Lyre decazevilloise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Lyre decazevilloise
Image illustrative de l’article Lyre decazevilloise
photo officielle du samedi 26 mai 2018

Pays de résidence Drapeau de la France France
Ville de résidence Decazeville
Lieux d'activité 78 esplanade Jean-Jaurès à Decazeville
Type de formation orchestre d'harmonie
école de musique
Genre classique
contemporain
jazz
Création 1900
Structure de rattachement Confédération musicale de France
Statut Association loi de 1901
Effectif 25 musiciens
Site web https://lyredecazevilloise.fr/

La Lyre decazevilloise est une société musicale de Decazeville[1] en Aveyron, fondée en 1900[2],[3] autour d’un orchestre d'harmonie complété par une école de musique depuis 1920[4]. Elle est structurée en association depuis 1901[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse (1900-1919)[modifier | modifier le code]

Première photo officielle connue de la Lyre decazevilloise prise entre 1900 et 1905 devant son local (école des garçons).

La création de la société musicale a lieu en 1900 avec la fusion d'anciens musiciens issus de l'harmonie des mines et forges d'Aubin[6] (dissoute vers 1890) avec des élèves de la musique des Frères, une fanfare dirigée par Mansion (qui avait aussi la charge musicale de l'orphéon, le chœur d'hommes de Decazeville)[6]. Le groupe constitué résultant de ce regroupement prend le nom de « Lyre decazevilloise »[3].

La Lyre decazevilloise le , sous la direction de Lefebvre.

Dès le début, la Lyre decazevilloise participe notamment à la fête patronale qui se tient au mois de juin[7], avant que les festivités soient déplacées quelques années après en septembre[a 1]. Durant les premières années, Conte, Sénizergues, Barthe et Marfan dirigent tour à tour l'harmonie puis en 1906 arriva Gabriel Lefebvre, violoniste qui fait progresser le niveau à la veille de la guerre de 1914[8], en lui faisant assurer des prestations hors Decazeville et en préparant des concours d'orchestre :

  • concours à Cahors en 1906, 1er prix de lecture à vue et un prix d'excellence[9] ;
  • concours ouvert aux harmonies et fanfares à Decazeville les 11 et 12 septembre 1910[10],[11] ;
  • concours à Rodez en 1910, 2e section avec un 1er prix de lecture à vue, agrémenté d'un 1er prix ascendant Honneur[9].

Sous l'impulsion de son chef Lefebvre, la Lyre decazevilloise se constitue en orchestre symphonique par l'ajout d'un ensemble à cordes aux instruments de l'harmonie. En , trois prix la récompensent 1re section à Tonneins : 1er prix de lecture à vue, 1er prix ascendant, 1er prix d'exécution[9].

Entre-deux-guerres et Seconde Guerre mondiale (1919-1944)[modifier | modifier le code]

Après la mise en sommeil pendant la guerre de 1914-1918, nouveau départ en 1919 avec les anciens de Lefebvre et des jeunes qu'il avait formés[a 2]. Lefebvre venant de mourir, le musicien du rang Kensiev dirige quelques répétitions en intérim avant l'arrivée de Louis Marroufin. L’entre-deux-guerres est une période d’essor de l’orchestre qui gravit les échelons jusqu’à la division supérieure, à l'image du concours d'orchestre à Toulouse en 1924[9]. La Lyre decazevilloise participe à l'animation du territoire, fêtes, messes en musique ou encore de concerts donnés en ville[a 3].

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Lyre decazevilloise maintient autant que possible une activité musicale[12],[a 4].

Marche du renouveau (1944-1955)[modifier | modifier le code]

Défilé de la libération en août 1944 avec la Lyre decazevilloise.
La Lyre défile dans les rues de Kerkrade en août 1951.

À la libération de Paris, un groupe d’anciens musiciens de la Lyre (renforcé par quelques éléments de l’harmonie Viviez-Penchôt[13]) organise le un défilé spontané.

