Mâkhi Xenakis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mâkhi Xenakis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Père
Mère
Autres informations
Site web

Mâkhi Xenakis, née en 1956 à Paris, est une dessinatrice, sculptrice et écrivaine française.

Ses livres sont édités aux éditions Acte Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plasticienne et auteure, Mâkhi Xenakis est la fille du compositeur et architecte Iannis Xenakis et de la romancière et journaliste Françoise Xenakis.

Ses œuvres figurent dans des collections publiques telles que le Centre Pompidou, la Manufacture nationale de Sèvres et des Gobelins ou le FMAC de la ville de Paris.

Ses livres sont publiés aux éditions Actes Sud. Iannis Xenakis, un père bouleversant a reçu le prix « Coup de cœur » du Prix des Muses de la fondation Singer-Polignac.

Elle dessine et peint depuis l'enfance. Après un bac scientifique, elle étudie l’architecture avec Paul Virilio et crée des décors et des costumes pour le théâtre, notamment avec Claude Regy.

En 1987, grâce à une bourse Villa médicis hors les murs, elle s’installe à New York pour peindre jusqu’en 1989. Elle y fait une rencontre décisive avec Louise Bourgeois qui, entre autres, provoquera la publication en 1998 de son premier livre, Louise Bourgeois, l’aveugle guidant l’aveugle, aux éditions Actes Sud. Dans ce livre, à la recherche des lieux d'enfance de Louise elle nous dévoile petit à petit les liens secrets qui s'établissent entre ceux ci et l'œuvre de Louise Bourgeois et nous plonge dans la complexité et les mystères du processus de création.

Parallèlement, elle réalise ses premières sculptures qu'elle expose en 1999 à Paris et Gennevilliers, accompagnée du livre Parfois seule.

En 2001, elle expose ses dessins et ses sculptures à l'hôtel d'Albret et publie Laisser venir les fantômes.

En 2004, invitée à exposer des sculptures à la Salpêtrière, elle découvre dans les archives de l’assistance publique l’enfer carcéral vécu par des milliers de femmes depuis Louis XIV et publie Les folles d’enfer de la Salpêtrière. Elle présente parallèlement un ensemble de 260 sculptures dans la chapelle de la Salpêtrière.

Elle publie en 2008 Laisser venir les secrets et, en 2009, est invitée par la manufacture de Sèvres à créer une sculpture en céramique, à tirage limité, intitulée La Pompadour. Elle publie également La Pompadour avec des textes de David Caméo et Gilbert Lascault.

En 2012, retrouvant ses questionnements sur les mécanismes du processus de création qui l’avaient poussée à écrire son livre sur Louise Bourgeois, elle se tourne vers les archives de son père, le compositeur et architecte Iannis Xenakis, et est commissaire d'une exposition au MUba Eugène Leroy de Tourcoing : « Iannis Xenakis, dessinateur à l’aube de l’œuvre ».

À partir de 2013, elle prend en charge la diffusion et la numérisation des archives de son père le compositeur de musique Iannis Xenakis.

En 2015, elle poursuit ce travail par un livre : Iannis Xenakis, un père bouleversant. Toujours à la recherche des questions autour de l'origine de l'œuvre, elle nous plonge cette fois-ci dans le processus de création de celle de son père à partir de ses archives personnelles, musicales et architecturales. Dans la seconde partie du livre, elle tente de comprendre comment face à ce père singulier, elle s'est elle-même construite.

En 2018, paraît aux éditions Actes Sud son nouveau livre : Louise, sauvez moi ! Écrit à partir des retranscriptions manuscrites de ses conversations avec Louise Bourgeois sur plus de vingt ans ainsi que d’autres souvenirs importants de sa vie durant cette période. Elle nous fait découvrir une Louise Bourgeois plus intime ainsi que l'évolution de sa propre création indéniablement liée aux deux figures tutélaires que sont son père et Louise Bourgeois.

Elle est également co-commissaire avec Thierry Maniguet de l'exposition consacrée à son père, pour le centenaire de sa naissance, qui a lieu à la Cité de la Musique du au . À cette occasion, son livre Iannis Xenakis, un père bouleversant est réédité et augmenté d'une postface dans laquelle elle nous fait découvrir de nouvelles archives.

Prix, bourses[modifier | modifier le code]

Collections publiques (dessins, sculptures)[modifier | modifier le code]

Principales expositions[modifier | modifier le code]

