Lynne Cohen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lynne Cohen
Lynne Cohen Double aveugle 1970-2012 Montpellier
Exposition Montpellier 2019 • Double aveugle 1970-2012.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Site web
Distinction
Archives conservées par
Musée des beaux-arts du Canada Bibliothèque et archives (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Lynne Cohen, née le à Racine, États-Unis, et morte le à Montréal, Canada[1], est une photographe canadienne.

La caractéristique principale de Lynne Cohen est de faire des photographies de lieux dans lesquels l'humain n'est jamais montré mais suggéré, en noir et blanc et, depuis 1999, en couleur. Elle est une des représentantes de la photographie conceptuelle. Ses expositions, « Territoire occupé, L’endroit du décor, No man’s land, Camouflage et Cover » ont donné naissance à cinq albums.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lynne Cohen est née le à Racine dans le Wisconsin aux États-Unis[2]. Elle fait des études de gravure et de sculpture à Madison, au Wisconsin, et à Ann Arbor et Ypsilanti, au Michigan. Elle a aussi été élève à la Slade School of Fine Art (Londres)[3]. À partir de 1973, elle vit et travaille au Canada, d'abord à Ottawa puis à Montréal à partir de 2005. Elle donne des cours dans plusieurs établissements, notamment à l'université d'Eastern Michigan (1968-1973), au Collège algonquin (1973-1975) et à l'université d'Ottawa (1974-2005).

Elle a réalisé de nombreuses expositions en Amérique du Nord et en Europe. En 2005, elle reçoit le prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Lynne Cohen entreprend des études à l'université, aux Beaux-arts, en 1971 et commence la sculpture. Elle est influencée par le pop art, l'art pauvre, mouvement artistique italien (arte povera) qui s'oppose à la société de consommation et privilégie les techniques artisanales et les matériaux bruts, mais aussi par Marcel Duchamp, peintre et plasticien français inventeur du ready-made, et Mark Rothko.

Elle se tourne vers la photographie afin d'être plus engagée dans le monde.

Démarche[modifier | modifier le code]

Depuis trente ans, le travail photographique de Lynne Cohen se développe à travers des images d'espaces intérieurs. Dans ses œuvres, il n'y a jamais d'êtres humains mais ces derniers sont toujours suggérés, ils sont absents mais toujours présents.

Lynne Cohen photographie des lieux publics sans personnages : laboratoires, stations thermales, usines, salles d'attente ou d'entraînement. Leur décoration, souvent très kitsch, peut être comique, même si elle contribue à en renforcer l'aspect intrigant, autoritaire, voire inquiétant. Ces aspects sont soulignés lorsqu'elle photographie par exemple des lieux militaires ou des sous-marins. Elle s'intéresse en effet à l'ambiguïté des lieux et montre que les choses ne sont pas exactement ce qu'elles paraissent être. Chaque lieu est à la fois, sociologiquement et esthétiquement parlant, intéressant.

Les cadrages rigoureux, la lumière qui met en relief matières et couleurs confèrent à ces images une apparence construite. S'attachant à l'aspect factice des lieux, parfois à leur usage mal défini, Lynne Cohen n'en suggère pas moins un contrôle social qui s'exerce de manière diffuse.

Lynne Cohen est passée du noir et blanc à la couleur. La couleur évoque une température, une autre psychologie de l'espace, le noir et blanc était plus près de la mémoire des espaces photographiés. La couleur depuis 1995 est peut-être plus sinistre. Des lieux identiques ont été photographiés en noir et blanc et en couleur, les rendant complètement différents.

Son travail se fait en argentique à la chambre photographique, avec un très petit obturateur ou diaphragme. Le temps pour prendre une photo varie entre une demi-journée et un jour, en fonction du temps imparti.

Influences[modifier | modifier le code]

Lynne Cohen s’est inspirée de plusieurs artistes.

