Lydie Dattas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lydie Dattas
Description de cette image, également commentée ci-après
Lydie Dattas (Avignon, été 1968).
Naissance (68 ans)
Activité principale
poète
Auteur
Langue d’écriture français

Lydie Dattas est une poétesse française née le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la deuxième fille du compositeur, Jean Dattas, également organiste de Notre-Dame de Paris, et d'une actrice de théâtre. Passionnée de lecture dès l’enfance, elle est marquée par la figure de Shéhérazade qu’elle considérera plus tard comme le plus haut symbole du féminin. La famille émigre en Angleterre quand elle a cinq ans. Lydie est inscrite au Lycée français de Londres où son père sera professeur de musique et où, à dix ans, elle paraît dans une mise en scène du Petit Prince de Saint Exupéry. Elle écrit ses premiers poèmes à treize ans. À seize ans, elle publie dans la revue Rougerie. En 1968 son professeur de philosophie, Jean-Marie Benoist, auteur de « Marx est mort », la présente au Concours général ainsi que la brillante Laure Alexandre, sa rivale intellectuelle au lycée français de Londres. C'est Laure qui l'emporte, le sujet étant très politique. À la vue du sujet, Lydie écrit : No comment – sans commentaire – sur sa copie et quitte la salle d'examen, écœurée. Pour la consoler, le meilleur ami de son frère cadet l’emmène à Paris puis au Festival d'Avignon. Elle quitte sa famille à Londres et s'installe en France.

À vingt ans, elle fait paraître un mince recueil au Mercure de France. En 1972 elle épouse un dompteur de fauves appartenant à la grande dynastie gitane des Bouglione, Alexandre Bouglione avec qui elle vivra vingt-cinq ans. Elle encourage la scolarité manquée de son mari, qui d'ailleurs portera fruit par la suite. En 1975 elle perd son père prématurément dans un accident de voiture à Londres. La lecture de Jean Grosjean et des poètes arabes la conforte dans son intuition que le siège de l’intelligence se trouve dans le cœur et non dans la tête. En 1977, elle se lie d'amitié avec Jean Genet[1] qui s’installe près du couple dans l’immeuble Le Bouglione et qui dit d’elle : « Les rois et les évêques se prosterneront devant vous »[2]. À la suite d’une dispute avec le poète, elle écrit La Nuit spirituelle qui pose la question d’une malédiction spirituelle féminine et plaide l'égalité de l'esprit créateur des deux sexes. Elle correspond avec l’écrivain Ernst Jünger qui écrit sur ce texte dans le dernier tome de son Journal. En 1994, elle crée avec son mari le cirque Lydia Bouglione qui deviendra le cirque Romanès. À son invitation, le célèbre violiniste, Sir Yehudi Menuhin viendra parrainer le cirque. En 2000, elle divorce et se lie d’amitié avec le poète Christian Bobin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Joel Vernet, « Le livre des Anges », Revue Recueil, no 19, 1991
  • Patrick Kechichian, « La Passion selon Dattas » Le monde 27 mars 1998
  • Dominique Pagnier, «  Sur Le livre des Anges » , Revue Conférence », no 8, printemps 1999
  • Patrick Kechichian : « Lydie Dattas, entre fureur et mystère », La Croix, 2 mars 2011

Critiques[modifier | modifier le code]

La nuit spirituelle[3]

Le livre des anges[4]

La chaste vie...[5]

La foudre[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]