1993
  • « Autoportraits », La Box, Bourges
1999
  • « Sculptures, dessins », galerie Edouard Manet, Gennevilliers ; galerie Alain Le Gaillard, Paris
2000
  • « Parfois seule », Le Méjan, Arles
2002
  • « Morceaux, livre d’artiste, pastels, sculptures », musée Zadkine, Paris
  • « Laisser venir les fantômes, dessins, sculptures », hôtel d’Albret, Paris
2003
2004
  • « Les folles d’enfer de la Salpêtrière », chapelle et jardins de la Salpêtrière, Paris ; galerie Suzanne Tarasiève, Paris
  • « Mauvais genre », école des beaux-arts de Rouen
2005
2006
2007
  • « Dessins, sculptures, vidéo », mairie du 13e, Paris
  • « Dessins », Librairie Bookstorming, Paris. Galerie Catherine Putman, Paris
  • « Continents noirs - dessins, sculptures, vidéo », école d’arts plastiques de Châtellerault
  • « Une sélection de dessins, collection du Centre Pompidou », musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon
2008
  • « Laisser venir les secrets », Le Méjan, Arles
  • « Continents noirs », Galerie Tina Kambani, Athènes
  • « Nouvel accrochage », collection Florence et Daniel Guerlain, Les Mesnuls
  • « Drawing Women », Johyun Gallery, Séoul; Busan
2009
2010
2011
  • « Chœurs », chapelle du grand couvent, Cavaillon
  • « Espace de destin, espèce de dessins », centre régional d'art contemporain de Montbéliard, commissariat Al Martin
  • Dessins, galerie Farideh Cadot, Paris
  • « Inventer des mondes singuliers », 3e biennale de sculpture, Yerres, commissariat Paul-Louis Rinuy
  • « Lady Paranoïa and Mister Killer » (proposé par Ileana Rodriguez), galerie Polad-Hardouin, Paris
2012
  • « Métamorphoses », exposition personnelle, galerie Taïss, Paris
  • « Catharsis », exposition de groupe, galerie Polad-Hardouin, Paris
  • « Unlimited bodies », Palais d'Iéna, commissaires : Caroline Smudler, Jérôme Lefèvre
  • « Iannis Xenakis, dessinateur à l'aube de l'œuvre », commissariat au MUba de Tourcoing
2013
  • Donation de dessins, Florence et Daniel Guerlain, centre Pompidou, exposition jusqu'au .
  • Installation de sculptures, Musée des Beaux Arts d'Arras - La chose, à l'être lieu, Arras
  • « De l'inachevé », exposition visarte.vaud, gare CFF, Lausanne
2014
  • Identité de genre, Béatrice Cussol, Dominique De Beir, Françoise Pétrovitch, Mâkhi Xenakis, Galerie Françoise Besson, Lyon, et Galerie Réjane Louin, Locquirec, 2014.
  • Thễbai, Musée de la chasse et de la nature, Paris.
  • Fragments de l'inachevé, Lieu unique, Nantes.
  • Les chambres hantées de Gilbert Lascault, Musée de l’Hospice Saint-Roch d’Issoudun.
  • Le mur, collection Antoine de Galbert, Maison, Rouge, Paris.
  • Charcot, une vie avec l'image, chapelle Saint Louis, Pitié Salpêtrière, Paris.
2015
  • Métamorphoses, galerie Anne Clergue, Arles.
  • L'amour, la mort, le diable, une collection particulière, Limoges
  • De la ligne au point, Poppy et Pierre Salinger Foundation, Bastide rose, Le Thor.
  • Fox Antic, Hôtel d'Agar, Cavaillon
  • Dessin, Salon du dessin, atelier Richelieu, Paris
2016
  • Méduses, sphinges, folles, en l'Hôtel de Ville du 4e arrondissement de Paris, mai,
  • Biennale de sculpture de Yerre, Le corps de la sculpture, Fondation Caillebotte.
2017
  • Domaine de Chaumont-sur-Loire.
2018
  • Catharsis, Maison des arts de Chatillon.
  • Correspondances avec Louise, Galerie des Femmes, Paris.
2019
  • Galerie Céline Moine, Lyon.

Publications[modifier | modifier le code]

Chez Actes Sud[modifier | modifier le code]

Collection Beaux-arts

Livres d’artiste[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Terre lumineuse (gravures), Mâkhi Xenakis, texte D. Davvetas, éd. Michel Chomarat
  • 1996 : Parole montante (gravures), Mâkhi Xenakis, texte Jamel Eddine Bencheikh, éd. Tarabuste
  • 1997 : Jusqu’à épuisement (gravures), Mâkhi Xenakis et étudiants, éditions école des beaux-arts de Nancy
  • 2002 : Morceaux (30 pastels originaux), Mâkhi Xenakis, texte Jean Frémon, éd. L’échoppe
  • 2004 : Vingt-quatre heures pour toujours, dessin Mâkhi Xenakis, texte O. Elytis, éd. L’échoppe
  • 2005 : Le Regard du père, texte Mâkhi Xenakis, dessins Dominique Le Tricoteur, éd. Centre Vendôme
  • 2007 : Les Mots des autres, nouvelle de Jean Frémon, éditions M Nitabah
  • 2009 : La Légende d’Eer, texte de Platon, épreuves numériques de Mâkhi Xenakis
  • 2011 : Les Dames de Choisy, peintures de Colette Deblé, texte de Mâkhi Xenakis
  • 2013 : Les secrets de Mâkhi, voix de Marie Richeux, texte de Mâkhi Xenakis, éditions du renard pâle
  • 2013 : L'évangile Métropolitain, texte de louis Calaferte, dessin de Mâkhi Xenakis, éditions Tarabuste
  • 2020 : 4 Pastels 4 Sonnets, textes de Constant Candelara et Frédéric Riera, pastels de Mâkhi Xenakis, éd. Arapesh

En revues[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Méduse 1, Méduse 3, Méduse 2, in Arapesh 1/10
  • 2018 : Frontispice, in Arapesh 2/10

Théâtre, opéra[modifier | modifier le code]

Création de décors et de costumes[modifier | modifier le code]

Adaptations théâtrales des Folles d’enfer[modifier | modifier le code]

  • 2007 : mise en scène Anne Dimitriadis, théâtre MC 93 de Bobigny
  • 2008 : mise en scène Geneviève Robin, théâtre du Rodour, Morlaix
  • 2015 : mise en scène Micheline Welter, théâtre de Celestins, Marseille

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]