Lydec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lydec
Image illustrative de l'article Lydec

Création 1997
Forme juridique Société anonyme
Action MASI : LYD
Slogan Toutes nos énergies pour vous
Siège social Casablanca
Drapeau du Maroc Maroc
Direction Drapeau : France Jean-Pascal Darriet (DG)
Actionnaires Drapeau : France Suez (51 %)
Drapeau : Maroc Fipar-Holding (19,75 %)
Drapeau : Maroc RMA Watanya (15 %)
Drapeau : Maroc Flottant en bourse
Activité Électricité (73 %)
Eau (21 %)
Assainissement (6 %)
Société mère Drapeau : France Suez
Effectif 3 580 (2013)
Site web client.lydec.ma

Fonds propres en stagnation 800 millions de MAD
Chiffre d’affaires en augmentation 6 827 millions de MAD (2014)

Lydec est une filiale marocaine de la multinationale française Suez. Son effectif est de 3 600 employés, son chiffre d'affaires à fin décembre 2015 s'élève à 6 934 millions Dh. L'entreprise gère l'eau, l'électricité et l'assainissement du Grand Casablanca depuis qu'elle a obtenu un contrat de plus de 30 ans dans des circonstances très controversées par Driss Basri en 1997.

Histoire[modifier | modifier le code]

2009 : Règlement sur internet[modifier | modifier le code]

Depuis décembre 2009, Lydec offre gratuitement la possibilité de règlement de ses factures sur son site internet.

2011 : Manifestation du 20 février et redressements fiscaux jamais exécutés[modifier | modifier le code]

La Lydec a été confrontée à de fortes critiques, notamment par le mouvement du 20 février lors des marches populaires de 2011[1],[2]. Un cabinet d'audit qui a effectué plusieurs rapports conclu que la Lydec doit 1,43 milliard de dirhams, dont un versement de 546 millions de dirhams et des redressements comptables de 892 millions de dirhams.

La direction générale de Lydec conteste les conclusions du rapport d'audit. Une commission mixte est constituée pour régler le dossier. Mais au terme du premier semestre 2015, cette commission ne s’est jamais réunie.

2014 : Rapport de la Cour des Comptes[modifier | modifier le code]

Dans un rapport publié en février 2014, la Cour régionale des comptes de Casablanca relève plusieurs irrégularités dans la gestion déléguée de l'eau et de l'électricité du Grand Casablanca. Il est complété et synthétisé dans un rapport national[3] sur la gestion déléguée publié en octobre de la même année. Les magistrats régionaux formulent 41 observations[4], en particulier :

  • la rémunération des actionnaires au détriment des investissements ;
  • la non-déclaration de certains clients et factures ;
  • l’annulation de créances dues par certaines sociétés ;
  • la sous-estimation des prix de vente déclarés ;
  • des insuffisances dans le suivi des réclamations ;
  • des chiffres d'affaires non déclarés.

Dans un communiqué[5], Lydec répond aux observations de la Cour des Comptes : « La Lydec rendra compte à la Cour du suivi des recommandations relatif aux 41 observations. Il y a lieu de souligner que les grands objectifs fixés pour la gestion déléguée à Casablanca en matière de réalisation du programme d'investissement et d'amélioration de la performance du service ont bien été respectés. »

2015 : Révision du contrat avec la Lydec[modifier | modifier le code]

Le Conseil de la Ville de Casablanca annonce une révision du contrat avec Lydec[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Maroc : Le Mouvement du 20 février continue à se faire entendre », sur www.yabiladi.com (consulté le 3 novembre 2015)
  2. « Maroc: Eau, électricité; les opérateurs français sur la sellette », sur www.lexpress.fr (consulté le 2 novembre 2015)
  3. Cour des Comptes, Rapport sur la gestion déléguée des services publics locaux, , 220 p. (lire en ligne).
  4. « Lydec : Carton rouge pour les opérations intragroupe », sur leconomiste.com, (consulté le 2 novembre 2015)
  5. « Suite à la publication du rapport 2012 de la Cour des Comptes », sur lydec.ma,
  6. « Casablanca/Gestion déléguée. Bientôt la révision du contrat avec Lydec », sur L'Economiste.com, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]