Lydia (paiement sur internet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lydia Solutions
logo de Lydia (paiement sur internet)
Logo de Lydia

Création
Dates clés janvier 2020 : levée de fonds de 40 millions d'euros
juillet 2013 : lancement de l'application LydiaBeta
août 2015 : lancement de Cagnotte.me
décembre 2020 : levée de fonds de 72 millions d’euros
Fondateurs Cyril Chiche (d) et Antoine Porte (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan La super-app pour votre argent
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Cyril Chiche, Antoine Porte et Victor Jolly
Activité Programmation informatique (code 6201Z)
Produits Lydia, Lydia Pro, Cagnotte.me
Sociétés sœurs Technologies et Finance
Effectif tranche de 100 à 199 salariés
SIREN 534 479 589
TVA européenne FR67534479589Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web lydia-app.com

Capitalisation 1 590 781,00 € [1]
Chiffre d'affaires chiffres non disponibles

Lydia Solutions est une fintech française spécialisée dans le paiement mobile, créée en 2011.

Elle développe et exploite l'application Lydia qui permet à ses utilisateurs d'envoyer et de recevoir de l'argent grâce à leur mobile, et de payer dans les magasins et sur les sites de commerces en ligne via Lydia ou via des cartes bancaires. Pour cela, elle agit en tant qu'agent prestataire de service de paiement.

La société intègre également dans ses offres commerciales un produit de compte courant et un service d'épargne.

Historique[modifier | modifier le code]

La société Lydia Solutions est créée en par Cyril Chiche et Antoine Porte[1],[2].

L'application Lydia est lancée en France en .

En , l'entreprise lance la carte Lydia, carte Mastercard connectée à l'application[3],[4]. L'application est intégrée avec Slack[5],[6] ainsi que Siri et iMessage.

En , l'application s'ouvre sur l'Europe avec des déploiements en Irlande, en Espagne, au Royaume-Uni, au Portugal et en Allemagne[7].

En , le paiement par l'application Lydia est désormais accepté dans 400 magasins Franprix (non franchisés) grâce à une alliance avec le groupe Casino[7],[8]. Fin , Lydia devient un moyen de paiement sur le site de commerce en ligne Cdiscount, également propriété du groupe Casino[9],[10].

En , l'application devient compatible avec le système Apple Pay[11]. Ce n'est qu'à partir de fin que le service deviendra compatible avec Samsung Pay. Le même mois, Lydia lance son offre de crédit à la consommation instantané[12].

En 2020, Lydia se voit attribuer le label French Tech 120 qui identifie 120 startups françaises en fort développement[13].

Le , Lydia annonce une levée de fonds de 40 millions d'euros. Le géant chinois Tencent entre au capital de la société[14].

En 2021, une offre d'épargne rémunérée est lancée[15]. Lydia conclut une nouvelle levée de fonds le 8 décembre d'un montant de 103 millions de dollars, portant l'entreprise au statut de licorne (entreprise valorisée à 1 milliard de dollars)[16],[17].

Fonctionnement des applications[modifier | modifier le code]

Entre particuliers[modifier | modifier le code]

L'utilisateur télécharge l'application sur son mobile via Google Play (pour Android) ou l'App Store (pour IOS), crée son compte et enregistre une carte bancaire. Il peut alors effectuer des transferts avec d'autres utilisateurs de l'application sans frais, cependant avec un nombre limité d'opérations par mois dans la version gratuite[18].

Par les professionnels[modifier | modifier le code]

L'application peut également être utilisée par les professionnels afin de recevoir les paiements des clients : ces derniers paient avec l'application Lydia tandis que les professionnels encaissent avec l'application Lydia Pro. Le client tape le montant dont il doit s'acquitter sur son téléphone qui génère alors un code QR que le commerçant scanne avec son terminal[19]. Initialement restreint au milieu étudiant (cafétérias, entrées aux soirées), le procédé s'étend notamment grâce à des partenariats avec Tupperware[20] et Franprix[7],[8]. Le paiement en ligne est également disponible et est notamment déployé par Cdiscount et Undiz à la suite de partenariats[19].

L'entreprise prélève une commission de 0,7 à 1,5 % sur tous les paiements réalisés[19].

Fonctionnalités de Lydia[modifier | modifier le code]

Installée sur un smartphone, Lydia propose différentes fonctionnalités permettant de payer et de gérer son argent depuis l'application.

Paiements avec Lydia[modifier | modifier le code]

Lydia permet à ses utilisateurs de payer en magasin avec leur mobile en sans contact[21] en générant une carte virtuelle (un système de cartes virtuelles permettant de générer des numéros de paiement Visa) depuis l'application utilisable dans Apple Pay, Google Pay et Samsung Pay. Ces cartes permettent aussi de payer sur Internet.

