )
  19. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org (consulté le 30 octobre 2021)
  20. a et b Thomas Richardson, « Décès de Louis Bois, ancien maire de Médan et admirateur de Zola : Maire de Médan de 1966 à 1995, grand admirateur de Zola, Louis Bois est décédé le 7 mai dernier à 96 ans », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Émotion après la mort de Serge Goblet : Maire de Médan de 1998 à 2014, Serge Goblet a été emporté par un cancer la semaine dernière… », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C’est en cours de mandat, que Serge Goblet était devenu maire de Médan, à l’âge de 39 ans, au décès de Christian Metz – dont il était le premier adjoint - emporté lui aussi brutalement par un cancer. Il avait été successivement réélu en 2001 et 2008, mais ne s’était pas représenté en 2014, après un troisième mandat compliqué ».
  22. a et b Thomas Richardson, « Municipales à Médan : la maire sortante veut faire renaître les bords de Seine : Maire de Médan (Yvelines) depuis 2014, Karine Kauffmann, 49 ans, sollicitera un nouveau mandat en mars prochain », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Après avoir été conseillère municipale dans l’opposition pendant trois ans, elle avait été élue maire de Médan en 2014 ».
  23. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Médan (78384) », (consulté le ).
  28. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  29. Église Saint-Germain de Médan, base Mérimée
  30. Le Patrimoine des communes des Yvelines, Paris, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), p. 669.
  31. Château de Médan, base Mérimée
  32. Thomas Richardson, « Médan : le musée Dreyfus ouvrira au public le 28 octobre : Situé à Médan (Yvelines), à côté de la maison de Zola, le premier musée consacré à l'Affaire Dreyfus ouvrira au public à compter du 28 octobre », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Alain Piffaretti, « Quel est ce musée de l'affaire Dreyfus que Macron a inauguré à Médan ? : Le musée Dreyfus ouvre ses portes dans la ville de Médan, au sein même de la maison d'Emile Zola. L'occasion de revenir sur la célèbre affaire, mais aussi d'y réfléchir sur des questions toujours d'actualité, comme la laïcité, le racisme et l'antisémitisme », Les Échos,‎ 26/10/2021 mis à jour le 27/10/2021 (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Médan : 71 000 € pour restaurer un lavoir : Situé rue Pasteur, le lavoir de Médan a été restauré grâce notamment au soutien financier du Département des Yvelines », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. a et b Journées du patrimoine - Yvelines
  36. L'Echo Régional, supplément gratuit au N°3106 du 12 septembre 2008 - Guide du Val d'Oise 2008-2009 : Sur la trace des écrivains