Märklin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Märklin
logo de Märklin
Création 1859
Fondateurs Theodor Friedrich Wilhelm Märklin
Slogan Technik erfahren
Siège social Drapeau d'Allemagne Göppingen (Allemagne)
Direction Florian Sieber (PDG)
Activité Modélisme ferroviaire
Produits Trains miniatures
Filiales Trix, Minitrix, LGB
Site web http://www.marklin.de

Märklin est un fabricant allemand de trains miniatures. La société est fondée à Göppingen en 1859 et était alors spécialisée dans les accessoires de maisons de poupée. Ce n'est qu'un peu plus tard qu'elle se spécialise dans les jouets « pour garçons » : jeu de construction, petites machines à vapeur, véhicules routiers et train à traîner. Märklin est ainsi devenu un important groupe européen de modélisme ferroviaire. La firme possède même un musée qui lui est consacré dans sa ville d'origine.

Le musée Märklin

Plusieurs spécialistes affirment[réf. nécessaire] que le modèle phare de Märklin est la légendaire locomotive helvétique connue sous le nom de "Crocodile" : celle-ci a en effet souvent figuré dans le catalogue de la marque en HO principalement, mais aussi en 00, en Z et en 1.

Ancien modèle de Crocodile

Histoire[modifier | modifier le code]

Réclame pour les jouets Maerklin en 1923 (L'Illustration)
Jeu ancien d'initiation à l'électricité (Musée Märklin)

En 1859, Theodor Friedrich Wilhelm Märklin est fabricant de petites cuisines pour les poupées. En 1891, les fils du fondateur de la société fabriquent un premier train à mouvement d'horlogerie avec voie modulaire en forme de 8. C'est elle qui va peu à peu imposer des écartements de voie qui deviendront les standards internationaux actuels[réf. souhaitée]. C'est d'abord en 1891, le 1 (Eins) soit le 1/32 avec une voie de 45 mm de large (maintenant désigné par I, chiffre romain).Dès 1895, les premiers trains électriques et à vapeur en écartement 1 ; fabrication de bateaux en métal (paquebots, cuirassés...) voient le jour. 1900 voit l'introduction de l'échelle 0 soit le 1:45 avec une voie de 32 mm d'écartement.Dès 1935, le fabricant introduit l'échelle 00 (1:76) qui préfigure l'échelle HO, les deux systèmes compatibles utilisent une voie de 16,5 mm d'écartement entre deux rails, devenue le standard international. L'alimentation du matériel roulant fait appel au courant alternatif 20 volts, l'inversion du sens de marche par une surtension momentanée du courant envoyé dans la voie.En 1937, une gamme complète de voies, accessoires, locomotives et wagons est disponible. Märklin expose un important réseau à la Foire de Nuremberg.En 1972, considérant ne pas pouvoir se démarquer de la concurrence avec l'échelle N (1:160), la société présente l'échelle Z (1:220 avec une voie de 6,5 mm d'écartement).

La Central Station

Le 4 février 2009, Märklin dépose son bilan au tribunal de Göppingen[1]. Plusieurs repreneurs potentiels se déclarent mais Le , les dirigeants de Märklin annoncent une sortie de crise et nomment comme PDG Stefan Löbich[2].

Rachats d'autres sociétés[modifier | modifier le code]

Après avoir racheté la société Hamo en 1966, Märklin proposera une version « 2 rails à courant continu » de son matériel sous cette dénomination jusqu'en 1995.

Dans les années 1980, Märklin rachète son concurrent Trix et harmonise les deux gammes, spécialisant Trix dans le système à courant continu (HO 1:87) et dans l'échelle N sous la marque Minitrix.

En 2006, Märklin rachète la firme Lehmann Gross Bahn (LGB) spécialisée dans les trains de jardin.

Le système Märklin[modifier | modifier le code]

Système Märklin à picots de contact au milieu de la voie. De gauche à droite, les gammes K, C et M.

Le système Märklin est basé sur l'usage d'un troisième rail inséré dans le ballast avec des picots dépassant de la voie pour assurer un contact électrique. Les deux rails extérieurs sont connectés électriquement. Ceci permet un câblage simplifié notamment sur les boucles de retournement avec un aspect 'deux rails' restant réaliste. Cependant, certaines anciennes sections de voie M possèdent un troisième rail visible en continu. Ces anciennes voies sont globalement compatibles avec le matériel plus récent. Le dernier type de voie sorti est la voie C pour « Click » dont la voie est posée sur un ballast en plastique. Cette voie est prévue pour les enfants car facilement montable et démontable et résistant à l'écrasement.

Le système Märklin est incompatible avec les matériels des autres constructeurs. Les roues étant reliées électriquement causent des courts-circuits sur les voies classiques « 2 rails à courant continu ». Le profil des roues est aussi différent (norme NEM 340). De plus, pendant longtemps, Märklin a été la seule marque à utiliser du courant alternatif pour ses trains à l'échelle H0, bien que dans les années 1960, Fleischmann, HAG, Röwa, Roco et d'autres ont produit des trains pour le système Märklin. Quelques modélistes ont converti les matériels Märklin pour des voies en courant continu 2 rails, et après le rachat de HAMO, Märklin a commencé à proposer des locomotives à courant continu, d'abord sous la marque HAMO puis sous la marque Trix après son rachat. De nos jours, beaucoup de véhicules Märklin sont disponibles pour courant continu.

Märklin Digital[modifier | modifier le code]

Märklin Digital a été le premier système de contrôle numérique de matériel ferroviaire, développé conjointement avec Lenz et présenté au salon du jouet de Nuremberg en 1979 (décodeur c80). Il consistait en un système complet de décodeur inséré dans les locomotives, (basé sur un composant Motorola), centrale de contrôle, une interface avec un ordinateur, décodeurs d’accessoires, de relais numériques et de modules S88 de rétro signalisation.

Une évolution est survenue en 1993/1994, pour augmenter le nombre de fonctions adressables (1+4), gérer le sens de la marche.

En 2004 Märklin a annoncé une nouvelle génération de composants numériques sous le nom de Märklin Systems incluant de nouvelles centrales de contrôle et des décodeurs de locomotive qui supportent les communications bidirectionnelles. C'est-à-dire, ils peuvent se déclarer eux-mêmes sur le contrôleur afin d’éviter des conflits d'adressage numérique. Märklin en collaboration avec ESU ont produit de nouveaux décodeurs qu'ils identifient comme mFx.

Les centrales Märklin ne sont pas à l'origine compatibles avec le standard DCC mais en 2008, une nouvelle version de centrale fabriquée par Märklin a fait son apparition : avec écran couleur et gestion des protocoles Digital Command Control (depuis la Version 1.2.5 du micrologiciel interne), permettant de commander la quasi-totalité des décodeurs vendus sur le marché et ainsi d'être compatible avec les matériels de la concurrence (gestion de matériel roulant 2 rails continu numérisé) La dernière télécommande sortie par Märklin est la Central Station qui peut gérer jusqu'à 9 999 locomotives.

En 2014, la société met au point le décodeur numérique mFx+ qui permet non seulement une simulation du poste de conduite (uniquement avec la Central Station), mais aussi une simulation de la consommation en charbon, en sable, ou même en diesel selon le type de locomotive.

La Mobile Station Märklin

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Märklin : miroir de son temps Eric de Ville/Alain van den Abeele ISBN 2884680152
  • Märklin, du train jouet au train miniature 1919-1954 Claude Jeanmaire ISBN 3856491082

Liens externes[modifier | modifier le code]