Lyoffans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lyoffans
Lyoffans
Le village et l'église Saint-Martin.
Blason de Lyoffans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Lure-2
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Lure
Maire
Mandat
Frédéric Mougin
2014-2020
Code postal 70200
Code commune 70313
Démographie
Population
municipale
380 hab. (2016 en diminution de 5,71 % par rapport à 2011)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 55″ nord, 6° 34′ 55″ est
Altitude Min. 293 m
Max. 375 m
Superficie 4,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Lyoffans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Lyoffans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lyoffans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lyoffans

Lyoffans est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal dans son contexte local.

Lyoffans est située dans le nord-est de la Bourgogne-Franche-Comté, dans le département de la Haute-Saône, non loin du Territoire de Belfort et du Doubs.

Rose des vents Palante Andornay Rose des vents
Frotey-lès-Lure N Magny-Jobert
O    Lyoffans    E
S
Moffans-et-Vacheresse Lomont

Topographie[modifier | modifier le code]

Les Vosges depuis les hauteurs du village.

La superficie de la commune est de 449 hectares ; son altitude varie de 293 à 375 mètres[1].

Parmi les 449 hectares du territoire de la commune, 171 sont boisés dont 163 de bois communal. Le terrain est plat avec au centre une cuvette allongée. Le village s'est installé sur un territoire caractérisé par la présence de vastes plaines vallonnées.[réf. nécessaire]

Le territoire communal est situé dans une plaine avec quelques petites collines arrondies et aplaties.

Géologie[modifier | modifier le code]

Lyoffans est construite sur le plateau de Haute-Saône dans la dépression sous-vosgienne[2] et s'appuie sur le versant méridional du massif des Vosges[3]. Le territoire communal repose sur le bassin houiller stéphanien sous-vosgien[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plan d'eau près du centre équestre et de la voie rapide.

Deux rivières fusionnent dans l'ouest. Il s'agit de la Clairegoutte - ou Béchotte - un ruisseau qui prend sa source dans la source dans la forêt du Chérimont, à l'est de Clairegoutte et le Rognon qui vient de l'est.

L'étang de Chaudoz, situé à l'est du village, sur le banc communal, a fait l'objet d'un classement en ZNIEFF de 2e génération[5]. Cette zone humide est habitée par des espèces d’intérêt patrimonial telles que le phragmite des joncs, le tarier des prés, le vanneau huppé, pour les oiseaux et une fougère aquatique (la marsilée à quatre feuilles) dont l’étang est l’unique station connue pour la Haute-Saône[6]. Le lézard des souches (reptile protégé) fréquente également ce milieu.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat dans la région de Ronchamp est un climat semi-continental : chaud et lourd en été, froid et sec en hiver, avec des températures pouvant descendre régulièrement à −10 °C. La pluviométrie, d'au moins 1 000 mm/an, s'élève avec l'altitude[7].

Nuvola apps kweather.png Relevés des précipitations et heures d'ensoleillement à Lure[8]
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total année
Heures moyennes d'ensoleillement 54.1 85.9 124 159.6 190.5 218.2 251.7 220.6 175.1 126.3 71.2 55.7 1732.8
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 92.8 78.3 80.6 74.9 93.2 90.1 78 89.2 79.6 76.8 101.6 101 1036
Moyennes mensuelles de la vitesse du vent (km/h)
Nuvola apps kweather.png Relevés de températures à Lure
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Moyenne année
Températures minimales moyennes (°C) -2.7 -1.9 0.2 2.8 6.7 9.9 11.6 11.4 8.7 5.2 0.9 -2.1 4.2
Températures moyennes (°C) 0.8 2.5 5.4 8.7 12.8 16.1 18.2 17.8 14.9 10.5 4.9 1.4 9.5
Températures maximales moyennes (°C) 4.2 6.9 10.6 14.7 18.9 22.3 24.7 24.1 21 15.8 8.9 4.8 14.7
La RN 19 passant au nord de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Lyoffans est un village rural, mais dispose d'un échangeur avec la RN 19 (double-voie expresse E54) qui établit une connexion entre Lure-Vesoul-Luxeuil et la conurbation de Belfort-Héricourt-Montbéliard, ce qui permet une offre de transport hors de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lyoffans sur l'atlas cantonal des communes de Haute-Saône, en 1858.

Le nom de la localité est attesté sous diverses formes depuis le Moyen Âge. On peut citer Lofens en 1178, Liofens en 1275, puis avec une graphie similaire Lipffans en 1424 et enfin dès 1547, sous le nom actuel de Lyoffans. En patois local, on prononce « Yeufan » [iœfɑ̃].