Le [14] à la demande du président de la Lyre, Gaston Ricard et de la municipalité de Decazeville, arrive Raymond Robin[15] sur recrutement.

À Decazeville, l’enseignement musical se fait jusqu'alors par l’intermédiaire de sociétés musicales ou de professeurs particuliers[5],[6].

La Lyre decazevilloise se présente le dimanche en division supérieure dans laquelle elle s'était inscrite[16]. La Lyre decazevilloise obtient un 3e prix ex-æquo partagé avec l'harmonie municipale d'Arras.

Les Trente Glorieuses de la Lyre decazevilloise (1955-1983)[modifier | modifier le code]

Le char de la Lyre Decazevilloise lors de la fête de 1968.

Dans l’hiver 1954-1955, la municipalité et les sociétaires de la Lyre decazevilloise commencent la construction d’une nouvelle salle de musique[9]. L’orchestre reprend ses activités.

L’ouverture à la société civile contemporaine (1983-1992)[modifier | modifier le code]

Le président Vincent Vivas (à gauche) confie la direction de la Lyre à René Portero (à droite) promu chef de musique.

Lors de l'assemblée générale de la Lyre decazevilloise au début de l’année 1983, Raymond Robin quitte officiellement ses fonctions de chef de musique pour se consacrer à la fédération musicale de l'Aveyron. Le président de la Lyre, Vincent Vivas, confie la direction de l’orchestre au chef de musique adjoint René Portero, promu chef de musique[17][source insuffisante].

De la musique au cœur de l’harmonie (1997-2001)[modifier | modifier le code]

Le concert du centenaire de la Lyre decazevilloise est organisé le samedi 6 mai 2000 à la salle polyvalente de Decazeville. Il réunit 800 personnes dont 130 musiciens pour un grand final sur scène[18]. Au cours de cette soirée rétrospective, les musiciens decazevillois interprètent les œuvres qui ont jalonné les cent ans d'existence de l'association et c'est l'occasion pour les anciens chefs de musique de diriger à nouveau cet orchestre d'harmonie[2] .

Explorations orchestrales (2001-2008)[modifier | modifier le code]

Musiques en liberté (2008-2013)[modifier | modifier le code]

L'ensemble de cuivres de Decazeville au château de Gironde (Vallée du Lot, Aveyron).

L'école de musique de la Lyre decazevilloise met en place une action éducative sur le territoire autour de la clarinette. Le principe retenu est une master-classe animée par le quatuor de clarinettes Anches hantées[19],[20].

À partir de la rentrée scolaire de 2010[21], l'école de musique de la Lyre rentre dans une phase de développement avec la création de deux classes d'orchestre[22],[23],[24].

À partir de septembre 2009, l'association développe une action de sensibilisation autour de la musique d'ensemble et favorise l'accès à la direction d'orchestre à plusieurs grands élèves[25] issus de l'école de musique[26].

L'école de musique de la Lyre decazevilloise ouvre une classe de piano en septembre 2011[27].

Direction et personnalités[modifier | modifier le code]

Présidents de la Lyre decazevilloise[modifier | modifier le code]

Période d'activité Président
1900 à 1910 Ernest Auriac[a 5]
1910 à 1922 Rauffet[a 6],[a 7]
1922 à 1944 Charles Gayraud[a 8]
1944 à 1968 Gaston Ricard
1968 à 1980 Fernand Boyer
1980 à 1991 Vincent Vivas
1991 à 1993 Jean Maréchal
1993 à 1994 Sébastien Agelou
1994 à 1995 Lucienne Mucci
1995 à 1999 Josette Costes
1999 à 2003 Pierre Souyri
2003 à 2006 Christian Rayet
2006 à 2013 Patrice de Luycker
2013 à 2016 Michel Dupin
Depuis 2016 Laurent Tarayre[28]

Albert Séguy, mécène et fondateur de la Lyre decazevilloise[modifier | modifier le code]

Albert Séguy, grand mécène et président d'honneur de la Lyre decazevilloise.