Gestion de l'argent avec Lydia[modifier | modifier le code]

L'application permet à ses utilisateurs d'agréger tous leurs comptes bancaires dans l'application[22], de créer des comptes partagés[23] et des cagnottes mobiles[24]. Ils peuvent aussi souscrire un crédit à la consommation[25] ou ouvrir un livret d'épargne.

Popularité de Lydia[modifier | modifier le code]

D'après le magazine américain Wired, l'application Lydia aurait été téléchargée plus de 50 000 fois en 2014[26] et 90 000 fois en 2015 selon La Tribune[27].

Mi- en France, le service comporte 900 000 utilisateurs enregistrés et 500 000 transactions sont effectuées chaque mois[28]. À la fin de l'année 2017, l'entreprise affirme avoir plus de 1,4 million d'utilisateurs enregistrés (dont 750 000 particuliers) dans les cinq pays où elle est alors présente (France, Irlande, Espagne, Royaume-Uni et Portugal)[29]. Environ 40 % de ces utilisateurs sont actifs chaque mois, engendrant un peu plus d'un million de transactions par mois[30].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Lydia sur societe.com » (consulté le )
  2. « Lydia va vous aider à régler vos achats », Le Parisien, (consulté le )
  3. Sébastien Gavois, « Lydia lance sa carte de paiement MasterCard à 3,99 € par mois », Next INpact,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Clément Bohic, « Lydia lance une MasterCard dans le prolongement de son app mobile », ITespresso,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Clément Bohic, « Lydia s'invite dans Slack par bot interposé », ITespresso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Majda Abdellah, « L'application de paiement Lydia débarque sur Slack », Mashable avec France 24,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a b et c Ninon Renaud, « Lydia veut s'imposer comme compte courant nouvelle génération », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. a et b Foucauld Hénin, « Payer avec Lydia chez Franprix, c’est maintenant possible », Presse-Citron,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Keren Lentschner, « Cdiscount a enfin trouvé la solution pour se faire payer au doigt et à l'œil », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Sébastien Olland et Amélie Petitdemange, « Antoine Porte (Lydia) : « Le marché du paiement mobile est gigantesque » », Les Échos Business,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Stéphane Moussie, « Apple Pay : Lydia et le Crédit Mutuel Arkéa (Fortuneo) compatibles aujourd'hui », iGeneration,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Lydia se lance dans le crédit à la consommation instantané avec Banque Casino », sur L'AGEFI,
  13. « Classement French Tech 120 »,
  14. « La fintech française Lydia lève 40 millions d’euros : un géant chinois entre au capital », sur Budget Banque, (consulté le )
  15. Léo Monégier, « Lydia s'associe à Cashbee pour distribuer son livret d'épargne », sur mieuxvivre-votreargent.fr, (consulté le )
  16. « La super app Lydia lève 103 millions de dollars et accède au statut de licorne française », sur www.journaldunet.com (consulté le )
  17. lemonde avec AFP, « Lydia, l’entreprise française spécialisée dans le paiement mobile, devient une « licorne » valorisée à un milliard de dollars », sur lemonde.fr, (consulté le )
  18. Claude Soula, « Paiement mobile : Lydia, l’appli qui veut vous faire oublier le cash », L'Obs, (consulté le )
  19. a b et c Agathe Boussard et Boris Cassel, « Paiement par smartphone : l’application Lydia cartonne auprès des jeunes », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Anne Bodescot, « Le paiement mobile s'impose aussi dans les réunions Tupperware », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Aline Fauvarque, « Payer avec son portable, c’est facile ! », sur Le Revenu, (consulté le )
  22. mind Fintech, « Lydia lance une carte agrégatrice et un modèle Freemium », sur Mindfintech.fr,
  23. (en-US) « Lydia launches shared accounts for its mobile payment app », sur TechCrunch (consulté le )
  24. Alexandre LOUKIL, « Lydia lance sa nouvelle cagnotte en ligne à frais réduits : est-elle intéressante ? », sur Capital.fr, (consulté le )
  25. « Lydia et Younited Crédit s’allient pour lancer une offre de crédit à la consommation »
  26. (en) Joao Medeiros, « Europe's hottest startups 2015: Paris », Wired magazine, (consulté le )
  27. « La fintech Lydia veut créer un mode de paiement universel », La Tribune (consulté le )
  28. Enrique Moreira, « Fintech : retour sur cinq success-stories à la française », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Bilan 2017 et perspectives 2018, , 2 p. (lire en ligne [PDF])
  30. « C. Chiche : « L’ambition de Lydia est de devenir le PayPal de l’ère mobile » » [vidéo], sur business.lesechos.fr (consulté le ) : « La part des utilisateurs actifs mensuels, c'est 40 % de cette base utilisateur, et ils font, aujourd’hui, un peu plus d'un million de transactions par mois. (Cyril Chiche) »