Deux hypothèses coexistent pour l'origine de ce toponyme : il pourrait être issu d'un anthroponyme d'origine germanique, très certainement Laidiffus ou Leolf employé avec le suffixe -ingen, romanisé en -ingos[9]. La seconde hypothèse serait que Lyoffans proviendrait du celte lliaus, signifiant abondance[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1178, le pape Alexandre III cite l'église de Lyoffans dans une de ses bulles comme appartenant aux abbés de Lure, le village étant à cette époque sous l'autorité des barons de Granges[10].

En 1378, la mairie du lieu passe à l'abbaye de Lure mais les seigneurs locaux (le barons de Granges, les seigneurs d'Auxelles, de Melisey et de Lomont) conservent certains droits qui feront l'objet de contrats avec l'abbaye, et de procès jusqu'à la fin de l'ancien régime[10]. En 1678, avec la conquête française, les princes abbés de Lyoffans perdent une partie de leurs prérogatives, dont celle de rendre la justice, au profit du bailliage de Besançon.

Une branche cadette de la famille de verriers Schmid, originaire de Soleure, s'installe dans la commune au début du XVIIIe siècle et y exploite une verrerie en 1707[10]. A cette époque, les verriers sont très mobiles car leurs ateliers dépendent jusqu'à la fin du XVIIIème siècle de la possibilité de se procurer de grandes quantités de bois de chauffage pour alimenter les fours[11]. Cette industrie n'existe plus en 1866 lorsque L. Suchaux publie son dictionnaire des communes, en revanche, le village compte trois moulins, deux huileries, trois tuileries, une carrière de calcaire et une autre de grès[10]. Il compte également de nombreux mineurs travaillant aux houillères de Ronchamp entre le XIXe siècle et le XXe siècle. Il fait alors partie du territoire du bassin minier[12]. Les mineurs du village travaillent essentiellement au puits Arthur-de-Buyer et au puits du Magny[13].

Après le creusement d'un sondage positif à Lomont, une concession de 2 336 ha, incluant le territoire communal, est accordée à la société de recherche de houille entre Montbéliard et Villersexel en 1904 pour l'exploitation d'un gisement de houille se prolongeant au sud du puits Arthur-de-Buyer, exploité par les houillères de Ronchamp. Mais il n'y eut aucune extraction de charbon. Un autre sondage est établi sur la commune, il n'a pas rencontré ce gisement[14],[15].

Le , le village est libéré par le 4e bataillon de la 1re DFL après d'âpres combats, les troupes SS qui occupaient le site s'étant retranchées dans une ferme et dans le cimetière communal situé au nord de la commune[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Lure.

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône[17]. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie de 1801 à 1985 du canton de Lure. Celui-ci a été scindé par le décret du 31 janvier 1985 et la commune rattachée au canton de Lure-Sud[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Lure-2.

La commune de Lyoffans fait partie du ressort du tribunal d'instance, du conseil de prud'hommes et du tribunal paritaire des baux ruraux de Lure, du tribunal de grande instance, du tribunal de commerce et de la cour d'assises de Vesoul, du tribunal des affaires de Sécurité sociale du Territoire de Belfort et de la cour d'appel de Besançon.

Dans l'ordre administratif, elle relève du tribunal administratif et que de la cour administrative d'appel de Nancy[19],[20].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le village fait partie de la communauté de communes du Pays de Lure, intercommunalité créée en 1998.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[21]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jacques Rodrigues PS[22]  
mars 2008[23] En cours
(au 16 août 2016)
Frédéric Mougin DVG[24] Réélu pour le mandat 2014-2020[25]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu une fleur au concours des villes et villages fleuris en 2013[26] et espère obtenir une seconde fleur[27].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolutions démographiques[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune de Lyoffans comptait 380 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305347356425482446461467460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
389425436403386372369336306
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
301310293257244246222209222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
307331380359334331371403380
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

De manière générale, Lyoffans dépend de l'académie de Besançon. Les enfants de Lyoffans sont scolarisés au Pôle éducatif de Roye/Lyoffans.

Pour les niveaux de scolarisation des collégiens et des lycéens, le collège Albert-Jacquard de Lure et le lycée G.-Colomb de Lure seront les établissements privilégiés.

Santé[modifier | modifier le code]

Depuis avril 2015, la commune de Lyoffans est pourvue d'un médecin généraliste.

L'hôpital le plus proche étant celui de Lure, dont plusieurs services ont fermés au profit de celui de Vesoul ou du centre hospitalier de Belfort-Montbéliard, à mi-chemin entre les deux villes, à Trévenans.

Services[modifier | modifier le code]

Hormis les services assurés par la mairie et une caserne de pompier, la commune n'a aucun service public sur son territoire. L'ensemble des services publics sont disponibles à Lure, qui concentre le Pôle emploi, EDF, les impôts, la justice ou la bibliothèque, médiathèque et espace culturels.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église saint-Martin.