Jian Xing Too, critique d'art et préfacière du livre lié à l’exposition « Cover », a mis en lumière ses influences artistiques :

Eugène Atget : Il photographiait les intérieurs des appartements parisiens (ex. : Album « Intérieurs parisiens, début du XXe siècle : artistiques, pittoresques et bourgeois »). Il a certainement inspiré Lynne Cohen par le fait que ses photographies représentent des intérieurs vides de présence humaine.

David Byrne, le musicien, écrit l'avant-propos pour le livre Lynne Cohen : Occupied Territory[5], publié par Aperture Foundation en 1987. Ce livre se retrouve dans les archives d'Artexte à Montréal, Québec, Canada.

Walker Evans, chargé par la Farm Security Administration, parmi d'autres photographes, de prendre des photographies pour témoigner des conséquences de la Crise de 1929, il a beaucoup axé son travail sur l'habitat.

Bernd et Hilla Becher, couple d'artistes allemands qui photographiaient des lieux industriels de l'après-guerre.

Jacques Tati, réalisateur français (Ex. : Mon oncle, Playtime).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

  • Musée d'art contemporain de Montréal : Spa (2000)[6]
  • Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia
  • Musée des beaux-arts du Canada
  • Musée d'art de Joliette
  • The Winnipeg Art Gallery
  • Musée national des beaux-arts du Québec
  • Carleton University Art Gallery

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/408197/deces-de-la-photographe-lynne-cohen
  2. Thomas, Ann., Environnements d'ici et d'aujourd'hui : trois photographes contemporains, Lynne Cohen, Robert Del Tredici, Karen Smiley, Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, , 92 p. (ISBN 0-88884-522-7 et 9780888845221, OCLC 16031640, lire en ligne)
  3. « Lynne Cohen », National Gallery of Canada (consulté le )
  4. « Lynne Cohen », sur Musée des beaux-arts du Canada (consulté le )
  5. (en) Mellor, David, « Lynne Cohen : Occupied Territory », sur e-artexte.ca, (consulté le )
  6. « Lynne Cohen, Spa, 2000 », sur MAC Montréal (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Lynne Cohen : Occupied Territory, Aperture Foundation, New York City, 1987 (texte : David Byrne, David Mellor, William A. Ewing)
  • Lynne Cohen, Édition Galerie Gokelaere & Janssen, Bruxelles, 1990 (texte : Thierry De Duve)
  • Lynne Cohen : L'endroit du décor / Lost and Found, FRAC Limousin, Limoges, 1992 (texte : Frédéric Paul, Johanne Lamoureux, Jean-Paul Criqui)
  • No Man's Land : The Photographs of Lynne Cohen, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa (Ontario), 2001 (texte : Ann Thomas)
  • Lynne Cohen : Camouflage, Le Point du Jour, Cherbourg, 2005 (texte : Lynne Cohen)
  • Cover, Le Point du Jour, Paris/Cherbourg, 2009 (texte : Jian-Xing Too)
  • Lynne Cohen, Dazibao, Montréal ; VU, Québec, 2011 (texte : Marie De Brugerolle)
  • Lynne Cohen: Faux Indices, Musée d'art contemporain de Montréal, 2013 (texte : François LeTourneux, Lynne Cohen, Paulette Gagnon)

Cover (couverture) peut signifier couvercle, revêtement, protection, ou réserve. Il renvoie au livre lui-même, au croisement de la photographie utilitaire et de l'art contemporain, du sens et du non-sens, de l'ordinaire et de l'onirique. Après Camouflage en 2005, Cover est le second livre de Lynne Cohen édité par Le Point du Jour. Il rassemble des photographies en couleurs, réalisées au cours de ces dix dernières années.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Fry, « Lynne Cohen : un théâtre d'objets de plus en plus inquisiteurs », Parachute,‎ vol. 33, 1983-1984, p. 5-11
  • Catherine Pomparat, « Lynne Cohen : À l’infinitif pluriel », CV Photo, no 37,‎ , p. 15–34 (ISSN 1196-9261, e-ISSN 1923-8223, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]