Né en 1877 à Decazeville, Albert Séguy est un négociant agissant en qualité de bienfaiteur ou membre honoraire de plusieurs sociétés de sa ville. Président d'honneur de la Lyre decazevilloise, on[Qui ?] lui attribue la création de cet orchestre d'harmonie en 1900 grâce à son action de mécénat. Il décède en 1926 à l'âge de 48 ans et ses obsèques bénéficient d'un service musical assuré par la Lyre decazevilloise ainsi que d'un éloge funèbre prononcé par Charles Gayraud, président de la Lyre[a 9].

Henri Conte, chef de musique de la Lyre decazevilloise[modifier | modifier le code]

Henri, Baptiste Conte est le premier chef de musique de la Lyre decazevilloise entre 1900 et 1903, tout en dirigeant en même temps l'harmonie de Capdenac-Gare[29]. Né le 16 septembre 1871 à Morlhon près de Villefranche-de-Rouergue, il embrasse une carrière d'instituteur. Ajourné du service militaire pour invalidité à la jambe droite en 1892, il est classé dans les services auxiliaires de l'armée en 1893. Avant de diriger la Lyre decazevilloise, on le retrouve à la tête de la fanfare Alliance républicaine à Villefranche dès 1896[30]. A ses débuts, la Lyre decazevilloise répète dans une classe de l'école de garçons et l'un des premiers concerts connus sous sa direction remonte au dimanche 20 janvier 1901[31]. Le répertoire s'étoffe au fil des répétitions et la Lyre obtient dès 1902 l'une de ses premières distinctions au concours musical de Tulle[32]. Après avoir quitté la Lyre decazevilloise en 1903, Henri Conte prend la direction de plusieurs sociétés musicales à Villefranche-de-Rouergue dont la fanfare Les enfants de Villefranche, de la chorale « Les bardes » et de l’estudiantina « La cigale », un ensemble à plectres[5]. À partir de 1905, toujours à Villefranche-de-Rouergue, on le retrouve à la direction de l'harmonie Sainte-Cécile[33]. Mobilisé par décret du 1er août 1914 lors de la Première guerre mondiale, il est incorporé le 20 juillet 1916 au 122ème régiment d'infanterie à Rodez. Il bénéficie de plusieurs sursis en qualité d'instituteur à l'école Saint-Joseph de Rodez puis à Sainte-Emilie de la Besse à Villefranche-de-Panat. Inapte aux combats en raison de son invalidité, il est libéré de ses obligations militaires le 19 décembre 1918[a 10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mairie Decazeville, « Liste des associations animations et loisirs », sur Site officiel de la ville de Decazeville (consulté le 23 avril 2019)
  2. a et b « Derniers préparatifs pour les 100 ans », sur ladepeche.fr (consulté le 23 avril 2019)
  3. a et b Aline Fonvieille-Vojtovic, Paul Ramadier, 1888-1961 : élu local et homme d'état, Publications de la Sorbonne, , 543 p. (ISBN 978-2-85944-226-2, lire en ligne)
  4. Loïc Randeynes, Musiques à ciel ouvert, Maco Distribution, , 240 p. (ISBN 9791069953727)
  5. a b et c « Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical », sur Gallica, (consulté le 3 juin 2019)
  6. a b et c Émile Coyon, Annuaire musical et orphéonique de France, Paris : Administration de l'annuaire musical et orphéonique de France, (lire en ligne)
  7. « L'Express du Midi, 16 juin 1905 — Rosalis, Bibliothèque numérique de Toulouse », sur rosalis.bibliotheque.toulouse.fr (consulté le 3 mai 2019)
  8. « L'Express du Midi, 24 juin 1912 — Rosalis, Bibliothèque numérique de Toulouse », sur rosalis.bibliotheque.toulouse.fr (consulté le 23 avril 2019)
  9. a b c d et e « La "Lyre" de Decazeville », Rouergue Magazine,‎
  10. « Le Petit Parisien 22 juin 1910 », sur Retronews - Le site de presse de la BnF (consulté le 25 avril 2019)
  11. « Bulletin orphéonique », La Dépêche Toulouse,‎