Lyoffans est rattachée à l'unité pastorale d'Athesans-Moffans[29], faisant partie du doyenné de Lure, qui dépend de l'archidiocèse de Besançon[30].

Le village dispose d'une église catholique dédiée à saint Martin de Tours.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village dépendant économiquement des deux centres urbains de Lure et de l'agglomération d'Héricourt-Montbéliard. Ces deux pôles offrent de nombreux emplois et sont rapidement accessibles par la double-voie expresse E 54 passant dans ces axes à proximité de Lyoffans.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

En 1178, le pape Alexandre III cite l'église de Lyoffans dans une de ses bulles comme appartenant aux abbés de Lure[10].

L’église actuelle a été construite au XVIIIe siècle et agrandie en 1820 (ajout des 2 nefs latérales)[10]. Elle contient du mobilier plus ancien (sanctuaire ogival du XVIe siècle et bas-relief en bois du XVIIe siècle). Son clocher orné de chevrons est typique de la région[31]. En 2015, d’importants travaux de réfection de toiture sont entrepris par les quatre communes qui ont en charge la conservation du monument (Andornay, Magny-Jobert et Palante et Lyoffans). Le Comité des fêtes du village lance un projet de financement participatif sur la plateforme Ulule pour collecter des fonds[32]. La nouvelle toiture est inaugurée le , en présence des élus locaux des différentes communes et du champion olympique d'équitation Karim Florent Lahouag[33].

Une stèle, située à proximité du cimetière communal, commémore la libération des villages de Lyoffans, Andornay, Moffans, Palante et Magny-Jobert entre les 25 et [16].

Le village compte également cinq fontaines, cinq lavoirs, d’anciennes fermes[31], un monument aux morts et deux centres équestres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lyoffans Blason Coupé : au premier d'azur à la main bénissante de carnation parée rayé de gueules et de sable rebrassé d'argent, au second de gueules au sautoir d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L. Suchaux, La Haute-Saône: dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département, (lire en ligne)
  • Jean-Jacques Parietti, Les Houillères de Ronchamp vol. II : Les mineurs, fc culture & patrimoine, (ISBN 978-2-36230-001-1). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. « La dépression sous-vosgienne », sur http://www.caue-franche-comte.fr/
  3. [PDF] « Carte du massif des Vosges », sur http://www.massif-des-vosges.com/
  4. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  5. « INPN, ZNIEFF 430010452 - ETANG DE CHAUDOZ - Habitats », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 1er novembre 2015)
  6. « INPN, ZNIEFF 430010452 - ETANG DE CHAUDOZ - Commentaires », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 1er novembre 2015)
  7. « Climat de Ronchamp »
  8. « Luxeuil, Haute Saône(70), 271m - [1961-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 17 septembre 2009)
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  10. a b c d e f et g L. Suchaux, La Haute-Saône: dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département, A. Suchaux, (lire en ligne)
  11. « Melchior, l'innovateur...! », sur schmidverriers.e-monsite.com (consulté le 1er novembre 2016)
  12. Jean-Jacques Parietti 2010, p. 14.
  13. Jean-Jacques Parietti 2010, p. 15.
  14. « Le bassin houiller », sur http://www.abamm.org/
  15. Carilian-Goeury et Vor Dalmont, Annales des mines, partie administrative, ou Recueil de lois, décrets, arrètés et autres actes concernant les mines et usines, (lire en ligne), p. 162-164.
  16. a et b « Présentation 25-26 Septembre 1944 le front des Vosges »
  17. [PDF] « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2013 (Arrondissements - cantons - communes) » (consulté le 7 mai 2014).
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. « Juridictions de Vesoul », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 7 mai 2014).
  20. « Carte judiciaire » [PDF], sur le site du ministère de la Justice (consulté le 8 juin 2012).
  21. « Les maires de Lyoffans », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 7 octobre 2016).
  22. « Annuaire des Mairies de Haute Saône (70) », (ISBN 2352581702)
  23. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013.
  24. « Départementales 2015: Lyoffans 70313 », sur Le Monde.
  25. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 4 octobre 2016).
  26. « La commune espère une fleur de plus », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  27. « Fleurissement : une deuxième fleur ? », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  29. « Unité pastorale d'Athesans-Moffans », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 16 avril 2016).
  30. « Doyenné de Lure », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 16 avril 2016).
  31. a et b « Lyoffans - Commune de Haute-Saône (70) en Franche-Comté », sur www.la-haute-saone.com (consulté le 1er novembre 2015).
  32. « Lyoffans : des dons récoltés sur internet pour sauver l'église - France 3 Franche-Comté », sur France 3 Franche-Comté (consulté le 1er novembre 2015).
  33. « Un toit tout neuf pour l'église », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).