  12. Dalisson, Rémi., Les fêtes du maréchal : propagande festive et imaginaire dans la France de Vichy, Paris, Tallandier, impr. 2008, 473 p. (ISBN 978-2-84734-355-7 et 2847343555, OCLC 470680076, lire en ligne)
  13. « Hommage de la Lyre à Vincent Vivas », sur ladepeche.fr (consulté le 26 avril 2019)
  14. « François Madrid, 60 ans de musique avec la Lyre », sur ladepeche.fr (consulté le 26 avril 2019)
  15. « Decazeville. V. Vivas : "La Lyre, c'est l'école de la vie" », sur ladepeche.fr (consulté le 26 avril 2019)
  16. (nl) « Resultaten WMC 1951 concertwedstrijden », sur rodenet.nl (consulté le 26 avril 2019)
  17. « Confédération Musicale de France », Journal de la pratique musicale des amateurs n°372,‎ , p. 48
  18. « Soirée de gala pour la Lyre », sur ladepeche.fr (consulté le 5 novembre 2019)
  19. « Quatuor Anches Hantées », sur Aveyron Culture (consulté le 3 novembre 2019)
  20. « Decazeville. Les Anches Hantées, dompteurs de clarinette », sur ladepeche.fr (consulté le 3 novembre 2019)
  21. « Decazeville. Rentrée en fanfare avec la Lyre », sur ladepeche.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  22. « Decazeville. Beau concert des jeunes de la Lyre », sur ladepeche.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  23. « émotions pour le concert de la Lyre decazevilloise », sur ladepeche.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  24. « Les orchestres de la Lyre en concert ce soir », sur ladepeche.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  25. « Paul-Clément Rivière, virtuose du tuba », sur ladepeche.fr (consulté le 4 novembre 2019)
  26. « Decazeville. Un trio de chefs jeunes et talentueux », sur ladepeche.fr (consulté le 4 novembre 2019)
  27. « Decazeville. Quand le piano s'invite à la Lyre », sur ladepeche.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  28. « Decazeville. Lyre decazevilloise : Laurent Tarayre président », sur ladepeche.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  29. « Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical », sur Gallica, (consulté le 28 novembre 2019)
  30. « Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical », sur Gallica, (consulté le 20 novembre 2019)
  31. « L'Express du Midi, 23 janvier 1901 — Rosalis, Bibliothèque numérique de Toulouse », sur rosalis.bibliotheque.toulouse.fr (consulté le 23 avril 2019)
  32. « Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire / directeur-rédacteur en chef : Gustave Chadeuil », sur Gallica, (consulté le 24 avril 2019)
  33. « Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical », sur Gallica, (consulté le 20 novembre 2019)

Archives départementales de l'Aveyron[modifier | modifier le code]

  1. « - 17/09/1910 - 17/09/1910 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 23 avril 2019)
  2. « - 13/12/1919 - 13/12/1919 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 24 avril 2019)
  3. « - 11/12/1920 - 11/12/1920 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 24 avril 2019)
  4. « - JOUAVEYRON - 21/11/1942 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 2 décembre 2019)
  5. « - 04/06/1910 - 04/06/1910 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  6. « - 22/10/1910 - 22/10/1910 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  7. « - 14/01/1911 - 14/01/1911 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  8. « - 15/05/1926 - 15/05/1926 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 28 novembre 2019)
  9. « - 15/05/1926 - 15/05/1926 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 28 novembre 2019)
  10. « 1R786 - Conte Baptiste Henri - 1891 Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 20 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]